Euro 2017
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de nanard1 à 25/09/2017 19h33
D1 F 2017-2018
Dernier message de ebro95 à 25/09/2017 19h24
D1 F 2017-2018
Dernier message de germain à 25/09/2017 18h40
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Euro 2017 : Une deuxième journée entre satisfaction et attentes


Publié le 23 juillet 2017 | Euro 2017
Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles


Euro 2017 : Une deuxième journée entre satisfaction et attentes

Entre les équipes éliminées, celles qui se sont qualifiées et les autres, toujours en stand-by, la deuxième journée des phases de poule de l'Euro a permis de dessiner (un peu) le contour des futurs quarts de finale. Alors que l'Angleterre a frappé un grand coup contre l'Espagne (2-0), retour sur ce deuxième acte hollandais.


 

 

Groupe A : La Norvège au bord du précipice, la Belgique proche de l’exploit

La deuxième journée des phases de poule de cet Euro féminin a débuté par une énorme surprise, avec le deuxième revers, en autant de rencontre, de la Norvège, à Breda. Cette fois, c’est face à une vaillante Belgique que les Norvégiennes ont cédé (2-0), au terme d’une nouvelle partie décevante de la part des joueuses de Martin Sjöogren. Très attendue lors de cette compétition, Ada Hegerberg aura symbolisé l’impuissance de son équipe. Dans une ambiance de feu, et devant 6200 Belges (sur 8477 spectateurs), Janice Cayman et son groupe ont offert à leur pays les premiers points de son histoire à l’Euro. Ovationnée lors de sa sortie, la joueuse montpelliéraine a inscrit le deuxième but de la rencontre à la 67e minute suite à une longue touche. Avant cela, c’était la milieu de Gent, Elke Van Gorp, qui avait ouvert le score à l’heure de jeu (1-0, 59e). Depuis 1997, jamais la Norvège, qui devra compter sur un improbable concours de circonstance lors de la prochaine journée pour passer en quart, n’avait été sortie aussi précocement. Mais l’abattement du camp nordique jeudi était noyé par les cris de joies du côté Belge.

La qualification se jouera lundi face aux Pays-Bas, à nouveau victorieux dans un mouchoir de poche face au Danemark (1-0), dans la soirée de jeudi. Moins d’une semaine après un match historique face à la Norvège, les Oranje ont de nouveau livré une prestation convaincante, s’ouvrant rapidement le chemin du but sur penalty à la 20e minute. Sans trembler, la joueuse de Twente Sherida Spitse transformait l’opportunité sur la droite de Stina Lykke Petersen, battue pour la première fois de la compétition. Plus agressives (46 ballons récupérés, contre 28), et plus entreprenantes (9 tirs à 2), les hôtes de la compétition ont bien envie de montrer qu’elles ne se laisseront pas faire devant leur public, alors qu’elles sont presque qualifiées en quart de finale. Les deux derniers matches de la poule A risquent donc d’être très tendus, puisque aucune équipe ne peut réellement se permettre de perdre. Norvégiennes et Danoises devraient notamment jouer à couteaux tirés.

 


Groupe B : L’Italie out, la Suède déroule

Une semaine après sa victoire aux forceps contre l’Italie, la Russie avait l’occasion de frapper un grand coup face à la Suède, puisqu’un succès lui assurait d’être qualifiée pour la première fois de son histoire en quart de finale de l’Euro.
Dans ce match arbitré par la Française Stéphanie Frappart, ce sont pourtant les jaune et bleu qui ont démontré leur supériorité tout du long. Auteure d’un premier match exceptionnel, la gardienne russe Tatyana Shcherbak a été beaucoup moins irréprochable sur sa sortie lors du premier but suédois. Sur coup franc à la 22e minute, celle-ci manquait son intervention, laissant les cages vides pour Lotta Schelin, qui ouvrait son compteur dans la compétition de la tête, inscrivant le 7e but de sa carrière à l’Euro. Dominées de la tête et des épaules, les Russes cédaient une deuxième fois sur un déboulé tout en puissance de Stina Blackstenius, qui concluait d’un bel extérieur (2-0, 51e). Pas rassurant pour le clan d’Elena Fomina, qui jouera sa qualification face à l’Allemagne, mardi (20h45), tandis que la Suède jouera la première place du groupe face à l’Italie.

Contre la dernière équipe à l’avoir éliminé à l’Euro (en demi-finale 1993), l’Allemagne de Steffi Jones avait l’occasion de jouer un mauvais tour à l’Italie, puisqu’une défaite signifiait l’élimination pour Melania Gabbiadini et sa bande. Et au terme d’un match de haute volée, c’est bien l’Allemagne qui l’emportait (2-1). Les Italiennes auront toutefois vendu cher leur peau, tombant sous le coup de décisions arbitrales discutables, d’une gardienne adverse, Almuth Schult, en grande forme, et d’une attaque allemande retrouvée. Muette au cours de son entrée dans l’Euro, l’armada germanique a frappé par deux fois. Mais l’Allemande Joséphine Hening a d’abord profité d’une énorme erreur de main de Laura Giuliani sur coup franc à la 19e minute, pour marquer de la tête, tandis que Babett Peter inscrivait le but de la victoire sur penalty (2-1, 67e). Entre-temps, Ilaria Mauro, championne d’Italie avec la Fiorentina cette saison, avait ouvert son compteur dans la compétition en reprenant au premier poteau un bon centre de Bonansea, à la 29e minute. Insuffisant pour garder la Squadra Azzurra, qui a vu Bartoli être expulsée à la 69e minute, en vie dans cet Euro d’où l’Italie sort déjà. «On a maintenant quatre points et une bonne référence pour le dernier match», positivait Schmidt après la rencontre. L’Allemagne a fait le plus dur, en conservant le résultat malgré une belle résistance adverse. Comme en 2013, les championnes d’Europe en titre savent gagner les matches importants, même de justesse….

