Actus
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de footixdefrance à 23/09/2017 19h44
D1 F 2017-2018
Dernier message de leoj118 à 23/09/2017 19h06
D1 F 2017-2018
Dernier message de footixdefrance à 23/09/2017 18h19
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

D1 : Les équipes "flops" à la trêve


Publié le 29 décembre 2016 | Actus
Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles


D1 : Les équipes flops à la trêve

Foot d'Elles vous propose de revenir, en deux parties, sur le début de saison des douze équipes de D1. Dans ce deuxième volet, zoom sur les équipes qui ont "déçu", ou en tout cas dont on attendait peut-être plus. La déception est plus ou moins grande selon les équipes pour lesquelles les attentes n'étaient identiques.


 

 

 

Lyon

Pour le décuple champion en titre, la déception est toute relative et sa défaite lors de la onzième journée face au Paris Saint-Germain après une petite alerte face à Montpellier la journée précédente n'a pas entamé son statut de favori pour le titre, d'autant plus qu'il recevra le club de la capitale lors de la phase retour avec un seul but de retard. Mais il s'agit tout de même d'une déception au regard de la qualité du recrutement et de l'effectif (qui n'a pas forcément été épargné par les blessures). À n'en pas douter, avec en plus un effectif encore renforcé qualitativement et quantitativement à la trêve, les Rhodaniennes vont vouloir mettre les points sur les "i" en 2017 sur la route d'un nouveau triplé espéré.

 

Juvisy

C'est LA déception du début de saison. Membre du top 4, battu de justesse par Montpellier la saison précédente, Juvisy est cette saison loin des trois équipes qui étaient ses concurrents jusqu'à présent. Sa défaite lors de la première journée à Guingamp a été la première d'une série de résultats décevants parmi lesquels la défaite face à l'Olympique de Marseille -un match dont Juvisy aurait probablement dû demander le report- ou le match nul face à Bordeaux. L'équipe a également perdu face à deux (ex-)concurrents directs, Montpellier et Paris, et si elle a deux matches reportés à disputer, l'un sera contre Lyon. L'autre, face à Saint-Etienne pour la reprise de la D1 (le 11 janvier), sera important pour débuter l'année dans de bonnes conditions. Les absences d'Inès Jaurena ou Charlotte Bilbault n'ont pas aidé, mais Juvisy aurait dû faire mieux. Il lui faudra notamment travailler l'efficacité devant le but pour confirmer son statut parmi les meilleures équipes de France.

 

Saint-Etienne

En balance avec Rodez et l'OM pour une place dans les "tops", Saint-Etienne paie ici sa fin d'année 2016 où l'équipe n'aura pas réussi à trouver le fond des filets en novembre et décembre et sa défaite face à un concurrent direct (OM) pour terminer. Avec un effectif qui a subi quelques changements et qui a rajeuni avec notamment l'arrivée de plusieurs talents issus de la formation lyonnaise ou la titularisation dans les buts de la meilleure gardienne de la Coupe du monde U20, le club a réalisé un début de saison solide mais aurait certainement pu faire mieux. Après quelques mois de rodage et un calendrier bouleversé avec deux matches reportés (Juvisy et PSG) en l'absence de Mylène Chavas et Maëlle Garbino devenues indiscutables, 2017 peut voir le club faire un bond au classement, la quatrième place étant accessible. Cela passera par une victoire dès la reprise face à Juvisy en match en retard.

  

Soyaux

Pour sa quatrième saison en saison en D1, Soyaux a réalisé un recrutement intéressant et l'on attendait peut-être mieux de cette première partie de saison. Avec deux victoires seulement au compteur (sept les trois saisons précédentes), dix buts marqués (six pour Laura Bourgouin) et une neuvième place provisoire classement (match reporté face à Albi), Soyaux a quelque peu déçu en perdant des points contre des concurrents directs (Rodez, Saint-Etienne, Guingamp) ou des équipes moins bien placées (Metz) même si l'équipe a réussi à remporter des matches compliqués (OM et Bordeaux). Sans Gwendoline Djebbar ni Lydia Belkacemi, l'équipe a peut-être manqué de peps. Mais le calendrier lui est favorable en 2017 avec six premiers matches à sa portée. À la lutte avec plusieurs équipes pour une quatrième place qui s'annonce ouverte, les Sojaldiciennes ont leur destin en mains pour la seconde partie de saison.

 

Albi

Pour sa troisième saison dans l'élite, Albi est, comme Soyaux, en retard par rapport à ses temps de passage des années précédentes. Toujours à la lutte pour le maintien, le club tarnais n'a obtenu qu'une victoire en ce début de saison (face à Metz) et se retrouve logiquement en position de premier relégable à la trêve. Comme Metz, l'équipe a eu beaucoup de difficultés à trouver le chemin des filets adverses (un but) malgré des joueuses de talent et si elle ne trouve pas de solution, il sera compliqué de s'en sortir et éviter la relégation. L'arrivée de Sabrina Barbe 14 buts en 16 matches en D2 avec Bordeaux la saison passée) pourrait l'aider dans ce secteur, ainsi que les résultats putôt positifs face à Saint-Etienne (0-0) et Rodez en décembre (1-0). Mais Albi n'a plus le choix désormais, et plus de calcul à faire. Avec en plus deux matches reportés (Soyaux, OM) avec l'absence de ses deux vice-championnes du monde U20 Cindy Perrault et Laura Condon (et un potentiellement face au PSG), Albi a plusieurs opportunités supplémentaires de se reprendre, avec notamment deux matches et cinq points de retard sur Bordeaux, premier non-relégable.

 

Metz

Malheureusement pour le troisième promu que l'on attendait à la lutte pour le maintien, le début de saison a été très difficile. À la trêve, les chiffres ne poussent pas à l'optimisme pour cette équipe qui possède plusieurs jeunes talents (Mansuy, Dechilly, Gavory, Gathrat, Altunkulak, Khelifi): plus mauvaise attaque (ex-eaquo), plus mauvaise défense (ex-eaquo), seule équipe sans victoire, un but inscrit, un point obtenu, un retard de huit points sur le premier non relégable (mais avec un match supplémentaire à disputer), Metz va devoir sortir le grand jeu en seconde partie de saison s'il veut éviter de continuer à faire l'ascenseur. Promu en D1 après la saison 2013-2014, le club nouvellement fusionné avec le FC Metz avait passé une courte saison en D1 avant de retrouver la D2 la saison passée. Cette expérience ratée n'a pour l'instant pas porté ses fruits. La fin d'année a été plus positive, il faudra continuer sur cette voie, mais avec un besoin impératif de résultats rapidement.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
7 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.