La confirmation parisienne

Deux semaines après son authentique exploit sur la pelouse de L’Olympique lyonnais, le Paris Saint-Germain a confirmé en disposant à domicile de Montpellier sur le score de 2 buts à 0. Un succès qui permet aux Parisiennes d’éliminer leur adversaire du jour de la course à la Ligue des champions et, pourquoi pas, de continuer à rêver d’un titre à l’issue de la saison.

 

Le plus dur c’est de confirmer, Paris l’a fait à merveille. En match d’ouverture de la 15e journée de D1 féminine, le Paris Saint-Germain accueillait Montpellier pour ce qui constitue l’une des affiches du championnat de France. Avec une défense imperméable, un milieu de terrain constamment au pressing et une Kosovare Asllani en grande forme à la pointe de l’attaque, le PSG n’a laissé que des miettes à son adversaire du jour.

 

Un match à sens unique

 

Dominatrices tout au long de la première période, les Parisiennes sont logiquement rentrées aux vestiaires avec une longueur d’avance au tableau d’affichage. Les filles de Farid Benstiti n’ont pas mis longtemps avant de faire sauter le verrou montpelliérain. Sur un bon décalage côté droit de Kosovare Asllani, Kenza Dali a vu sa frappe déviée par Karchaoui, tromper la vigilance d’une Laëtitia Philippe impuissante (7e). Auteure d’une première mi-temps de haut vol, la gardienne du MHSC a sauvé les meubles à plusieurs reprises lors du premier acte. Asllani (20e), Horan (22e) et Bresonik (26e) se sont toutes les trois cassé les dents sur la portière héraultaise. Son homologue parisienne a en revanche passé une première période très tranquille. Pour preuve, Karima Benameur n’avait toujours pas touché le moindre ballon après 15 minutes de jeu…

 

 

Montpellier s’est plus montré en seconde période… Quoique. Les Héraultaises ne se sont procurées aucune occasion franche en 90 minutes. Josefine Öqvist ne s’est montrée dangereuse en aucun cas. Et pour cause, la Suédoise a été parfaitement muselée toute la partie par une charnière centrale, Laura Georges – Annike Krahn, des plus sereines. Si, de son côté, le Paris Saint-Germain s’est montré moins dangereux qu’en première mi-temps, il a tout de même su être suffisamment réaliste pour doubler la mise. Entrée en jeu quelques minutes auparavant, Shirley Cruz a inscrit son 3e but de la saison à la 70e minute de la partie. Celle que l’on annonce sur le départ a vu le cuir lui revenir dans les pieds au point de penalty après la parade de la gardienne Laëtitia Philippe. Sans se poser de question, l’ancienne lyonnaise a crucifié la portière héraultaise d’une frappe imparable. Jamais inquiétées, c’est finalement en toute logique que les Parisiennes se sont imposées à domicile face à des Montpelliéraines plus spectatrices que joueuses ce soir.

 

Un grand pas vers l’Europe

 

Avec ce nouveau succès, le troisième consécutif contre Montpellier, les Parisiennes réalisent une excellente opération en vue d’une seconde qualification consécutive en Ligue des champions. Avec dorénavant 6 longueurs d’avance sur son concurrent héraultais, nous pouvons affirmer sans trop nous avancer que le PSG a mis hors-course ce soir l’un de ses rivaux dans la course à l’Europe. Si la décision de rendre ses 4 points à Juvisy se confirmait, les Essonniennes reviendraient pratiquement à hauteur des Parisiennes, en attendant le duel décisif entre les deux formations le 25 mai prochain à Bondoufle. Entretemps, ce nouveau succès permet aux joueuses de la capitale de mettre la pression sur Lyon et de rêver, encore un peu, à un possible sacre à l’issue de la saison.

 

 

 

Crédits photos : Giovani Pablo