Josefine Öqvist : « Le match le plus important de la saison »

Arrivée à Montpellier cet été pour pallier au départ de Marie-Laure Delie, l’attaquante suédoise Josefine Öqvist n’a pas tardé à faire souffrir les défenses de D1. Actuellement 2e meilleure buteuse du Championnat, elle revient sur son début de saison et nous parle du choc de samedi contre le PSG. Le match se jouera à Charléty à 18h45 et sera diffusé sur France 4.

 

 

Après avoir passé la majeure partie de votre carrière en Suède (Linköpings, Tyresö, Kristianstads), pourquoi avoir choisi de rejoindre Montpellier cette saison ?

 

A 30 ans, après environ 15 ans de football en Suède derrière moi, je voulais vraiment faire quelque chose de nouveau. Mon agent m’a parlé de Montpellier, ils étaient intéressés car ils m’avaient vu jouer à l’Euro cet été. On a discuté et ça s’est passé très vite. J’avais aussi parlé à ma compatriote suédoise Kosovare Asllani (PSG) car c’est une très bonne amie, et elle m’a conseillé de venir dans le Championnat de France. Aujourd’hui, je ne regrette pas, je suis très heureuse ici. Après m’être entrainée en Suède sous des températures glaciales pendant des années, j’apprécie vraiment le climat du Sud de la France! Et Montpellier est une très belle ville.

 

Avec 14 buts en 14 matchs, vous êtes actuellement 2e meilleure buteuse de D1 (à égalité avec la Juvisienne Gaëtane Thiney). On peut dire que vous n’avez pas eu beaucoup de difficultés à vous adapter au Championnat de France. Qu’est-ce qui a fait que votre intégration a été aussi rapide ?

 

Je suis assez expérimentée maintenant, j’ai joué dans toutes les compétitions majeures avec l’Equipe de Suède (Coupe du Monde, Euro, Jeux Olympiques). Je connais mes qualités, notamment ma vitesse, et je savais qu’en faisant ce que je sais faire ça allait marcher. En Equipe Nationale, on m’utilise plutôt en milieu de terrain, mais ici le coach m’a fait comprendre dès le début qu’il me recrutait en tant qu’attaquante, il avait besoin d’une vraie numéro 9. Ce positionnement plus haut sur le terrain me plait énormément. J’ai commencé à marquer, ça m’a mis en confiance et maintenant je ne m’arrête plus !

 

 

 

 

Pour en venir au match qui nous intéresse, comment abordez-vous le déplacement de samedi à Paris ? Crucial dans la lutte pour la place européenne ? Victoire obligatoire ?

 

Ca sera dur car on sait que le PSG a une très bonne équipe. Mais on a nos chances.  On veut aller en Ligue des Champions l’an prochain donc on va à Paris pour gagner. Je pense que c’est le match le plus important de la saison. Il va falloir jouer collectif, et on devra absolument marquer sur nos rares occasions. En fait ça veut dire que vais devoir marquer pendant ce match si l’opportunité se présente ! Ca va être fun, j’aime ce genre de rencontres. Pour tout vous dire, j’ai déjà hâte d’être à samedi!

 

Ne craignez-vous pas que les Parisiennes soient galvanisées après leur victoire d’il y a 2 semaines à Lyon ?

 

Et bien c’est positif pour nous si elles sont sur un nuage suite au match contre Lyon et pensent être supérieures, on peut utiliser cela pour les battre.

 

Que retenez-vous du match aller (perdu 1-2) ? Que faut-il améliorer ?

 

On avait bien négocié le début de match en marquant en premier, puis on avait sombré après. Peut être était-ce la fatigue, je ne sais pas. Mais maintenant, on sait ce que chacune d’entre nous doit faire. Il faudra qu’on joue en équipe. Et si on parvient à marquer, c’est là qu’on devra être bien organisé collectivement pour ne pas les laisser reprendre le dessus comme elles l’avaient fait au match aller. La défense devra être dans un bon jour !

 

 

 

 

Vous allez affronter votre compatriote Kosovare Asllani. Vous qui la connaissez bien, que faut-il craindre d’elle ?

 

Elle est très technique et lit bien le jeu. Elle peut donner de bons ballons aux attaquantes mais aussi marquer, donc c’est un danger permanent pour les défenses adverses.

 

Quelles sont les principales différences que vous avez pu remarquer entre le football français et suédois ?

 

L’entrainement ici est assez différent. En Suède, c’est plutôt le jeu long qu’on travaille et qu’on met en pratique en match, et on a toujours des exercices assez rudes à effectuer l’entrainement. Ici, c’est plus tourné sur le jeu de passes et la technique, moins sur le physique.

 

Pour finir, vous qui êtes aussi internationale Suédoise, avez-vous déjà dans un coin de votre tête le  match amical qui aura lieu contre l’Equipe de France le 8 février à Amiens ? Un pronostic ?

 

J’en ai parlé avec la coach de l’Equipe Nationale, je ne participerai pas à cette rencontre car j’ai une petite fille, et les aller-retour vont me faire trop de trajets. J’ai besoin d’un jour de repos pour m’occuper de ma fille. Et oui, je suis une maman-footballeuse! Mais bien sûr, je regarderai ce match. C’est difficile de faire un pronostic, je vois un match tres serré, 1-0, ou 1-1. J’espère que la Suède va gagner !

 

 

Billets pour PSG-Montpellier à Charléty

 

Crédits photos : MHSCfoot.com