Les 5 joueuses à retenir de la Coupe du Monde U17

La Coupe du Monde des U17 s’est terminée vendredi dernier au Costa Rica par le sacre attendu du Japon. Pendant la compétition, de nombreuses joueuses appelées à faire partie du gratin mondial dans quelques années se sont mises en évidence. Foot d’Elles vous propose une sélection des 5 joueuses (et plus) à suivre dans le futur.

  

  

Deyna Castellanos

 

A presque 15 ans, puisqu’elle les aura le 18 avril, elle a été LA révélation du tournoi, menant son pays jusqu’en demi-finale. Un talent, une classe et un sens du but incroyable chez une si jeune joueuse, à la fois rapide et technique. Elle est d’ailleurs la seule à avoir marqué un but à l’invincible armada japonaise. Difficile toutefois de parler d’elle sans mentionner Gabriela Garcia, sa compère en attaque aux statistiques identiques sur la compétition (6 buts, 3 pd). Âgée de 17 ans, Garcia, qui est physiquement impressionnante, a su se démarquer – au-delà de ses statistiques – par sa grosse activité sur le terrain et son sang-froid devant le but.

 

 

But contre l’Italie

 

Jessie Fleming

 

La seule joueuse de la liste à avoir été éliminée avant les 1/2, la capitaine du Canada est peut-être la meilleure joueuse de cette génération. Âgée de 16 ans depuis le 11 mars, cette jeune joueuse a une qualité de passe, une vision et une intelligence de jeu incroyables. Buteuse ou passeuse, elle est également importante défensivement, toujours bien placée. Elle ne rechigne pas non plus aux efforts, aidée en cela par son endurance – excellente coureuse de cross, elle était à 14 ans à 8 secondes du record du 1500 m des juniors Canadiens (moins de 17 ans). Une joueuse complète donc, pièce maitresse d’une sélection canadienne séduisante, qui compte déjà une sélection avec les Seniors – tout comme la prometteuse latérale Sura Yekka -, et qui a assurément un avenir doré. 

 

 

Un coup-franc bien placé 

 

Manuela Giugliano

 

Meneuse de poche (un petit mètre 55) de l’Italie qui a atteint – à la surprise un peu générale – la troisième place, elle a impressionné par sa vision du jeu et sa qualité de passe. Lors du match contre le Vénezuéla, elle a également montré un certain volume de jeu et des qualités défensives en plus de son doublé (deux frappes des vingt mètres). Dans un football italien en plein essor, nul doute qu’on devrait revoir cette talentueuse jeune fille, qui devra cependant travailler physiquement si elle veut faire partie des meilleures. 

 

 

 

Pilar Garrote

 

Elle est le métronome de l’équipe espagnole finaliste de cette Coupe du Monde. Indispensable au milieu (sa suspension pour les 1/2 a été très remarquée), il ne fait aucun doute qu’elle sera un atout important de l’équipe senior dans les années à venir. Il faudra tout de même qu’elle fasse attention, elle qui a pris trois cartons en 5 matchs. Dans le même registre, l’Italienne Cavicchia a joué un rôle décisif dans le beau parcours de son équipe : gros volume de jeu, un placement judicieux, une certaine propension au carton. Dans l’équipe espagnole, difficile de passer à côté de la star de l’équipe, Nahikari Garcia qui, même si elle n’a pas toujours été très en vue, finit le tournoi avec 5 buts et 2 passes au compteur, et a fait montre d’une certaine classe, accompagnée d’une technique au point.

 

 

Une belle frappe !

 

 

Hina Sugita

 

La capitaine de l’équipe japonaise qui a tout écrasé sur son passage, une joueuse formidable qui partage un certain nombre de similitudes avec Jessie Fleming. Meilleure joueuse du tournoi, troisième meilleure buteuse derrière l’intenable duo vénezuélien, elle a été le fer de lance des Petites Nadeshiko. Difficile toutefois de ne pas mentionner cette formidable équipe dans son ensemble, tellement le collectif a impressionné (retour sur les statistiques). Rarement une équipe remplie d’autant d’individualités prometteuses aura autant convaincu en tant que ce groupe.

 

 

Mention spéciale

 

Gloriana Villalobos, la jeune (14 ans) meneuse de jeu du Costa Rica, pays hôte et malheureux -aucune victoire dans la compétition – a ébloui les spectateurs par sa technique et son intelligence de jeu. A suivre de près.

Sung Hyang Sim, jeune (14 ans également) milieu offensif d’une Corée du Nord qui s’est arrêtée en phase de poules, a fait forte impression. Petite, mais très technique, et un volume de jeu important. A suivre.

 

 

 

Crédits photos: women soccer united, lavinotinto.com, The London Free Press, aldia.cr, vavel.com, prokerala.com