Il Ettie une fois : une histoire bien ficelée pour la mascotte de France 2019

Le week-end dernier, Ettie, la petite mascotte de la FFF pour France 2019, faisait ses premiers pas médiatiques. Au-delà de l’aspect très mignon de la chose, on remarque aussi une histoire bien ficelée. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour le foot féminin, ça veut dire beaucoup.

En 2015, la France remporte le bid de la Women’s World Cup. Ce n’est que le début du travail pour les équipes françaises, qui ont à peine le temps de célébrer avant de s’atteler à leur tâche : faire de France 2019 le plus grand événement footballistique de l’année.

De 1998 à 2019

L’avantage, c’est que la France a déjà l’expérience de l’organisation de l’Euro et de la Coupe du Monde. En principe, cela devrait faire de notre pays une contrée mieux armée pour pouvoir aborder cet événement à l’impact socio-politico-économique important. Au-delà des joueuses, des staffs, des billets et des goodies – espérons que la FFF et le LOC ont appris des erreurs canadiennes en fournissant assez de goodies pour contenter tous les fans -, c’est aussi le lien avec les fans qui fera de cet événement un véritable succès.

Bien sûr, des fanzones seront créées dans les villes. Et pour les animer et générer de l’enthousiasme et de l’engagement, rien de mieux qu’une mascotte. Cela fait partie des exigences de la FIFA, de même que trouver un slogan. Les équipes marketing se sont mises au travail en 2016. Si on savait que le slogan serait “le moment de briller”, ou “dare to shine” dans la langue de Shakespeare, il fallait encore que la FFF et le LOC dévoilent la mascotte.

Une Ettie de belle histoire

Souvenez-vous, en 1998, c’est Footix, un joyeux coq gaulois tricolore, qui incarnait l’esprit français pour la Coupe du Monde masculine. En 2019, les couleurs françaises seront portées par Ettie, une jolie poussine toute jaune avec de grands yeux, un air taquin et une jolie marinière tricolore à en faire rougir d’envie Jean-Paul Gaultier. Ettie n’est autre que la fille de Footix. “Même si le développement d’Ettie a commencé il y a un an, son histoire fictive se situe en 2003. Février 2003, précisément : en 2019, on fêtera le J-100 avant le début de la compétition, mais aussi l’anniversaire de notre Ettie”, nous confie Laura Goutry. “Tout un champ lexical a été développé par les équipes marketing : Ettie, ça vient d’étoile, et son nom comme son apparence sont en parfaite adéquation avec le slogan “le moment de briller””. Ettie est née d’une étoile, celle qui a récompensé Footix suite à la victoire de la France, en 1998.

En créant une lignée de mascottes, le LOC et la FFF inaugurent une épopée à la Française, renforcée par l’histoire fictive d’Ettie, qui joue avec son père au football. Footix se rend compte de son talent et l’encourage dans cette direction. Ettie, de par son jeune âge et son attitude, pleine de malice, représente le futur du football pratiqué par les femmes. Beaucoup de travail, de dévouement, mais toujours avec le sourire. En offrant à Ettie l’ADN de son étoile, Footix passe un flambeau fantastique à sa fille, et on espère que les Bleues auront le même succès.

Alors certes, la parenté qui a été très accentuée dans le discours mais aussi dans la campagne de promotion, pourrait nuire à Ettie, en la plaçant comme “fille de” avant d’être une footballeuse. Il ne tient qu’à elle – et à l’organisation et aux fans – d’affirmer son indépendance et son identité, bien distincte de celle de Footix, pour faire de France 2019, une vraie réussite et un grand-messe du football pratiqué par les femmes. En tout cas, pour l’instant, les réactions face à la mascotte sont assez unanimes : elle est craquante et l’enthousiasme est déjà présent, auprès des médias, des joueuses, comme du grand public. “Et qui sait, peut-être que dans quelques années, ce sera le fils d’Ettie qui reprendra le flambeau.” Seul l’avenir nous le dira !

 

Photos : Foot d’Elles et Women’s Soccer France

Laisser un commentaire