Coupe de France
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de chrdollar à 25/09/2017 23h34
D1 F 2017-2018
Dernier message de alhazred à 25/09/2017 23h12
D1 F 2017-2018
Dernier message de bougezvous à 25/09/2017 22h51
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

CDF : Pour une place de petit poucet...


Publié le 12 décembre 2015 | Coupe de France
Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles


CDF : Pour une place de petit poucet...

FC Parisis/AS Poissy, seule rencontre dont les deux équipes évoluent dans des divisions de ligue inférieures à la DH (division d'honneur, équivalente à une troisième division)... Qui sont ces clubs et qu'attendent-ils de ce match, et de la Coupe de France ? Les coachs nous répondent.


 

 

 

Pouvez-vous rapidement nous présenter votre club ?
Jordane Delaeter (Poissy) : « Dans les années 90, l'AS Poissy avait une section féminine et une équipe d'une bonne renommée nationale. L'une des joueuses cadres était d'ailleurs Madame Brigitte Henriques Olive. La section a finalement été abandonnée quelques années plus tard (1995-1996). Nous avons remonté la section il y a maintenant cinq ans, avec pour but de développer le football féminin en partant du haut, et en redescendant. En général, c'est l'inverse qui se produit, mais nous trouvions intéressant d'avoir une équipe vitrine pour montrer l'exemple et tirer les plus jeunes vers le haut. Aujourd'hui, la section féminine compte cent licenciées, et notre équipe fanion fait son petit bonhomme de chemin. Nous sommes montés deux fois de suite ces deux dernières années pour atteindre la DHR (Divison d'Honneur Régionale). Chaque catégorie d'âge a son équipe, et nous avons deux équipes séniors : une "loisir" en PL (Promotion Ligue) et une de compétition avec la DHR.
Claire Villiaumey (Parisis) : « Le FC Parisis est la fusion de deux clubs depuis trois ans, Herblay et Pierrelaye. Herblay, évoluait en D2 et était un club féminin assez côté il y a quelques années, mais après certaines péripéties il est descendu au plus bas et a disparu. Cela fait donc trois ans que nous nous reconstruisons petit à petit suite à cette fusion. Aujourd'hui, le club dispose d'une école de foot, d'une équipe U16, et de deux équipes séniors. Celle qui participe à la Coupe de France, évolue dans le championnat PH (Promotion d'Honneur) et l'autre, nouvellement créée, en PL (Promotion Ligue).

 

A la mi-saison, êtes vous satisfaits de votre parcours en championnat ?
J.D – Pour le moment, l'équipe est première au classement mais ce n'est qu'anecdotique car la saison est encore longue. En tout cas, depuis le début de la saison nous n'avons affronté que de belles équipes alors nous nous en sortons plutôt bien avec une seule défaite à Domont. L'objectif de l'équipe en championnat cette saison est avant tout de se maintenir, car après deux montées consécutives il faut parfois se laisser un peu de temps pour « absorber » le niveau. Ensuite, il y a aussi la refonte du championnat de D2 qui va bousculer tout le monde, alors nous nous battons pour finir au moins dans les quatre premiers et assurer le coup.
C.V – A cette heure, je suis relativement satisfaite car nous avons l'ambition de terminer premières de notre championnat et de monter. Aujourd'hui, nous sommes deuxièmes avec cinq victoires et une défaite alors nous sommes toujours dans les clous. Je regrette un peu cette défaite lors de la première journée, car nous avons été cueillies à froid et n'avons pas réussi à nous remettre dedans. Ce match mis à part, les filles ont fait un super boulot et j'espère que nous allons continuer sur cette dynamique pour atteindre notre objectif de montée à la fin de la saison.

