Une première pour la Suisse ?

La Coupe du Monde de 2015 au Canada pourrait être la première grande compétition internationale à laquelle participera la Nati, l’Equipe Nationale suisse. Pourtant placée dans un groupe plutôt relevé, les Suissesses ont toutes les raisons d’espérer leur qualification. Focus…

 

Une qualification à portée de main

 

La Nati n’a jamais été aussi proche de se qualifier pour une grande compétition internationale. Dans un groupe de qualification pourtant relevé, avec comme principales concurrentes les équipes danoise et islandaise, la Nati arrive pour le moment à sortir son épingle du jeu, étant première de son groupe devant l’Islande et Israël, le premier cité semblant être le seul pays à pouvoir encore empêcher la Suisse de jouer sa première Coupe du Monde (2e à 7 points pour le moment, mais avec deux matchs en retard). L’issue du groupe pourrait bien se jouer le 8 mai, la Suisse recevant l’Islande… pour ce qui sera le dernier match de la Nati contre un candidat à la qualification, alors que l’Islande affrontera le Danemark deux fois.

 

Une équipe suisse très convaincante pour le moment, qui a déjà marqué 29 buts en 6 matchs (presque 5/match) et n’en a encaissé qu’un seul, pour 5 victoires et un match nul en 6 matchs joués (sur dix). Elle a de plus gagné en Islande et au Danemark ; son seul « faux pas » pour le moment est le nul à domicile contre le Danemark lors du dernier match. Tout semble donc être en place pour permettre à la Suisse d’accéder à sa première compétition internationale.

 

 

Comment expliquer la situation actuelle ?

 

L’équipe semble être arrivée à maturité, avec en tête de liste la star, Lara Dickenman (Lyon), joueuse la plus âgée du groupe – elle fêtera ses 29 ans à la fin de l’année, actuellement meilleure buteuse (7 buts) et meilleure passeuse (9 passes) de la Nati dans ces qualifications. Les joueuses d’expérience sont en plus soutenues par des joueuses plus jeunes, Ramona Bachman (FC Rosengård), l’autre star de l’équipe du haut de ses 23 ans, en tête. Au sein de la Nati, la défense est solide, menée par la capitaine Caroline Abbé, et la menace peut venir de plusieurs joueuses offensivement. En effet, avec 5 buts chacune à leur compteur, Fabienne Humm, Bachman et Ana Maria Crnogorčević sont un efficace soutien à leur leader offensif.

 

Les joueuses de la Nati sont nombreuses à évoluer dans les grands clubs européens ou dans le championnat allemand, considéré par sa densité comme le meilleur en Europe : Lyon et Rosengård donc, mais également Francfort, Wolfsbourg, Potsdam ou le Bayern Munich, sans nul doute un fait non négligeable pour essayer de comprendre le beau parcours de l’équipe dans ces qualifications.

 

Il ne faut pas oublier l’entraîneure, l’Allemande Martina Voss-Tecklenburg qui a joué au plus haut niveau pendant près de 15 ans, comptabilisant 125 sélections avec la Mannschaft. Celle qui entraîne la Nati depuis janvier 2012 a sûrement dû apporter aux joueuses son expérience internationale et sa mentalité allemande pour en arriver, à 4 matchs de la fin des qualifications, à être en position favorable pour une première qualification en Coupe du Monde.

 

 

 

 

Pour (re)vivre certains matchs des Eliminatoires : 

 

Suisse-Serbie en entier

 

Suisse-Malte en entier

 

Suisse-Danemark en entier

 

 

 

 

 

Crédits photos : w31-c.football.ch