 

 

Groupe C : La Suisse reprend espoir, la France et l’Autriche au ralenti

En ouverture, samedi, du groupe C, se jouait le match de la mort entre la Suisse et l’Islande, puisque le perdant se voyait condamné à une élimination précoce. (Un peu) Moins agressives que lors du premier match face à la France, ce qui leur avait valu quelques remontrances, les Islandaises se montraient toujours dangereuses sur coup de pied arrêté, mais laissaient plus d’espace à une Suisse au jeu et aux cadres (Bachmann et Dickenmann) retrouvés. Ce sont les joueuses en bleu qui encaissait cette fois les coups, à l’image de ce gros tacle de Lara Dickenmann sur Brynjarsdóttir à la 6e minute qui valait un jaune à la capitaine helvète. Marquée à la hanche gauche, la joueuse des Portland Thorns réalisait peu après la demi-heure de jeu le geste idéal alors que le roc islandais semblait s’effriter suite aux vagues suisses répétées. D’un renversement dans la profondeur, qui laissait l’arrière-garde adverse sur les talons, la numéro 10 islandaise servait parfaitement Fridriksdottir, qui remportait son duel d’une frappe croisée (1-0, 33e). Mais son bourreau ramenait les deux équipes à égalité juste avant la mi-temps (1-1, 42e), suite à un bon service en retrait de Bachmann dans la surface.

La deuxième mi-temps démarrait sur les chapeaux de roues, avec ce but de Bachmann dès la 52e minute (2-1), avant qu’un gros contact entre l’attaquante Jónsdóttir et la gardienne suisse Gaëlle Thalmann, qui valait quelques points de suture à cette dernière, n’interrompe le jeu pour de longues minutes. Rien ne bougeait plus par la suite, et même les onze minutes de temps additionnel accordées par Anastasia Pustovoitova ne permettait à l’Islande de revenir.


La suite, vous la connaissez. L’équipe de France, qui avait remporté ses cinq premières confrontations face à l'Autriche dans son histoire n’a pas récidivé en concédant le nul (1-1). Les Bleues ont encaissé un but de Makas suite à un coup franc dès la 26e minute. Sauvée par Henry, auteure du but égalisateur à la 50e, les Bleues joueront leur qualification face à la Suisse, mercredi.

 


Groupe D

Corrigés un peu plus tôt cette semaine par l’Angleterre et l’Espagne, l’Ecosse et le Portugal ouvraient le bal de cette dernière partie de la 2e journée des phases de poules dans un match qui promettait d’être disputé. Ce fut le cas (5 cartons jaunes distribués), et si les solides écossaises furent les premières à se mettre en évidence avec cette énorme double occasion pour Lana Clelland, dont la frappe touchait finalement le poteau après avoir été dévié par la goal du Sporting Portugal, Patricia Morais, c’est bien le Portugal qui revenait aux vestiaires avec un but d’avance. A un peu plus d’un quart d’heure de la pause, l’attaquante Carolina Mendes profitait d’une énorme bévue de Vaila Barsley pour inscrire le premier but lusitanien en phase finale de l’Euro (1-0, 26e). Abattu par l’ouverture du score, l’Ecosse ne parvenait pas à réagir, manquant d’encaisser un deuxième but à plusieurs reprises avant et après la pause. Entrée à la 54e minute, la milieu écossaise Erin Cuthbert égalisait d’un but plein de sang-froid à la 68e minute, croyant sonner la révolte de son camp, mais c’est une autre entrante, Ana Leite, qui redonnait l’avantage au Portugal dans la foulée (2-1, 71e). Caroline Weir touchait la barre portugaise à moins de dix minutes de la fin. S’il se faisait une petite frayeur sur un ultime corner, le Portugal s’offrait la première victoire de son histoire à l’Euro pour jouer (pourquoi pas ?) leur qualification face à l’Angleterre jeudi prochain.

Sous la pluie qui tombait drue à Breda, Anglaises et Espagnoles ont conclu par un beau choc cette 2e journée, au terme d’un match relevé mais que la météo a perturbé en fin de rencontre. Ce choc aura surtout prolongé le calvaire de l’arbitre italienne Carina Vitulano, déjà critiquée pour sa prestation lors de France-Islande. La femme en jaune se sera surtout faite remarquée pour deux décisions litigieuses : un but refusé à la 5e minute à l’Angleterre, pour un hors-jeu très discutable, ainsi qu’un penalty non sifflé pour l’Espagne en toute fin de rencontre (75e). Sur le terrain, ce sont les filles de Mark Sampson qui se sont imposées (2-0) grâce tout d’abord à un but très précoce de Francesca Kirby dès la 2e minute, sur un mouvement collectif rapide qui a surpris toute la défense de la Roja. En fin de rencontre, l’attaquante d’Arsenal Jodie Taylor profitait d’un décalage délicieux de Jordan Nobbs pour inscrire son 4e but dans cette compétition. Impressionnant face à une équipe espagnole dont la maîtrise technique et tactique (74% de possession) n’est pas à renier, on en vient à trembler quand on sait que l’escadron britannique pourrait tomber face aux Bleues en quart de finale… Pour le savoir, il faudra attendre la fin de la prochaine journée, jeudi prochain, avec ces rencontres prévues à 20h45 entre Lusitaniennes et Anglaises, et entre Ecossaises et Espagnoles.

 

Retrouvez tous les classements et résultats de l’Euro sur Foot d’Elles.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
6 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.