Foot et société
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de rach63 à 18/12/2017 19h54
EDF Objectif 2019
Dernier message de leoj118 à 18/12/2017 19h32
D1 F 2017-2018
Dernier message de gasconha à 18/12/2017 12h58
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Mois de la femme : le football vecteur d'insertion en entreprise


Publié le 19 mars 2015 | Foot et société
Par Anthony Rech pour Foot d'Elles


Mois de la femme : le football vecteur d'insertion en entreprise

Elles dribblent la différence. En ce mois de mars, Foot d’Elles vous propose une série d’articles sur ces demoiselles qui jouent au football dans les sections des grandes écoles françaises. Dauphine, Centrale Paris, les Ponts et Chaussées ou encore l’ESCP Europe.


 

 

 

 

 

 

 

Elles préparent leur future carrière. Au sein de leurs grandes écoles, elles travaillent au quotidien pour être prêtes à affronter leurs futures responsabilités. A côté de leur parcours estudiantin, ces jeunes femmes font partie des sections de football féminin de Centrale Paris, Dauphine ou encore Ponts et Chaussées. Leur bulle d’air à elles leur a ouvert certaines frontières.

 

Le football, un point positif pour le recrutement

Cette passion pour certaines ou ce plaisir de jouer au football pour d’autres peut se révéler un atout sur le marché du travail. « Mes collègues masculins lors de mes stages en entreprise sont désormais indulgents envers les joueuses de football féminin. Ils trouvent cela drôle et bien de faire du football pour une femme. Les mentalités ont changé », explique Sarah Becker, joueuse pour l’école des Ponts et Chaussées de Paris. Joueuse en Division 1 à Issy-les-Moulineaux et étudiante à l’ESCP Europe, le parcours d’Adeline Rousseau inspire le respect de ses futurs collègues : « Souvent, quand je dis je suis footballeuse de D1 et que je cumule mon école de commerce, les gens sont tout de suite impressionnés et admiratifs », confie Adeline Rousseau. Un signe que les préjugés s’effacent peu à peu. Probablement grâce à la progression de la discipline (plus de 83 000 licenciées) et les bons résultats de l’équipe de France. 

 

 

Promouvoir le football en entreprise

La plupart des joueuses des sections féminines de ces grandes écoles souhaitent continuer l’aventure dans leur future entreprise, et pour certaines promouvoir la discipline. « Si je peux faire connaître le football féminin au sein de ma future équipe, ce sera avec plaisir ! Voire même en créer une », promet Chloé Gobé, présidente de la section de Centrale Paris.

Pratiquer un sport collectif permet de créer ds liens au sein d’une équipe de salariés : « Il est clair que jouer au football en entreprise permet d’avoir plus de cohésion entre collègues. Et la notion d’équipe est très importante dans une entreprise », ajoute Marie Ologoudou, président du club de football féminin de l’ESCP Europe.

 

Quoiqu’il en soit, toutes ces jeunes femmes de Centrale Paris, Dauphine, ESCP Europe ou encore Ponts et Chaussées Paris, ont désormais un point commun : elles prennent un plaisir fou sur un terrain. Même si pour certaines ce n’était pas gagné au départ, elles ont compris que le football pouvait les faire avancer. Et peut-être qu’une fois diplômées, elles deviendront ses meilleures ambassadrices.

 

 

 

Crédit Photo : Centrale Num - Ponts et Chaussées

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
Vous devez être connecté pour voir les commentaires.