Les 5 bonnes raisons de regarder PSG – Montpellier

Nouvelle journée de première division féminine et nouveau choc. Deux semaines après l’affrontement entre l’Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain, le club de la capitale repart sur le champ de bataille pour le compte de la 15e journée de championnat. L’armada parisienne accueillera samedi à Charléty la formation montpelliéraine. Les raisons de ne pas manquer ce duel sont multiples, en voici quelques-unes.

 

Pour voir si Paris pourra confirmer

C’est la grande question de la 15e journée de D1 féminine. Le Paris Saint-Germain confirmera-t-il son exploit d’il y a quinze jours, à savoir son succès acquis à Gerland face à l’Olympique lyonnais ? Après avoir mis fin à plus de trois années d’invincibilité rhodanienne, les Parisiennes ont dans le même temps envoyé un message fort à leurs adversaires. Les investissements qatariens ont porté leurs fruits et si le PSG peut battre Lyon, il peut terrasser n’importe quelle formation. Les filles de Farid Benstiti vont par conséquent accueillir Montpellier ce samedi à Charléty dans les meilleures dispositions qui soient. Les joueuses de la capitale ont toutes les cartes en main pour finir la saison en beauté, à elles d’en faire bon usage.

Parce qu’il reste un billet européen à prendre

Le résultat de la rencontre de samedi entre Paris et Montpellier nous permettra d’y voir beaucoup plus clair sur le dénouement de la saison en cours. Si l’identité du futur champion de France est pratiquement connue, il reste néanmoins un dernier billet à prendre pour disputer la Ligue des champions la saison prochaine. Avec seulement trois unités de retard sur le Paris Saint-Germain (50 pts) – actuellement deuxième du championnat- les Héraultaises (47 pts) ont toutes les raisons d’y croire encore. Une victoire par plus d’un but d’écart permettrait aux joueuses du MHSC de repasser devant leur adversaire du jour et ainsi de se rapprocher d’une qualification européenne. Rappelons tout de même que les filles de Jean-Louis Saez auront encore à affronter l’OL et Juvisy lors des sept journées restantes… Un faux-pas ce samedi à Charléty pourrait par conséquent être rédhibitoire.

Parce que les Montpelliéraines auront faim

Les Héraultaises auront faim et surtout soif de vengeance. Revenons un instant en arrière. Le 5 octobre dernier, Montpellier accueille au stade de la Mosson l’un de ses concurrents directs pour le titre, le Paris Saint-Germain. Alors que l’on se dirige vers un résultat nul, un but partout, c’est un fait de jeu qui fait basculer la rencontre. Restée au sol après un contact, l’Ecossaise Jennifer Beattie ne peut plus assurer son rôle en défense, et c’est précisément sur cette action que les Parisiennes inscrivent leur second but, synonyme de victoire. Manque de fair-play des joueuses du PSG ? Erreur de l’arbitre qui n’a pas stoppé la rencontre ? Les réponses peuvent varier mais qu’importe, le résultat reste le même et les Montpelliéraines n’auront certainement pas oublié ce pénible épisode. La vengeance est un plat qui se mange froid, et pour Montpellier, il est l’heure de se mettre à table.

 

Parce qu’il y a toujours du spectacle

Nous regardons des matches de football pour voir des buts ? Alors pourquoi se priver d’un duel où l’on est quasiment certain qu’il y en aura ? Sur les 27 confrontations entre les deux équipes, championnat et Coupe de France compris, une seule rencontre s’est soldée par un score nul et vierge ! Sur l’ensemble de ces affrontements, 93 pions ont d’ores et déjà été plantés, soit une moyenne de plus de 3 buts par match ! Puis, tant qu’à faire, autant qu’ils soient beaux. Rappelez-vous l’an passé dans l’enceinte du PSG : Reprise de volée en pivot d’Hoda Lattaf qui était venue se loger dans la lucarne parisienne. Quelques minutes plus tard, Kenza Dali envoyait un missile à l’entrée de la surface montpelliéraine dans le but d’une Solène Durand impuissante. Une réalisation magistrale qui permit aux hôtes de s’imposer 3 à 1. L’an dernier toujours, lors du match-aller à la Mosson, Paris avait égalisé dans les arrêts de jeu sur un penalty litigieux transformé par Sabrina Delannoy (1-1). Ajoutez à cela « l’épisode Beattie » évoqué précédemment et vous voilà avec une affiche qui réserve toujours des surprises. Il serait dommage de rater ça n’est-ce pas ?

Pour voir les meilleures buteuses de D1

Marie-Laure Delie et Josefine Öqvist sont de véritables modèles d’adaptation. Arrivées respectivement au Paris Saint-Germain et à Montpellier cet été, les deux attaquantes n’ont pas tardé à faire parler la poudre. Delie, la Parisienne, s’est illustrée dès la première journée en ouvrant son compteur buts contre Yzeure. Öqvist, la plus Montpelliéraine des joueuses suédoises, s’est réveillée au cours de la 3e journée contre ces mêmes Yzeuriennes. Aujourd’hui, la Scandinave comptabilise 14 réalisations en autant de matches disputés, dont quatre doublés et un hat-trick. Au classement des buteuses, Josefine Öqvist partage la deuxième place avec la Juvisienne Gaëtane Thiney. Inutile de ménager davantage le suspense, la joueuse qui caracole en tête de ce classement n’est autre que Marie-Laure Delie. L’ex-avant-centre du MHSC a déjà scoré à 16 reprises cette saison en ayant pris part à seulement 12 rencontres ! L’internationale tricolore peut d’ores et déjà se targuer d’avoir inscrit deux triplés et un quadruplé ! Vous aimez la rivalité Ronaldo – Messi ? Vous adorerez le duel Delie – Öqvist.

 

 

 

Crédits photos: Giovani Pablo