Quand la footballeuse inspire l’artiste…

Il y a des signes qui ne trompent pas sur l’émergence d’un phénomène. Et à coup sûr, le foot féminin en est un actuellement. Comment démontrer les énormes progrès effectués par la discipline ces dernières années ? Le simple fait de susciter des polémiques, d’attirer le regard des politiques ou encore d’inspirer les artistes… Focus sur Anna Paola Civardi, artiste italienne frappée d’inspiration par le football féminin.

 

Architecte d’intérieur de métier, Anna Paola Civardi est aussi peintre et illustratrice en parallèle depuis toujours. Sans forcément s’en rendre compte, cette Italienne apporte sa pierre à l’édifice en perpétuelle construction qu’est le football féminin. C’est en feuilletant un journal de la façon la plus banale qu’elle est tombée sur des photos de footballeuses iraniennes. Des images frappantes qui agitent immédiatement sa fibre artistique. « Dans les photos que j’ai vues, il y avait quelque chose de fort, de la poésie dans les images, dans les formes, les mouvements, les couleurs, alors j’ai décidé de le dessiner, raconte l’artiste. J’ai trouvé ça intriguant de faire un sport pareil, où l’on transpire beaucoup, avec le foulard. Cela doit être un challenge pour les joueuses. Ça faisait une belle histoire, et c’est le but d’une illustration. »

 

 

Pourtant, Anna Paola Civardi ne porte pas d’intérêt particulier au football féminin, même si les portraits de femmes sont des sujets qui l’inspirent. Italienne, elle a forcément un lien filial avec le football en revanche. « J’aime les images de sport, et je trouve que le foot est une discipline passionnante, accessible à tous. C’est quelque chose de très convivial, qui crée des liens. Je ne regarde pas tous les matches, mais par exemple durant le dernier Euro en 2012 je me retrouvais dans les bars avec des copines pour regarder les matches de l’Italie. »

 

 

Une bataille, comme pour les garçons à la danse

Après avoir pratiqué la danse durant 30 années, Anna Paola Civardi connait bien le combat de ceux qui veulent pratiquer un sport qu’on ne leur recommande pas… « J’aime bien cette dynamique du foot féminin. C’est un message très positif. Comme c’est une bataille pour un garçon de dire je veux devenir danseur, ce doit être compliqué pour une fille de dire je veux devenir footballeuse. »

 

 

 » On intellectualise souvent les discours sur l’égalité, et le sport pragmatise tout ça », observe l’illustratrice. « C’est un bon vecteur pour passer des messages. Le sport peut aider à empêcher l’individualisme, on y apprend des règles, l’importance des autres. Et puis, surtout on s’amuse ! « .

 

 

 

 

Illustrations : Anna Paola Civardi