Seattle à l’assaut de Portland !

La seconde saison de la National Women’s Soccer League début ce soir, avec 9 franchises qui se battront pour succéder à Portland. Découvrez les points forts et les points faibles de ces 9 équipes.

 

 

 

Portland pour un bis ?

 

Le champion sortant, les Portland Thorns, a connu un gros remaniement à l’intersaison, avec plus de la moitié de l’effectif qui a changé. Le club a perdu peu de joueuses importantes et a recruté gros : Boquete et Brooks pour le milieu, Angerer, meilleure joueuse de l’année 2013 et excellente lors de l’Euro comme gardienne, et plusieurs défenseuses de grande qualité. Le principal souci est de savoir quand l’équipe sera au complet : Heath et Boquete arriveront en juillet, Morgan n’a pas de date de retour prévue… En attendant, l’équipe comptera sur Christine Sinclair en attaque.

 

Le Flash en recul ?

 

Le finaliste de l’année dernière, les Western New York Flash, comptera sur une animation offensive qui n’a pas bougé, et s’est même renforcée. En revanche, la défense –la meilleure en 2013- a été bouleversée : l’excellente gardienne rookie Franch est blessée pour la saison, et Johnson et Sahlen ne joueront pas cette année. C’est donc la principale question qui entoure l’équipe alors que le championnat va débuter.

 

Kansas City, un milieu new look.

 

C’est l’équipe qui a fait la meilleure impression l’année dernière, malgré l’élimination en demi-finale. Quelques changements ont été opérés, notamment au milieu. En effet, Mewis, Scott, Jones et Sesselman ont quitté le club, il sera donc intéressant de voir comment l’équipe sera organisée. Malgré les performances de la MVP de la saison 2013 Lauren Holiday (12 buts, 9 passes), l’efficacité offensive a été critiquée, et le club a donc recruté en fonction : l’expérimentée Amy Rodriguez rejoint le club, mais c’est surtout l’arrivée de Sarah Hagen qui est attendue à la fin de sa saison avec le Bayern Munich. Quand elle aura rejoint l’équipe, celle-ci sera solide à tous les niveaux et si sa tendance à s’écrouler alors qu’elle mène disparait, Kansas City sera un candidat très sérieux au titre.

 

 

 

Sky Blue, la surprise: partie 2 ?

 

Comme l’année dernière, beaucoup d’interrogations entourent l’équipe. En effet, alors que personne ne les attendait et que l’équipe avait compté beaucoup de blessures, le club s’était hissé jusqu’en 1/2. Peu de changement cette année si ce n’est que les expérimentées Adams et De Vanna ont quitté le club, ainsi que Brittany Bock, même si celle-ci n’avait que peu joué car souvent blessée. Le club s’appuiera encore une fois sur une solide défense et un milieu intéressant pour aller encore une fois créer la surprise, et pour cela l’apport du nouvel entraîneur assistant Takayoshi Ishihara (ex INAC Kobe Leonessa) pourrait être fondamental. Il reste toutefois la question O’Hara : mais où donc va-t-elle jouer… ?

 

Boston, un milieu qui fera la pluie et le beau temps

 

Boston ne s’était pas qualifié pour les playoffs l’année dernière, et a fait peau neuve. Leroux (11 buts en 2013) est partie, ainsi que l’importante Kia McNeill en défense. En recrutant De Vanna et Mewis, le club s’est renforcé offensivement et s’appuiera sur un milieu très solide, mais difficile de dire si ce sera suffisant pour se battre pour le titre.

 

Chicago, sur la pente ascendante

 

Les Red Stars ont connu une année très difficile en 2013, et cette saison devrait mieux se passer. Les rookies Johnston et DiBernardo auront un impact immédiat, et l’équipe sera complétée plus tard dans la saison par Press, Tancredi et peut-être Boxx. Si les blessures laissent un peu l’équipe tranquille, l’équipe pourra aller se battre pour une place en playoffs.

 

Seattle, de moribond à favori

 

L’équipe a beaucoup souffert l’année dernière, mais cette année sera différente. La nouvelle coach Laura Harvey a fait beaucoup de transferts et échanges, et sans compter le moindre départ important, l’équipe a accueilli des joueuses de classe mondiale  (Leroux, Little et Kawasumi), et des joueuses de qualité pour renforcer la défense (Cox, Fletcher) et pour la profondeur de banc (Goebbel, Foxhoven), ce qui permettra à l’équipe de rester très compétitive pendant que les internationales représenteront leur pays. Une équipe très solide à tous les niveaux qui sera suivie de très près…

 

 

 

Washington, ça ne pourra qu’aller mieux

 

Washington a connu une année cauchemardesque en 2013 (3 victoires, 14 défaites), et ne peut que s’améliorer. Le premier choix de draft Crystal Dunn aura évidemment un rôle important, ainsi qu’Averbuch de retour aux Etats-Unis, la jeune Nairn, convaincante l’année dernière avec Seattle pour son année rookie, et les expérimentées Adams, Weimer et Taylor en attaque. A priori pas suffisant pour se mêler à la lutte, mais l’équipe est potentiellement solide à tous les niveaux.

 

Houston, une nouvelle ambitieuse

 

La nouvelle franchise aura des arguments à faire valoir. En effet, le système mis en place lui a permis de recruter des joueuses de grande qualité et l’équipe a belle allure. Malheureusement, des joueuses comme Klingerberg ou Engen jouent actuellement avec Tyresö en Suède et ne rejoindront le club que plus tard dans l’année, ce qui signifie qu’en défense le début de saison sera difficile pour le Dash. L’autre point fort potentiel de l’équipe est le duo de récupératrices Edwards/Bock qui a déjà joué ensemble et avait gagné le titre avec les Western New York Flash en 2011. L’avenir et les résultats du club passeront à n’en pas douter par la santé de ces deux joueuses qui ont connu une année compliquée à ce niveau l’année dernière.

 

 

 

Crédits photos: oregonlive.com, Kansas City C, goalWA.net/ Wilson Tsoi