Sabine Stoller (Hoffenheim) : « Gagner des points pour se maintenir »

Ancienne joueuse de Rodez en 2011-2012 (10 matchs, 2 buts), la milieu de terrain allemande Sabine Stoller est engagée avec Hoffenheim dans la course au maintien. Pour Stoller et son club, la deuxième partie de saison commencera par un déplacement à Jena (5e) ce dimanche 23 février. Un match qui aura des allures de Coupe pour les coéquipières de Sabine Stoller.

 

 

 

Comment préparez-vous les prochaines échéances avec comme objectif le maintien ?

 

Nous nous sommes bien préparées pendant la première partie de saison. Nous avons beaucoup de bonnes joueuses qui veulent jouer contre Jena. Aussi la concurrence est grande et les entraînements sont intenses. Nous savons que le match contre Jena ne sera pas un match facile, mais je crois que dans l’équipe tout le monde a maintenant bien compris qu’il fallait tout donner pour gagner des points et se maintenir.

 

 

Un mot sur Jena, prochain adversaire ?

 

Jena est une équipe qui a de l’expérience en matière de lutte pour le maintien. Ce sont des joueuses agressives dans les duels et qui donnent tout sur le terrain. En plus, c’est une équipe qui a aussi de très bonnes individualités.

 

 

 

 

Comment évalues-tu le niveau actuel de la Bundesliga, par rapport à ton expérience en France par exemple ?

 

En Bundesliga, cela va plus vite, et dans l’ensemble je pense que les joueuses sont plus athlétiques aussi. Ici, nous sommes toujours sous-pression et il faut réagir et jouer vite. Chaque erreur peut-être payée « cash ». Ce sont des aspects auxquels il faut s’adapter rapidement. Mais comme tout, je crois que c’est l’expérience qui fait la différence. Chacune doit tout donner et être extrêmement concentrée, sinon nous ne pouvons rien gagner.

 

 

En quoi l’expérience de Rodez a-t-elle pu te servir pour la Bundesliga ?

 

À Rodez, j’ai vraiment appris à lutter pour le maintien. Mon équipe d’Hoffenheim, qui était encore en deuxième division à ce moment-là, avait tout gagné et pu accéder à l’élite. L’équipe n’avait jamais eu de problème pour se maintenir et rester en deuxième division. Elle ne connaissait pas de situation où il fallait lutter pour gagner tous les points possibles. À Rodez, l’entraîneur nous a toujours dit qu’il fallait tout donner, gagner chaque duel, être des guerrières… parce que chaque point était important à la fin. Cela m’a vraiment aidé à être plus dure dans les duels et pour jouer en Bundesliga, tu as vraiment besoin de ça.

 

 

 

 

 

Crédits photos : achtzehn99 , rodezaveyronfootball