 

Lors du tour précédent, vous êtes sortis vainqueur face à un adversaire de niveau supérieur*. Quels enseignements en avez-vous tiré ? 
J.D – La première chose à retenir c'est qu'en Coupe de France tout peut arriver ! (rires) Sur un match, il peut se passer des choses surprenantes. C'est le message que je fais passer aux filles et j'espère qu'elles en sont conscientes.
C.V – Tout simplement qu'il faut partir conquérant, même si l'adversaire joue un niveau au-dessus. Je pense que malgré la différence de niveau, certaines équipes sont à notre portée, et c'est ce que nous avons montré lors de notre match contre Taverny (Cosmo). En se donnant à fond, j'estime que l'on est capable d'aller chercher des victoires qui paraissent pourtant compliquées avant le match. La rencontre contre Taverny peut servir de référence. Nous avons été vaillantes, solidaires, et n'avons jamais baissé les bras. Ce sont des choses que je demande à mes filles depuis le début de saison, et cela fait plaisir de voir que nous en sommes bien capables.

 

Qu'attendez-vous du match de dimanche, et de la Coupe de France en général ?
J.D – Nous connaissons déjà Parisis puisque nous les avons joué en championnat la saison dernière, et c'est une des équipes qui nous avait posé le plus de problèmes. L'équipe s'est renforcée cette année, mais nous savons un peu à quoi nous attendre. En tout cas si elles sont là, et si elles ont éliminé une équipe supérieure au tour précédent, ce n'est pas par hasard. Tout le monde est conscient que cela ne va pas être une partie de plaisir. Nous jouons à l'extérieur, devant leur public, alors même si nous évoluons dans une division au-dessus, il va falloir prendre ce match très au sérieux pour ne pas avoir de mauvaise surprise.
C.V – Sur le papier, nous sommes moins forts que Poissy, mais avec l'envie et les choses que nous avons montré précédemment, nous avons peut-être un coup à jouer. L'an dernier, nous jouions dans le même championnat et si nous avions largement perdu le match aller, nous avions en revanche réussi à les accrocher au retour. Poissy est une équipe solide que l'on connait déjà un peu, même si ils ont certainement recruté suite à leur montée. Participer à ce tour lorsque l'on évolue à notre niveau, c'est déjà une chance. Dans l'équipe peu de filles ont déjà disputé un premier tour fédéral de Coupe de France, peut-être une ou deux, alors il faut se lâcher et tout donner pour tenter d'aller encore plus loin.

 

 

En cas de victoire ce week-end, vous endosseriez peut-être véritablement un maillot de « petit poucet » pour les 32es de finale de la compétition. Qu'est ce que cela vous évoque ?
J.D – Il faut savoir que la saison dernière, Poissy avait atteint ce tour pour la première fois dans l'histoire du club. Cette année, nous rééditons l'exploit en sortant deux « grosses » équipes, mais espérons pouvoir avancer encore un peu. Cela montre le travail accompli et l'investissement des filles depuis plusieurs années. Si nous gagnons, j'espère que nous aurons un tirage favorable et que nous éviterons les écuries de D1, pour aller le plus loin possible dans la compétition et rendre le club encore plus fier de sa section féminine. Si nous sortons de la compétition, nous serons forcément déçus mais c'est que nous aurons eu plus fort que nous en face. Pour nous, la Coupe de France c'est du bonus ! ».
C.V – Le petit poucet, cela me fait penser aux petits clubs masculins qui arrivent à se frayer un chemin parmi les grands et qui créent la surprise en Coupe. Je veux bien être de ceux-là (Rires). Si nous passons ce tour, on parlera de nous. Cela pourrait aussi être une reconnaissance pour le travail que les filles et moi faisons chaque semaine et chaque week-end sur le terrain. Nous devons prendre plaisir à jouer ces matches de Coupe, qui sont une récompense et un bonus pour les joueuses et l'ensemble du club ».

 

 

Lors du tour précédent, l'AS Poissy et le FC Parisis se sont respectivement imposés 1-0, face à Paris P.U.C (DH), et à Taverny Cosmo (DHR).

 

En Île de France, les niveaux des championnats sous la D1 et la D2 sont les suivants : DH, DHR, PH, PL

 

 

 

Crédits photos : aspoissyfootball.frFacebook FC Parisis

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
Vous devez être connecté pour voir les commentaires.