Maintien : plus dur que jamais !

Il est difficile de trouver un championnat aussi compétitif que la D1 féminine française de football. Chaque année depuis 2010/2011, 3 équipes sur 12 quittent l’élite. Un chiffre hors norme, 25 % d’équipes reléguées, très rare en Europe*. L’édition 2014 s’annonce même encore plus indécise que les précédentes. Flash back.

  

 

La lutte pour le maintien a-t-elle déjà été aussi dure ? La question est ouverte. Après 19 journées disputées, cinq équipes sont encore concernées par la bataille (Yzeure, Saint-Etienne, Arras, Hénin, Rodez). Hormis les 6 premiers et Muret, lanterne rouge et condamné, tout le monde lutte pour sa survie dans notre championnat. Trois pourront se sauver d’ici le 1er juin prochain. Qui ? Éléments de réponse à la lumière de ces dernières saisons.

En 2013, c’était déjà joué…

L’an passé, le maintien était joué à ce stade de la saison. Les promus Issy (27 pts) et Toulouse (26 pts) peinaient à quitter le fond du classement. Juste devant, Vendenheim (28 pts) se relevait difficilement d’une douloureuse saison en interne, derrière Arras heureux 9e et ses 35 pts quasiment sauvé. L’excellente fin de parcours de Vendenheim (1 défaite, 1 nul, 1 victoire) ne changera finalement pas la donne. Le classement de la dernière journée sera identique à celui de la 19e.

Le récap 2013 :

9. Arras : 35 pts à la 19e, puis défaite, nul, défaite = 39 pts
10. Vendenheim : 28 pts à la 19e puis D N V = 35 pts
11. Issy : 27 pts à la 19e N D D = 31 pts
12. Toulouse :  26 pts à la 19e puis D D D = 29 pts

 

2012 : Le sprint fou d’Hénin-Beaumont

Il y a deux ans, le maintien paraissait plié… Soyaux et Muret étaient déjà condamnés à la D2. Devant eux, Hénin-Beaumont accusait trois unités de retard sur le premier non relégable, Yzeure. Autant dire qu’en dehors de Yannick Ansart et de ses joueuses, peu y croyaient…

 

Au final, les Nordistes ont fini fort, avec une seule défaite lors des cinq dernières journées, pour finir avec un énorme total de 44 points. Insuffisant pour rester en D1 lors de cette année unique, la performance héninoise restera comme une fin de saison référence pour les futurs candidats au maintien.

Le récap 2012 :

8. Rodez : 42 pts à la 19e puis N D D = 46 pts
9. Yzeure : 40 pts à la 19e puis D N N = 45 pts
10. Hénin : 37 pts à la 19e puis D N V = 44 pts
Soyaux et Muret déjà condamnés

 

 

2011, irréductibles bretonnes…

C’est la première fois que la relégation touchait trois équipes cette année là. À trois journées de la fin, cinq équipes étaient encore lourdement menacées. Seulement 5 points séparaient alors le 8e, Toulouse, du dernier, La Roche-sur-Yon. Au milieu, Yzeure était premier non relégable, avec un point d’avance sur Le Mans et Saint-Brieuc… Ce sont d’ailleurs les Bretonnes qui font la sensation en glanant 10 pts en trois rencontres pour finir 8e, emmenées par la capitaine Julie Morel, aujourd’hui stéphanoise…

 

Yzeure se maintiendra aussi grâce aux 7 pts gagnés en fin de championnat. Autant que Le Mans, qui descendra néanmoins en D2 avec le même nombre de points (39 chacun). Derrière, Toulouse et La Roche s’effondrent et perdent leurs trois dernières parties.

Morale de l’histoire, 2011 est la seule saison où une équipe relégable à trois journées du terme est parvenue à se maintenir… Saint-Étienne et Yzeure seront-ils capables d’en faire autant cette saison ? Seule certitude, 2013/2014 pourrait aussi entrer dans l’histoire…

La récap 2011 :

8. Toulouse 35 pts à la 19e puis D D D = 38 pts
9. Yzeure 33 pts à la 19e puis V D D = 39 pts
10. Saint-Brieuc 32 pts à la 19e puis V V N = 42 pts
11. Le Mans 32 pts à la 19e puis D V N = 39 pts
12. La Roche 30 pts à la 19e puis D D D = 33 pts

Classement final 2011 :

8. Saint-Brieuc 42 pts
9. Yzeure 39 pts
10. Le Mans 39 pts
11. Toulouse 38 pts
12. La Roche 33 pts

 

* Seule l’Italie est comparable avec 4 équipes reléguées sur 16.

 

Crédits photos : ASSE.FR, philfcvendenheim, fcfhenin.footeo.com, Le Télégramme