M.Coutereels : « Il n’y a pas photo entre la D1 et la D2 »

Pour le compte de la 11ème journée de D1, le promu lillois s’est incliné 4 buts à 1 du côté de Montpellier. Pour autant, le club du Nord et sa capitaine, Maud Coutereels, continuent d’apprendre et de travailler pour rester parmi l’élite. Entretien.

 

 

 

 

Malgré un match compliqué sur le terrain du Montpellier Hérault SC, ce samedi, l’équipe lilloise entrainée par Jérémie Descamps n’a pas baissé les bras et a même réussi à poser quelques problèmes aux Languedociennes, notamment en seconde période. La capitaine, Maud Coutereels, a répondu à nos questions.

 

C’est la première année du LOSC en D1. Quel est ton sentiment sur vos débuts dans ce championnat ?
M. Coutereels : « Oui effectivement, c’est notre première année au niveau supérieur. Nous avons très bien commencé avec une belle victoire face à Bordeaux (3-0), alors il n’y avait pas meilleur scénario pour débuter en D1. Ensuite, nous avons malheureusement perdu des points essentiels pour le maintien, contre des formations à notre portée. Les défaites contre Lyon et le PSG sont logiques car il faut rester réalistes, ces équipes sont supérieures à la notre à tous les niveaux. Pour le reste, j’ai l’impression que tout le monde peut gagner ou perdre contre tout le monde. C’est finalement assez ouvert, et je crois que cela se joue sur des détails.

 

Sens-tu une réelle différence de niveau entre la D1 et la D2 ? Et si oui, dans quels domaines en particulier ?
– Il n’y a pas photo entre le niveau de la D1 et de la D2. La différence se joue sur la vitesse d’exécution des gestes, de la prise de décision. Le jeu est plus rapide, plus physique, plus technique. En D1, la moindre erreur peut se payer cash ! Tu dois donc être capable de rentrer tout de suite dans le match, et être prête mentalement et physiquement pour aller au combat. Certaines choses pouvaient parfois suffir en D2, et ce n’est plus le cas en D1. Tu rencontres des joueuses avec plus d’expérience, plus de qualités (même si il y en avait en D2). Par la force des choses, tu te retrouves à évoluer face à beaucoup de joueuses internationales, et cela hausse forcément le niveau du championnat.

 

Vous vous êtes inclinés 4 buts à 1 contre Montpellier, ce samedi. Comment s’est passée la rencontre ?
– Nous avons mal débuté la rencontre car nous avons manqué d’impact physique et de rigueur dans notre jeu, sur la première période. Quand tu encaisses un but à la 4e min de jeu, tu te compliques la tâche et tu ne te mets pas dans les meilleurs conditions. Il faut beaucoup de caractère pour réagir, et nous en avons probablement manqué durant les quarante-cinq premières minutes. Nous avons mieux joué en seconde période, et avons réussi à bousculer un peu Montpellier en nous créant quelques occasions. Mais dans le foot, ce sont les buts qui comptent et qui permettent de gagner… Nous avons eu une bonne réaction, mais cela n’a pas été suffisant pour prétendre à un résultat positif.

 

À part contre les équipes du Top 3, on dirait que cela s’est parfois joué à pas grand chose… D’après toi, qu’est ce qui vous a manqué pour engranger davantage de points depuis le début de la saison ?
– En effet, comme je le disais un peu plus tôt, hormis contre les trois équipes de tête, je pense que tout peut arriver, que le championnat reste relativement ouvert, et qu’une rencontre n’est jamais gagnée d’avance. Un match de football se joue sur de nombreuses petites choses, des détails. Je pense que par moment, nous avons manqué de rigueur défensive et « oublié » de tuer le match en concrétisant nos occasions. Il y a aussi eu des erreurs individuelles et collectives qui ne pardonne pas dans les matches de haut-niveau. Nous avons souvent été dans la réaction, plutôt que dans l’action et cela fait toute la différence. Force est de constater, que nous sommes souvent mal rentrées dans nos matches, et que nous avons montré de bien meilleures choses en seconde.

 

Justement, de ton point de vue de capitaine, quelles sont les qualités et les défauts de votre équipe ?
– Joker ! (Rires) À vrai dire, c’est toujours difficile de répondre à cette question. J’ai moi-même mes qualités et mes défauts, alors je suis mal placée pour juger de ceux de l’équipe. Je n’ai pas envie de parler de défauts, mais plutôt de points que nous devons continuer de travailler. Nous devons apprendre à être plus efficaces dans les moments importants, tant offensivement que défensivement. Comme évoqué toute à l’heure, il y a le fait de rentrer plus vite dans les matches, mais aussi d’être plus solides et agressives dans les duels. Nous avons fait quelques cadeaux à nos adversaires, et je pense que nous devons faire preuve d’un peu plus de caractère. C’était une de nos forces la saison passée, et nous peinons un peu plus dans ce nouvel exercice en D1. Je pense qu’il suffit de continuer à travailler chaque jour pour devenir meilleures, et gommer nos imperfections. Pour être un peu plus positive, je dirai que nous sommes prêtes physiquement. Nous avons des bases tactiques très intéressantes et nous sommes capables de nous adapter facilement en fonction des demandes du coach. Je crois vraiment que nous sommes une équipe qui tente de proposer du beau jeu, et qui fait tout pour montrer que nous avons les qualités nécessaires pour prétendre au maintien en D1.

 

Quels sont les objectifs du LOSC d’ici la fin de saison ?
– L’objectif principal est simple. Nous voulons le maintien ! Nous espérons nous mettre à l’abri le plus rapidement possible. À la fin du championnat, il n’y a que les points qui comptent alors il faut être réalistes : si nous voulons prétendre à quelque chose, il faudra gagner des points dès que l’occasion se présentera.

 

Et tes objectifs à toi, en club et avec les Red Flames (équipe nationale de la Belgique) ?
– Mes objectifs personnels sont d’abord, de répondre positivement aux attentes du club et du staff. Être irréprochable, et aider un maximum mon équipe à atteindre nos objectifs collectifs. Travailler plus dur jour après jour pour devenir plus forte. Repousser mes limites, et montrer que j’ai le niveau de la D1. Concernant l’équipe nationale, je dirais que c’est quasiment la même chose, avec pour objectif, la qualification pour la Coupe du Monde 2019, en France, évidemment (sourire) ».

 

 

 

Propos recueillis par Sandrine Dusang

 

 

Crédit photos : LOSC.fr