La #meufdefoot, c’est elle

Rien ne prédestinait Emilie Ros a devenir une des twittos les plus en vu du foot, notamment celui pratiqué par les femmes. Et pourtant, avec son hashtag #Meufdefoot, la Parisienne rassemble une vraie communauté de passionnés du ballon rond.

Elle raconte l’aventure à grand coups de « ouf » et de « hallucinant ». Emilie Ros est une communicante née. Et une adepte des réseaux sociaux, particulièrement de Twitter. C’est comme ça qu’est né le hashtag #meufdefoot.

« Je suis une fan de Twitter, je twitte tout le temps, sur tous les sujets qui m’intéressent. Et comme c’est la mode sur le réseau, j’invente des hashtags en fonction des sujets. Pour la bouffe j’utilise #adieumonslim et pour le foot #meuf de foot », commence Emilie Ros.

Supportrice du PSG

Si elle n’est pas du tout sportive, elle a toujours été une amatrice de foot. « Je suivais les potes qui jouaient en bas du quartier : Creil où j’habitais, Nogent-sur-Oise où mon petit frère jouait, les Portugais de Montataire… », raconte-elle. Puis elle s’est mis à live-twitter des matches du PSG et des Bleus particulièrement.

Avec Meufdefoot, elle s’est aussi intéressée au foot pratiqué par les femmes et suit désormais les filles du PSG et les Bleues. « Beaucoup de filles se sont mis à utiliser ce hashtag et il rassemble maintenant des supportrices de Saint-Etienne, de Lyon, de Marseille, de Lille, c’est génial », se félicite Emilie. Des femmes, mais aussi des hommes. L’objectif pour Emilie : « Parler foot, partager cette passion commune, même si on est pas expert, dans le respect ». Elle tente de ne pas voir les mauvais côtés du mini buzz médiatique créé par son invention, « les c*** qui me conseillent de retourner en cuisine, j’essaie de ne pas leur répondre ! », assure-t-elle.

Des marques invitent les meufs de foot au bord des terrains

Depuis 2014, première fois où elle l’a utilisé « si ses (mes) souvenirs sont bons », #meufdefoot prend de l’ampleur. A tel point que pendant l’Euro 2016, des marques la contactent pour l’inviter à participer à des opérations marketing, et à des matches, sur le terrain. « Vous vous rendez compte, moi Emilie, 36 ans, de Creil, invitée à voir des matches de l’Euro en bord de pelouse ! Je ne viens pas de ce monde, c’est un truc de fou ! » Dynamique et bavarde, elle n’hésite pas à associer d’autres meufs de foot aux invitations histoire de renforcer la communauté et de faire des rencontres « en vrai ». Elle se rapproche ainsi d’Isa de Monaco et de Céline de Marseille.

Puis, elle décide de déposer sa marque à l’Inpi pour la protéger. « Je ne voulais pas que ce marqueur de notre communauté de meufs supportrices de foot soit repris pour du business ou avec des valeurs qui ne sont pas les miennes ». Mais l’Inpi refuse de déposer des noms de domaine juste pour bloquer une éventuelle utilisation, il faut faire de cette nouvelle marque quelque chose de concret. Alors Emilie se « creuse le cerveau » et choisit de décliner son hashtag en tee shirt.

« On a lancé le projet avec Julien et Sébastien du blog PK Foot qui ont été parmi les premiers à m’inviter à des opé, c’est important pour moi de m’en souvenir, et ils sont devenus des amis ». Ensemble, ils dessinent donc des tee shirts ornés du marqueur #meufdefoot et choisissent des partenaires pour fabriquer en France (tee shirt corner) et en coton bio. « Mon but n’est pas de quitter mon job et de me faire de l’argent avec des trucs à 5€  », justifie la désormais chef d’entreprise. « Mais j’avoue que ça me fait plaisir de recevoir les photos des filles qui portent ces maillots, on a même eu des grands-mères et leur petit fille comme clientes ! »

La boutique en ligne est lancée en mai 2018. Coupe du monde oblige les ventes décollent vite. 200 unités de tee shirts et sweats sont vendus.

Des actions pour la Coupe du Monde féminine ?

Pendant ce temps, Emilie Ros continue de twitter. Elle a aussi changé de boulot. Après le Parc Astérix, France Télévision, et une agence de communication généraliste, la trentenaire a rejoint Uniteamsport en octobre dernier. « L’aventure Meufdefoot m’a aidé a décrocher ce poste je pense : ça montre que je sais susciter la curiosité, créer une communauté, que j’aime le sport », détaille-t-elle.

Désormais, si son boulot lui prend du temps, elle garde aussi des créneaux pour Meuf de foot. Elle participe notamment chaque lundi à 17 heures, à la « tribune PSG » avec Bruno Salomon sur France Bleu Ile de France. Elle réfléchit aussi à décline #meufdefoot par clubs et à faire bouger les meufs de foot pour la Coupe du Monde féminine en France l’été prochain.

#minimeufdefoot

En attendant, elle sort une nouvelle collection de tee shirts, dès fin septembre. « Ce sont des papas et des mamans qui m’ont contacté pendant la Coupe du Monde, j’ai dit oui : on vient de créer un tee shirt #minimeufdefoot », raconte-elle, ravie.

Parce qu’il n’y a pas d’âge pour commencer.

 


Crédit Photos : Radio France Christophe Abramowitz, Twitter Emilie Ros

Laisser un commentaire