Sabrina Delannoy : « Un match à notre portée, mais pas facile pour autant »

Avant de rencontrer les Pays-Bas cet après-midi, à 16h30, la défenseuse parisienne Sabrina Delannoy nous livre son sentiment sur le tournoi de Chypre et les matches des Bleues. Impressions sur l’Ecosse, retour sur la victoire face à l’Australie, et ambitions pour la suite de la compétition. Tout y est.

 

 

 

Peux-tu revenir brièvement sur votre courte victoire face à l’Australie vendredi passé ?

 

Nous étions plutôt bien entrées dans ce match et avions réussi à marquer rapidement. Je pense que c’était important pour nous d’attaquer le match d’une meilleure façon que contre l’Ecosse, et je crois que cela a surpris les Australiennes. Mener 3-0 à la mi-temps était vraiment de bon augure ; alors c’est forcément un peu dommage de s’être fait raccrocher au score en deuxième mi-temps. Nous aurions dû essayer de mieux gérer notre match et notre avance.

 

Justement à 3-2, comment êtes-vous dans les têtes et comment gérez-vous la fin de match ?

 

Le fait que les Australiennes aient réussi à marquer ces deux buts, nous a obligé à jouer avec davantage de pression et à nous accrocher pour garder ce but d’avance. Je crois que quelque part cela nous a permis de tester notre solidarité défensive et le fait de devoir tenir un score, chose que n’avions pas forcément eu l’habitude de faire jusque-là. Cela nous a finalement peut-être aidées à franchir un cap de ce côté-là. Nous avons toutes été mobilisées pour garder notre avantage et avons fait preuve d’une grande solidarité jusqu’à la dernière minute de jeu. Ce match reste donc quelque chose de très positif collectivement.

 

Avant votre match contre les Pays-Bas, vous êtes leader du groupe à égalité de points avec l’Ecosse… Est-ce une surprise de voir les Ecossaises à ce niveau ?

 

Oui, c’est vrai que pour le moment l’Ecosse surprend. Nous ne nous attendions peut-être pas à ça, mais cette équipe écossaise a de très bonnes joueuses, notamment la milieu de terrain, Kim Little. Parce que le match n’était pas télévisé, beaucoup de personnes ont été étonnées de notre résultat face à l’Ecosse lors de notre entrée dans le tournoi, mais je peux vous assurer que les Ecossaises ont une belle équipe, qui tourne bien, et je pense que nous les retrouverons prochainement dans le haut du football européen, c’est certain.

 

 

 

 

Vous allez jouer votre dernier match de groupe aujourd’hui contre les Pays-Bas, quelle image as-tu de cette équipe ?

 

Pour moi, les Pays-Bas évoquent un bon souvenir, puisqu’ils sont synonymes de  ma première sélection le 24 octobre 2012. C’est d’ailleurs le dernier match que nous avons joué contre elles, et nous avions fait match nul 1-1. C’est une équipe qui  fait partie des grandes nations du football féminin européen avec des joueuses athlétiques, mais également très techniques. Pour moi, c’est une équipe complète avec beaucoup d’expérience, alors je pense que même si ce match est à notre portée, il ne sera pas facile pour autant. Nous devons impérativement gagner si nous voulons rafler la première place du groupe et accéder à la finale, alors nous sommes surmotivées et avons hâte de jouer ce match.

 

En croisant les doigts pour que vous jouiez la finale mercredi… Y a-t-il un adversaire que tu aimerais rencontrer en particulier ?

 

Pour tout vous dire, nous n’avons pas vraiment pu suivre les autres rencontres, étant donné qu’elles se jouaient le même jour et à des horaires assez proches. Le Canada et l’Angleterre sont deux très bonnes équipes, mais je crois que ça me plairait assez de jouer contre l’Angleterre.

 

Le tournoi de Chypre est un tournoi amical, mais surtout une bonne préparation pour la suite. Selon toi, qu’est-ce-que ce tournoi apporte à l’Equipe de France ?

 

Jusqu’à présent, nous gérons bien nos matches de qualification pour la Coupe du Monde, mais c’est important de garder un rythme « international » et de jouer contre d’autres bonnes nations tout au long de l’année. Ce tournoi permet aussi d’entrer dans une configuration proche de celles des grandes compétitions officielles, avec un match tous les 2 à 3 jours, où il faut donc être capables de répéter les efforts, et d’enchaîner… Cela permet aussi au staff de gérer le groupe en fonction de différents facteurs. Le tournoi de Chypre a aussi son importance dans le classement FIFA, alors nous devons gagner un maximum de matches pour grappiller des points.

 

 

 

Soutenez le projet « Même Rêves de Foot »

 

Crédit photo : fff, lavoixdunord