Tous les résultats des Eliminatoires du Mondial 2015

Une seule affiche au programme (un Italie-Espagne sans but), une Allemagne pas à l’aise en terre irlandaise mais qui gagne quand même, une kyrielle de buts, des Bleues largement victorieuses — sans convaincre pour autant — les éliminatoires de la CM 2015 zone Europe font du sur-place.

 

 

 

 

 

 

Groupe 1 : l’Allemagne à la peine

 

Les championnes d’Europe en mode rouleau-compresseur jusqu’ici (5 victoires en 5 matches, 40  buts marqués, aucun encaissé) ont bien failli s’étouffer avec du trèfle irlandais très coriace au Tallaght Stadium de Dublin. Plombée d’entrée par Quinn sur une touche phénoménale de Campbell (2’), la Mannschaft a couru poussivement au score pendant plus d’une heure. Il fallut une faute de… Quinn sur Mittag et un pénalty, pour que Laudehr égalise enfin (65’). Sérieusement contestées par de très valeureuses Irlandaises, les Allemandes crurent avoir fait le plus difficile en prenant enfin l’avantage à six minutes de la fin par la revenante Lena Lotzen dont la tête arrachait littéralement le ballon des mains peu assurées d’Emma Byrne (84’). Mais cinq minutes plus tard, une nouvelle touche d’extra-terrestre de Campbell permettait à Roche d’égaliser (89’) ! Les Irlandaises exultaient. Pas longtemps, puisqu’à la fin ce sont toujours les Allemandes qui gagnent. Remise en jeu et boum, Mélanie Leupolz d’une position excentrée trompait Byrne d’une merveille de lob sous la barre (90’).

De son côté, la Russie a largement battu la Slovénie 4-1, malgré l’ouverture du score par les visiteuses (Jerina). Mais deux buts en cinq minutes d’Orlov et Korovkina renversèrent la situation. Tsybutovich et Pantyukhina n’avaient plus qu’à corser l’addition en 2e mi-temps.

 

 

Résumé du match Irlande-Allemagne

 

 

 

 

Groupe 2 : les Espagnoles sourient, les Italiennes grimacent

 

Avec 6 points d’avance sur son adversaire du jour (mais un match de plus joué), l’Espagne n’avait qu’un objectif en venant à Vicenza : ne pas perdre. Face à des Italiennes volontaires mais souvent brouillonnes, la Roja est parvenue à ses fins (0-0). Un premier quart d’heure espagnol avec un pénalty (imaginaire) de Boquete arrêté par Giuliani, puis un match plus équilibré, pas mal d’occasions vendangées et des tirs sur les montants de part et d’autre. L’Espagne conserve ses 6 points sur la Squadra et file vers le Canada,… les Transalpines une fois de plus vers les barrages…

 

 

 

Groupe 3 : le coucou suisse aux Maltaises

 

L’horloge suisse est remontée et à l’heure : 5 victoires en 5 matches et toujours pas de pion encaissé. Pour les buts marqués, ça va, surtout avec les 11 du jour passés à Malte (11-0). Dickenmann par trois fois, Bachmann, Moser par deux fois, Remund, Abbé, Kiwic et Humm pour un autre doublé ont participé à la fête. Certes, la Nati a joué 2 matches de plus que l’Islande, pénible vainqueur en Israël (0-1, Brynjarsdóttir), mais son avance est de 9 pts. De quoi voir venir avant qu’il y ait le feu au lac…

 

 

 

Groupe 4 : le suspense continue

 

Suède et Écosse, qui ne se sont toujours pas rencontrées, ne veulent pas se lâcher. L’Écosse reste devant avec 3 points d’avance, mais le doit à son match supplémentaire joué. Ce dimanche, les deux nations ont poursuivi leur sans-faute. La Suède très tranquillement en Irlande du Nord (0-4). La joueuse du PSG Kosovare Asllani ouvrit rapidement le score sur pénalty (6’), avant que la Lyonnaise Lotta Schelin ne double la mise à la 18’. Les Suédoises n’aggravèrent le score que dans les dernières minutes par Lundh (84’), puis Nilsson (87’)…

Un peu plus tôt, l’Écosse avait éprouvé quelque mal à se défaire à la maison de la Pologne (2-0). Il fallut attendre plus d’une mi-temps avant que la véloce Lisa Evans n’ouvre le score dans un angle fermé (52’), après avoir tiré sur la barre d’une frappe excentrée en fin de première mi-temps. La délivrance arriva une demi-heure plus tard avec un numéro de Kim Little sur la droite, suivi d’un centre, d’une remise de la tête d’Evans et d’une reprise victorieuse à bout portant de Crichton (82’)… On a hâte d’être au 14 juin pour un certain Écosse-Suède !

