LDC : Wolfsburg – Barcelone, opposition de styles

En affiche des quarts de finale aller de la Ligue des Championnes 2013-14, les Allemandes du VfL Wolfsburg, tenantes du titre, reçoivent les Espagnoles du Barça, dimanche 23 mars (17h15, en direct sur Eurosport). Enjeux et étude comparative.

 

 

 

Si le Wolfsburg de 2012-13 a réalisé la saison passée un triplé aussi historique que celui du Bayern Munich de Frank Ribéry, le Barça de Jennifer Hermoso est encore bien loin de la réputation et des résultats européens de la formation de Léo Messi. Mais l’équipe, à l’image de la sélection nationale féminine espagnole, semble suffisamment en devenir pour que la rencontre des deux onze constitue le temps fort des quarts de finale de cette Ligue des Championnes 2014. Deux équipes qui partagent quelques points communs… et beaucoup de différences…

 

Un cheminement (presque) semblable… et trompeur

 

L’une comme l’autre sont les sections féminines de clubs masculins professionnels. Certes, chez les hommes, le Barça appartient depuis toujours au gratin du football mondial, alors que le VfL en est bien loin, avec son seul titre de champion d’Allemagne (2009) et sa 66e place au classement UEFA… Mais les histoires de ces sections se ressemblent pas mal.  Celle du Barça est créée en 2001, celle de Wolfsburg deux ans plus tard. La première se stabilise en Superliga à partir de 2004-05, la seconde s’installe en Frauen Bundesliga en 2006-07. Les Catalanes remportent leur premier championnat national en 2012, les Louves en 2013… Leur processus évolutionnaire semble suivre un même rythme. Mais l’équipe sponsorisée par VW (sans qui la ville de Wolfsburg ne respirerait plus) va passer une surmultipliée, que celle financée par Qatari Airways n’a pas encore été capable d’assurer…

 

LdC 2013 dans le rétro : résultats contrastés

 

Lors de la saison 2012-13, les Allemandes frappent en effet très fort. Tandis que les Blaugranas mettent sous vitrine leur deuxième titre de championnes d’Espagne consécutif, avec une Copa del Rey en bonus (la deuxième de leur histoire), les Louves affamées, au palmarès encore vierge, font main basse sur tout ce qui passe à portée. Elles gagnent leur première Bundesliga, leur première Pokal Cup et, de leur toute première participation à la LdC (due à leur place de dauphines du Turbine Potsdam la saison précédente), ramènent la coupe européenne à la maison,  provoquant les larmes des invincibles Lyonnaises, doubles tenantes du titre et battues sur un penalty de « La Martina » (Müller)… Le Barça, lui, s’est fait éjecter dès son entrée dans la compétition, explosé par les Gunners d’Arsenal Ladies (0-3, 0-4)…

 

 

Un Wolfsburg 2014 moins fringant ?

 

Cette saison voit un Wolfsburg moins dominateur en Bundesliga. À moins d’une dizaine de journées de la fin, l’équipe n’occupe que la 3e place, à cinq points de Francfort et quatre de Potsdam. La prudence reste cependant de mise, le calendrier se montrant plus favorable au VfL qu’à ses adversaires. Les joueuses de Ralf Kellerman auront en effet l’avantage de les recevoir,  notamment les actuelles leaders à la toute dernière journée. Et si l’équipe a d’ores et déjà perdu la Pokal Cup après son élimination dès les 8es par Francfort (0-1), elle paraît bien décidée à ne pas lâcher son titre européen. D’autant qu’une deuxième victoire lui permettrait de revenir la saison prochaine, perspective mise en danger par son classement du jour en Bundesliga. Du coup, « Kessi » (la capitaine Nadine Keßler) et ses amies retrouvent leur sérieux. Elles atomisent les Estonniennes de Pärnu (14-0, 13-0) et passent à la trappe leur compatriote Anja Mittag et les Suédoises de Malmö (2-1, 3-1)…

En deux saisons de LdC, Wolfsburg affiche un bilan impressionnant : 13 matches,  12 victoires, 1 nul, 57 buts marqués, 8 encaissés. Défaite inconnue… La vétérane Conny Pohlers (35 ans), meilleure buteuse de la compétition en 2013 avec l’Italienne Panico (8 buts), fait encore la course en tête cette saison, ayant scoré six fois, et portant son total en LdC à 48 réalisations, record absolu !

 

Un Barça 2014 consacré ?

 

Les filles du Barça roulent bien cette saison. En route pour leur 3e championnat d’Espagne d’affilié (8 pts d’avance sur le — désormais traditionnel — rival malheureux de l’Athletic Club Bilbao, que les Catalanes accueillent lors de la prochaine journée de Liga), elles ont surmonté le traumatisme de leur début européen raté de 2013. Certes, l’équipe s’est quelque peu extraite aux forceps des 16es face aux Danoises de Brondby (0-0, 2-2), mais elle est passée. Et en 8e, le FC Zürich n’a pas pesé lourd (3-0, 3-1). Ce rendez-vous face aux championnes d’Europe allemandes servira de test majeur. La marche sera-t-elle trop haute ? Dans une interview accordée au site de l’Uefa, un certain complexe d’infériorité affleure dans les propos de la brillante et jeune Alexia Putellas (20 ans). Nous saurons bientôt s’il n’avait pas lieu d’être,  ou si la double championne d’Europe U17 avec l’Espagne a fait preuve de lucidité…

 

 

 

 

Des Catalanes sans surprise…

 

Calqué sur celui des Iniesta, Xavi et Messi, et codifié il y a vingt-cinq ans par Johann Cruijff, le jeu des Barcelonaises ne varie jamais : possession de balle, passes courtes, collectif tourné vers l’avant et s’appuyant sur une qualité technique de haut niveau. On tire beaucoup (42 fois en deux matches contre Zürich) et on cadre assez bien (15)… Mais face à une équipe plus physique, un risque existe pour le Barça de se retrouver impuissant. On l’a vu contre Arsenal en 2013. Cette saison, Brondby a bousculé les Catalanes, se créant plus d’occasions qu’elles malgré l’élimination. Face au pressing incessant et à l’impact des Goeßling, Fischer, Popp ou Keßler, les Blaugrana pourraient éprouver des difficultés à développer leur jeu.

 

… mais quel visage pour les Louves ?

 

D’autant que peu d’équipes comme Wolfsburg savent s’adapter aux situations les plus diverses, et changer éventuellement de dispositif tactique. La formation de Ralf Kellerman joue très bas si nécessaire, fait le dos rond, harcèle et étouffe l’adversaire, sabote à leurs racines ses circuits préférentiels, avant de le poignarder avec des contres meurtriers. Ça vous rappelle quelque chose ? Sûrement… Mais le VfL est tout aussi capable de prendre le jeu à son compte lorsqu’on ne s’y attend pas. Et voilà le onze en mode rouleau-compresseur. Une version moins fréquente cette saison ? Sans doute. Mais d’ici à les en croire désormais incapables…

 

Alors ? La rigueur, le pragmatisme et l’expérience germanique ? Ou la fougue, la finesse et la jeunesse catalane ? Seule certitude : les spectateurs auront droit à une belle opposition de styles…

Wolfsburg partira favori sur ce match à domicile, et même pour la qualification. Mais Sonia Bermudez et ses coéquipières ne sortiront pas des vestiaires en brebis vouées à se faire dévorer par la meute des louves…

 

 

 

Crédits photos : vfl-wolfsburg.de, fcbarcelona.es