Répondre à : e l’EdF, de Diacre, de ses détracteurs obsessionnels, du Temps…

Accueil Forums Équipes Nationales A France Les Bleues e l’EdF, de Diacre, de ses détracteurs obsessionnels, du Temps… Répondre à : e l’EdF, de Diacre, de ses détracteurs obsessionnels, du Temps…

#143479

casimir13
Participant

Faire partie du Top 8 ou du Top 4 dans une grande compétition internationale est une situation qui n’est pas donnée à tout le monde.

L’équipe de France fait partie des 5 meilleures équipes au classement FIFA depuis bien longtemps, ce qui prouve sa régularité dans ses performances.

L’équipe de France de handball avait souvent buté en QF des grandes compétitions internationales (2012-2015), avant de gagner 3 médailles d’affilé (🥈 JO 2016, 🥉 Euro 2016 et 🏆 🥇 CdM 2017).

La régularité finit toujours par payer un jour.

l’EdF a manqué de réussite pour faire mieux en 2009 (élimination aux TAB contre les Pays-Bas) et aurait pu aller en finale de cet Euro contre l’Allemagne.

Les Bleues auraient pu finir troisième de la CdM en 2011, voir finaliste des JO en 2012 avec moins de malchance et de circonstances défavorables (faits de jeu).

Il n’y a que la dernière saison de Bini (2012-2013) qui a été moins bonne, saison de trop pour NLG qui a congédié son sélectionneur.

Problèmes en interne et management inadéquat ont été les causes d’une nouvelle élimination aux TAB contre le Danemark; alors que l’Euro 2013 nous tendait les bras.

La période 2013-2015 sous Bergeroo a été excellente avec des résultats brillants contre les grandes nations du football féminin; mais qui engendrera un grand traumatisme lors de l’élimination injuste en QF aux TAB contre les allemandes.

La saison suivante n’est pas brillante sur le plan du jeu développé et voit de nouveau l’apparition d’antagonismes en EdF entre joueuses de différents clubs (OL et PSG); elle se terminera par un non match contre les canadiennes au JO 2016 et suivra la démission de Bergeroo, un an avant le terme de son contrat à la FFF.

On ne peut pas dire que la seule saison d’Echouafni à la tête des bleues, ait été complètement ratée (victoires contre l’Espagne, l’Angleterre, les USA et les Pays-Bas) , il a essayé de relancer la machine bleue mais n’y est pas parvenu, sans doute à cause d’une saison longue et éreintante de la part des joueuses de l’OL et du PSG (finalistes de la UWCL en 2017).

Le Japon à la CdM 2011, l’Allemagne aux JO 2016 et les Pays-Bas à l’Euro 2017, n’étaient pas les favoris pour gagner la compétition (beaucoup d’observateurs du football féminin en doutaient à la vue de leur potentiel et de leur résultats précédents); l’EdF ne sera pas favorite non plus l’année prochaine mais elle bénéficiera du soutien à domicile.

Le jeu mis en place par Diacre n’a pas été très convaincant sur la première partie de la saison; mais malgré des résultats en dents de scie, le jeu pratiqué par les bleues depuis la SBC 2018 est plus autoritaire et entreprenant.

Il persiste néanmoins à sa décharge 2 débâcles en Allemagne (4-0) et contre l’Angleterre (4-1) qui font tâches dans le paysage, et ce malgré des victoires prestigieuses contre des nations majeures du football féminin (Espagne, Angleterre, Allemagne et Canada); ainsi que des égalités valorisantes contre la Suède et les USA.

L’équipe de Jacquet en 1998, avait-elle le potentiel pour aller jusqu’au bout de son rêve, en tout cas les journalistes de L’équipe en doutaient, comme d’autres spécialistes du football international à l’époque.