Ligue des Champions féminine : Format à revoir ?

La Ligue des Champions féminine ne semble guère passionner les foules cette année. Quarts de finale ternes car pour la plupart à sens unique, élimination prématurée de certains prétendants au titre… Le déroulement actuel de la compétition nuit à l’intérêt sportif et risque à terme de désintéresser le public. C’est pourquoi un changement de format semble inéluctable dans les années à venir. Explication et éléments de réflexion.

 

 

 

Victorieuse 8-1 de Neulengbach dimanche dernier avec son club de Tyresö en quart de finale aller de la Ligue des Champions, Caroline Seger aurait dû se réjouir. Pas trop de difficultés à prévoir au match retour avec pareil score à l’aller. Mais la coéquipière de Marta & Co a laissé filtrer cette petite phrase, qui en dit long sur la crédibilité de la compétition : « c’était marrant, mais oui il faudrait maintenant songer à remanier la procédure d’attribution des têtes de séries ».

 

 

Une critique récurrente cette année

 

La capitaine scandinave n’est pas la seule à avoir clairement formulé ce problème. Cela a été mis à jour dès les 16e de finale, qui ont vu s’affronter le PSG et Tyresö, deux équipes « pouvant aller au bout de la compétition » selon l’entraîneur parisien Farid Benstiti. Puis en huitièmes, nous avons assisté à Wolfsburg-Malmö et Lyon-Potsdam, deux affiches d’un niveau bien supérieur au spectacle offert en quarts dimanche dernier. Le célèbre entraîneur de Potsdam Bernd Schröder, content de la qualification de son équipe aux dépens de l’OL, avait toutefois regretté d’avoir joué l’équipe de Patrice Lair si tôt. Entre doubles vainqueurs de la compétition, on se respecte.

 

 

 

Potsdam – OL, finale de 2011

 

 

Des quarts de finale déséquilibrés et prévisibles, quelle crédibilité ?

 

Du coup, on a assisté en quarts à des matchs aller en grande majorité à sens unique : outre le tonitruant 8-1 infligé par Tyresö à Neulengbach, Wolfsburg n’a fait qu’une bouchée de Barcelone (3-0), et Potsdam a littéralement écrasé Torres (8-0). Le seul match un tant soit peu serré a eu lieu entre deux équipes anglaises, Birmingham et Arsenal (1-0).

Ces scores fleuves sont accompagnés de la sensation que les équipes présentes en quarts ne sont pas forcément les meilleures, mais surtout celles qui ont bénéficié du tirage le plus favorable. Malmö, Lyon, et le PSG doivent rire jaune en voyant ces résultats.

Au final, un seul match retour vaudra la peine d’être regardé dimanche prochain : Arsenal – Birmingham. Et ce n’est pas rendre service au football féminin.

 

Idées à l’attention de l’UEFA

 

En Ligue des Champions masculine, il semblerait totalement improbable que le Barça et le Bayern ne se rencontrent dès les huitièmes de finale. Le but d’une éventuelle réforme de la compétition féminine serait, à l’instar de ce qui se passe chez les hommes, d’éviter que des favoris ne s’éliminent trop tôt et tuent une partie du spectacle. Chez les féminines, le système actuel de protection des « têtes de série » dans les premières phases de la compétition a montré ses limites : rappelons que Tyresö – qui va sans doute se retrouver en finale – n’était même pas tête de série cette année, ce qui a coûté cher au PSG notamment. Instaurer un système de poules avec classement pourrait par exemple être une solution plus juste que le tirage au sort pour déterminer les matchs à élimination directe.

 

Et enfin, pourquoi ne pas donner une 3e place qualificative en Ligue des Champions à certains Championnats de haut niveau ? On pense évidemment à l’Allemagne, ce pays où les 3 premiers clubs de Bundesliga ont virtuellement le niveau pour se hisser dans le dernier carré de la compétition. Les Championnats suédois, anglais, et la D1 féminine pourraient également postuler à une 3e place. En France, nul doute qu’à côté de l’ogre lyonnais, au moins 3 équipes (Montpellier, Juvisy, Paris) auraient les moyens de tirer leur épingle du jeu en Ligue des Champions.

 

 

Plus d’infos :

 

Résumé complet des quarts (matchs allers)

 

 

Crédits photos : TyresoFF.se, UEFA.com