 

À noter que dans le même groupe, les Îles Féroé ont accroché leur premier point du tournoi en résistant à domicile à la Bosnie (1-1), la locale Klakstein répondant à Hasanbegovic.

 

 

 

 

Groupe 5 : jour de tennis

 

0-6, 0-6. Les deux scores se passent de commentaires. Balades printanières pour les voisines belges et néerlandaises sur les terrains respectifs de l’Albanie et de la Grèce. Côté belge, des buts signés Van de Putte, Wullaert et Mermans, avant un « Coup du chapeau » de Zeler (74’, 84’, 87’). À noter que la Juvisienne Janice Cayman a joué toute la rencontre… Les Oranje, elles, avaient choisi la diversité avec six buteuses différentes : Mélis, Middag, Miedema, Van den Berg, Spitse, Bakker. La joueuse grecque Sidra a vu rouge et regagné les vestiaires à la 71’. À 0-5 déjà, ça n’a pas changé grand-chose… Dans ce groupe, c’est la Norvège qui tient le bon bout, en raison de ses deux matches de retard sur la Belgique et un sur les Pays-Bas.

 

 

 

Groupe 6 : Rule Britannia

 

Journée british avec les cartons réussis par l’Angleterre et le Pays de Galles… Décidément transfigurée par son jeune coach Mark Sampson, l’Angleterre n’a fait qu’une bouchée du Monténégro, pulvérisé dans la station balnéaire de Brighton (9-0). Dès la pause, l’affaire était entendue : 4 buts de Duggan (1’ et 13’), Aluko (37’), et Jill Scott (40’), sans compter trois montants touchés et un pénalty flagrant refusé. Emmenée par d’intenables Sanderson et Duggan, la sélection anglaise, très offensive, avec un jeu rapide et fluide, a séduit. En seconde période, les buts continuèrent de s’accumuler : Carney, Sanderson, Stokes, Duggan pour le triplé, et Dowie…

Les Galloises, 2e du groupe à 6 points (un match en retard), se sont imposées facilement en Turquie (1-5) avec là encore un triplé pour leur joueuse vedette Jessica Fishlock. Wiltshire et Harding complétèrent le score, Karabulut sauvant l’honneur turc à la dernière minute.

 

 

 

 

 Groupe 7 : Des Bleues en mode mineur

 

Le large score (7-0) ne doit pas tromper. C’est une équipe de France relativement poussive qui aura cartonné face à un Kazakhstan inexistant et qu,i pour mémoire, avait pris 17 buts face à l’Allemagne, 14 contre l’Espagne et 16 (deux fois huit) contre la Suisse. Manque flagrant de rythme, surtout en deuxième période, transmissions souvent approximatives, déficit de créativité et de variété, on ne peut pas dire que les Bleues aient rendu une copie enthousiasmante. Exception : Gaétane Thiney, étincelante, à l’image de sa saison…

Pendant ce temps, l’Autriche, prochain adversaire de la France, s’imposait en Bulgarie 1-6 avec des réalisations de Bürger, Pöltil (doublé), Puntigam, Aschauer, et Makas. But bulgare pour Radoyska.

La Finlande, elle, reste bien le danger numéro 1, toujours en embuscade au classement à 3 points de la France (et un match en retard) après son succès 0-4 en Hongrie. Encore une joueuse à trois buts, Talonen qui sera à surveiller tout particulièrement lorsque les Bleues rencontreront les Finnoises. Mais ce ne sera pas avant la saison 2014-15…

 

 

 

 

Crédits photos: demotix.com, scottishfa.co.uk, soccerway.com

Crédit vidéo: zdf.de