Un exploit pour changer de dimension

Le football féminin s’est considérablement développé depuis quelques années sur le territoire français. Emmené par la locomotive lyonnaise, le ballon rond au féminin n’en reste pas moins une discipline confidentielle en France et pour cause, le palmarès des Bleues est quasiment vierge… Incompatible pour marquer les esprits.

 

Lyon ne peut pas faire plus. Septuples championnes de France entre 2007 et 2013 –série en cours– finalistes en 2010 et 2013 et vainqueurs de la Ligue des champions en 2011 et 2012, les Lyonnaises peuvent difficilement faire mieux pour la promotion du football féminin en France.

Pour diverses raisons, qu’elles soient culturelles ou géographiques, l’Olympique lyonnais ne peut fédérer tout un pays. Une seule formation pourrait créer un engouement général au sein de l’Hexagone, l’Equipe de France. Mais avant d’en arriver là, il faudra marquer de son empreinte l’histoire du football féminin et, par la même occasion, l’esprit des Français.

 

 

Un bien maigre palmarès

 

Tous les sports, quels qu’ils soient, se nourrissent d’exploits pour grandir. Des prouesses rendues possibles par des athlètes, aujourd’hui considérés comme des icones. Que ce soit la natation, le basket, le judo ou le handball, toutes ces disciplines ont connu leurs heures de gloire en France. Laure Manaudou, Tony Parker, David Douillet, les Experts… Autant de champions qui ont donné leurs lettres de noblesse à leur sport respectif.

 

Et c’est là où le bât blesse pour l’Equipe de France féminine de football, qui n’a pas encore marqué les esprits de sa nation. En six Coupes du monde, les Bleues ne se sont qualifiées qu’à deux reprises, ne passant pas le premier tour en 2003, échouant à la quatrième place en 2011. Il en va de même pour les championnats d’Europe. En onze éditions, la France ne se qualifie que cinq fois, ne passe pas le premier tour à trois reprises et s’arrête en quart de finale en 2009 et 2013. Enfin, lors de son unique participation aux Jeux-Olympiques de Londres en 2012, les Bleues se classent quatrième… « La place du con » selon certains.

 

 

Un fait marquant ?

 

Au-delà des titres en eux-mêmes, il faut également voir que l’Equipe de France n’a jamais épinglé à son tableau de chasse une nation ultra-dominante au cours d’une de ces trois compétitions majeures que sont la Coupe du monde, le championnat d’Europe ou les Jeux-Olympiques. Il y a bien la victoire aux tirs-au-but face à l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 2011, ou encore le duel remporté contre la Suède lors de J.O. de Londres en 2012, mais peut-on réellement parler d’exploits historiques en évoquant ces deux succès ? Rien n’est moins sûr.

 

La remontée fantastique du XV de France face à la Nouvelle-Zélande pendant la Coupe du monde de rugby 1999… Ça c’est historique ! La revanche des nageurs français à Londres en 2012 contre les Américains lors du relais 4×100 mètres, quatre ans après la désillusion de Pékin… Ça c’est historique ! Le but en or de David Trezeguet en finale de l’Euro 2000 face à l’Italie… et cætera et cætera. Autant d’évènements marquants qui manquent au football féminin français pour créer sa légende.

 

JWP1a2 on Make A Gif, Animated Gifs

 

En route vers l’Histoire ?

 

Fort heureusement, il n’est pas trop tard. Les filles de Philippe Bergeroo ont encore largement les moyens de marquer les mémoires. Premièrement parce qu’elles pratiquent le sport le plus populaire en France, le football, et que nous avons la chance d’avoir une génération dorée, emmenée par des joueuses immensément talentueuses, capables d’aller chercher un titre. Si le tennis féminin a réussi à se faire une place dans les foyers et dans le panorama médiatique français, il n’y a aucune raison que le football féminin ne le puisse guère.

 

Dans l’avenir, si la Coupe du monde 2015 au Canada s’annonce capitale pour les Bleues, la possible organisation de l’Euro 2017 en France pourrait aussi être une véritable aubaine pour la discipline. Inutile de rappeler que le football français ne brille jamais autant que lorsqu’il accueille une compétition. Les premiers titres majeurs remportés par les footballeurs l’ont été sur leurs terres, d’abord lors du championnat d’Europe en 1984, puis lors de la Coupe du monde 1998. Un sacre des féminines en 2017 lors de l’Euro en France, en voilà un exploit historique…

 

 

« France-Allemagne, 3-0… »

 

Vous l’aurez compris, pour  prendre une nouvelle dimension, le football féminin français, emmené par son équipe nationale, devra marquer sa discipline de son empreinte. Il manque encore aux Tricolores un exploit retentissant, un duel faisant date, une année marquée par les coéquipières de Wendie Renard qui déclencherait comme un déclic en nous, à l’image de l’année 1998, immédiatement assimilée au sacre des Bleus en Coupe du monde. Peut-être que dans une décennie, 2017 sera automatiquement affilié au triomphe des Françaises et que nous pourrons dire : «2017 ? France-Allemagne, 3-0 en finale de l’Euro au Stade de France, je m’en souviens comme si c’était hier ». L’élément déclencheur qui aura propulsé les footballeuses françaises dans les mêmes sphères que leurs homologues masculins. Une page de l’histoire qu’immortalisera le quotidien l’Equipe d’une mémorable une, pour l’éternité.

 

 

 

Crédits photos et vidéo: fff.fr / FFF / makeagif.com