Ratu Tisha Destria veut donner de bonnes statistiques au football indonésien

Le nouveau secrétaire général de la Fédération indonésienne de football (PSSI) est une secrétaire générale. Ratu Tisha Destria, 32 ans, n’est pas seulement la première femme à occuper un poste aussi important dans sa fédé. Elle est aussi ultra-compétente, ultra-intelligente et ultra-ambitieuse pour le football indonésien – dont l’équipe nationale masculine commence enfin à gagner des matches.

 

 

Des jambes et une tête

En juillet 2017, les 10 membres du comité exécutif de la fédération indonésienne ont voté à l’unanimité pour Ratu Tisha Destria. La nouvelle secrétaire gén

 

Ratu Tisha Destria est tombée dans la marmite du football à l’adolescence. Elle a peu utilisé sa potion magique sur la pelouse, préférant la réserver pour des tâches de gestion et de direction sportive dont elle est devenue en Indonésie – n’ayons pas peur des mots – le fleuron, le parangon, l’incarnation. Après avoir dirigé l’équipe de football de son lycée, elle a récidivé à l’université. L’équipe de l’IUT de Bandung, dont elle était devenue la dirigeante, s’est hissée à Java jusqu’en ligue 1 dans la province du Java occidental (dont Bandung est la capitale), pendant que la cheffe bûchait sur son master de mathématiques.

 

Un diplôme ne lui suffisant pas, Ratu Tisha a postulé pour une formation estampillée FIFA Master Program. Elle fait partie des 28 personnes admises (sur un total de 6 400 candidatures) et s’est classée septième, en 2013, tout auréolée d’un master en droit et gestion du sport. Entre-temps, la mathématicienne qui ne sommeille jamais en elle a cofondé LabBola, une société indonésienne spécialisée dans les statistiques et la gestion de données sportives.

 

La fédération PSSI l’a aussi – et surtout – choisie pour son expérience professionnelle dans le football. Ratu Tisha Destria s’est en effet bâti7, elle était directrice des compétitions de la Nouvelle Ligue d’Indonésie (LIB), société qui chapeaute les championnats de ligue 1, ligue 2 et U19 en Indonésie. La fédé a en outre été séduite par  et concepts innovants afin d’améliorer la qualité des tournois et championnats de football en Indonésie.

 

Petit sexisme ordinaire

Plusieurs des 31 candidats malheureux au poste de secrétaire général de la Fédération indonésienne de football ont expliqué leur défaite en affirmant que l’élection était truquée et que le résultat avait été décidé d’avance. Un mauvais perdant est même allé jusqu’à prétendre que la très forte médiatisation de cette élection – là aussi, une grande première en Indonésie – n’était pas une bonne idée, car elle aura sans doute terni la réputation des candidats recalés.

 

Cette attitude bas de plafond nous rappelle le triste constat que dressait l’écrivain français Gilbert Cesbron il y a quatre décennies : « Pour qu’une femme soit considérée comme l’égale d’un homme, il faut qu’elle lui soit supérieure. » On notera par ailleurs – mais tel n’est pas l’apanage de l’Indonésie – que la presse locale aura évoqué la nomination de Ratu Tisha Destria en insistant très, très lourdement sur sa jeunesse et sur sa beauté.

 

Des chiffres et des lettres

11. On ignore quel poste Ratu Tisha Destria a – brièvement – occupé sur le terrain. En revanche, et pas seulement parce que 11 est un nombre premier, elle ne fait pas mystère de sa passion dévoatu Tisha Destria avait 31 ans et l’a emporté sur 31 candidats pour devenir secrétaire générale de la fédé.

6. Elle parle couramment six langues (indonésien, anglais, allemand, chinois, néerlandais, italien) et a déjà vécu dans six pays : l’Angleterre, l’Italie et la Suisse pour ses études, l’Égypte, la Chine et les États-Unis pour le travail (Schlumberger, qui l’avait déjà repérée, l’a recrutée en 2008 dès qu’elle obtenu son diplôme de mathématiques).

94. À peine élue, déjà primée. En octobre 2017, le classement GlobeAsia des « 99 femmes les plus puissantes en 2017 » en Asie place Ratu Tisha Destria en 94e position. Pour l’ensemble de son œuvre, mais aussi pour ses perspectives d’avenir.

10. L’avenir appartient à Ratu Tisha Destria. Le site spécialisé Goal.com la classe d’ailleurs dans son « Top 10 Football’s Future Women Leaders ».

 

La nouvelle « femme forte » du football indonésien est également porteuse de valeurs qu’elle n’hésite pas à mettre en avant : respect, discipline, fair plaen déplaise aux vieux barbons de l’archipel, Ratu Tisha Destria est tout sauf une potiche.

 

 

 

Crédits photos : Bola.