Lotta Schelin : « La France est favorite… »

Victime d’une déchirure à la cuisse gauche mercredi dernier, Lotta Schelin ne pourra pas participer au match amical entre la France et la Suède ce samedi, à Amiens (en direct sur D17 à 20h50). L’échographie de contrôle passée ce mercredi a confirmé l’évolution normale de la blessure. L’attaquante suédoise est tout de même avec sa sélection et nous livre son sentiment sur ce match…

 

 

 

Tout d’abord, peux-tu nous en dire un peu plus sur ta blessure ? Et quelles sont les dernières nouvelles ?

 

Je me suis blessée à la cuisse gauche la semaine dernière. Sur une frappe, j’ai senti tirer un peu, alors j’ai arrêté tout de suite pour ne pas aggraver la chose. Jeudi dernier, j’avais fait une première écho qui montrait une petite déchirure, alors le staff médical et moi avons décidé de me mettre au repos. Ce n’est pas très grave, et je ne sens pas grand-chose au quotidien, mais comme on voit toujours quelques traces sur l’échographie de contrôle, il vaut mieux être prudent. Je pense que c’est l’histoire de quelques jours, et que je pourrai reprendre progressivement les entraînements dès la semaine prochaine.

 

J’imagine que tu es un peu déçue de ne pas pouvoir jouer contre la France, et particulièrement contre tes coéquipières lyonnaises ?

 

C’est dommage oui, et un peu frustrant pour moi de ne pas pouvoir jouer contre la France samedi, mais le staff de la sélection et moi, nous sommes dit que quelque part ce n’était qu’un match amical. Cela ne vaut pas la peine et je ne veux pas prendre le risque d’aggraver cette blessure même si pour moi, c’est toujours spécial de jouer contre la France et que j’aurais adoré être sur le terrain. Il faut savoir être raisonnable et prendre un peu plus de temps, pour revenir au top de ma forme plus rapidement ensuite. Je dois être prête pour les prochains matchs officiels.

 

Malgré la blessure, seras-tu quand même du côté d’Amiens samedi pour suivre le match ?

 

Oui  bien sûr ! Je suis quand même venue au rassemblement avec l’équipe. Ce n’est qu’un stage de trois jours, mais cela me semble important d’être là avec le groupe, et de pouvoir faire des soins en parallèle. Nous sommes dans une phase de préparation et parlons beaucoup des prochaines échéances, comme le Tournoi de l’Algarve et la reprise des éliminatoires pour la Coupe du Monde, alors je pense que c’est bien que je sois là pour tout ça aussi.

 

Pour la Suède, ce match contre la France est-il vraiment un match amical ou plus que ça ?

 

Je pense que c’est avant tout un match de préparation, car beaucoup de joueuses ne sont pas encore en compétition et viennent juste de reprendre l’entraînement avec leurs clubs. Ce match arrive peut-être un petit peu tôt, mais en même temps c’est super intéressant de jouer la France. D’autant plus lorsque l’on sait que nous jouerons contre les Etats-Unis, le Danemark, et le Japon dans quelques semaines. C’est incroyable de pouvoir jouer quatre matches de ce niveau en l’espace d’un mois. En tout cas, tout le monde est impatient et motivé pour jouer ce match samedi.

 

 

 

 

Toi qui connais si bien les joueuses de l’Equipe de France…, quelles sont, d’après toi, les principales caractéristiques de cette équipe ?

 

D’abord je trouve qu’en France il y a énormément de bonnes joueuses, alors je dirai que l’Equipe de France a déjà une grande force par la profondeur son effectif. La plupart du temps, le banc tricolore est constitué de filles du même acabit que celles qui sont titulaires. La France est aussi une équipe qui joue bien au ballon, qui pose le jeu, et qui peut créer le danger avec des enchaînements rapides vers l’avant. Pour moi, c’est leur plus grande qualité. En ce moment, elle joue en 4-4-2 et je trouve que ça leur donne plus de force offensivement, alors cela va être intéressant à suivre. Honnêtement, la France est une super équipe, et c’est de plus en plus difficile de trouver leurs failles… Il faudra vraiment être en forme pour les battre !

 

En plus de ton absence, viennent s’ajouter celles de Josefine Öqvist, Therese Sjögran, et Charlotte Rohlin… Est-ce que cela est un véritable handicap pour vous ?

 

Je ne sais pas si on peut vraiment dire handicap, car les jeunes joueuses qui ont été appelées à leurs places peuvent apporter d’autres choses. Pour elles, c’est aussi l’opportunité de montrer de quoi elles sont capables. Nous sommes toujours la Suède, avec notre style de jeu, et nos forces, mais il est vrai que l’absence de joueuses cadres, parmi les plus expérimentées de l’équipe, va certainement influer sur notre collectif et sur le match.

 

Josefine Öqvist et Corine Franco nous ont dit, dans de précédents entretiens, que les matches entre la France et la Suède étaient toujours serrés. Es-tu du même avis, et crois-tu que celui de samedi le sera aussi ?

 

Oui je suis plutôt d’accord avec Josefine et « Cocote ». Mais le match de samedi se joue dans un contexte un peu différent des précédents matches alors ce ne sera peut-être pas aussi « spécial » que d’habitude. C’est un match amical, nous avons 4 joueuses titulaires absentes, et un manque de compétition pour la plupart, alors cela risque d’être relativement compliqué pour nous. La France est favorite sur ce match, mais j’espère que nous pourrons quand même proposer un bon match. Nous avons toujours nos qualités athlétiques et notre jeu, pour les embêter. (Rires)

 

Un pronostic ?

 

C’est difficile, mais pour toutes les raisons que j’ai évoqué précédemment, je pense qu’un match nul serait un bon résultat pour nous quelque part… Je dis 2-2 !

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédits photos : afterellen.com