Guingamp dans le dur

Actuellement dixième du classement de D1, l’En Avant Guingamp vit une saison 2017-2018 quelque peu compliquée. Le déplacement à Lyon ce dimanche, pour le compte de la 12e journée de championnat, ne devrait pas arranger les affaires de l’EAG. Focus sur l’équipe bretonne.

 

 

 

Alors que la phase aller du championnat s’est achevée le week-end dernier, le bilan comptable de l’En Avant Guingamp est pour le moment relativement décevant. En effet, depuis le début de la saison, les joueuses de Sarah M’Barek n’ont pris que 9 points, grâce à deux victoires et trois matches nuls. Pour s’en sortir et ne pas avoir de mauvaise surprise à la fin de l’exercice, les Bretonnes vont devoir mettre les bouchées doubles sur cette deuxième partie de saison. Malheureusement pour l’EAG, la dernière rencontre de l’année 2017 ne sera pas un cadeau, puisqu’il se déplacera chez son homologue, leader aux onze victoires, l’Olympique Lyonnais.

 

Un seul être vous manque et…
Depuis qu’il a pris le nom de l’EAG en 2011, le club breton n’a certes jamais vraiment connu les sommets de la D1, mais a en revanche, toujours fait bonne figure. Alors voir Guingamp dixième du classement à mi-chemin, peut paraître un peu inquiétant. Beaucoup cherche à comprendre pourquoi cette équipe guingampaise manque de régularité et a tant de mal à trouver son souffle cette saison. L’effectif n’a pas énormément bougé, et a même enregistré les arrivées de deux joueuses, déjà devenues indispensables à l’équipe, en les personnes de Solène Durand, ancienne gardienne du Montpellier Hérault, et de la Camerounaise, Claudine Falonne Meffometou Tcheno, en provenance d’Arras.
Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que le départ de Salma Amani, partie pour le FC Fleury 91, n’est pas pour rien dans ce début de saison complexe du côté de Guingamp. En effet, Amani était une pièce maîtresse de l’équipe bretonne, de par son poste d’abord, puisqu’elle évoluait en tant que meneuse, mais aussi de par son rôle de capitaine, qui allait au-delà du terrain… Non seulement, Salma Amani manque au coeur du jeu, mais son absence pourrait aussi être la réponse au faible nombre de buts inscrits par l’EAG depuis septembre (7 buts seulement). La saison dernière Amani était la deuxième meilleure buteuse de l’équipe -avec 9 buts-, juste derrière Desire Oparanozie -10 buts-, beaucoup plus silencieuse et discrète cette année, avec seulement deux réalisations au compteur. Pourtant, le milieu de terrain guingampais compte toujours dans ses rangs, Faustine Robert, meilleure passeuse de l’effectif l’année passée -5 passes-, Marine Pervier, néo-capitaine, et Léa Le Garrec, capable de distribuer le jeu et de prendre sa chance à distance. La qualité semble bien là, alors la machine bretonne finira peut-être par se mettre en route…

 

Mieux vaut-être mené ?
Cette saison, l’En Avant Guingamp n’a décroché que deux victoires, face à Soyaux (2-1) et Lille (1-0), trois matches nuls face à Marseille (0-0), Rodez (1-1), et le Paris FC (2-2), et s’est incliné à six reprises. Parmi ces défaites, certaines ont été plus décevantes que d’autres, comme celles face à Albi (0-2) et à Fleury (1-2), lors des deux dernières journées de championnat. À côté de cela, les Guingampaises ont parfois su montrer un état d’esprit de « lâche-rien », leur permettant de s’imposer dans le dernier quart d’heure à Soyaux, alors qu’elles étaient menées depuis la 5e minute. Ou encore contre le Paris FC, où Marine Pervier et ses coéquipières se dirigeaient vers une défaite 2 buts à 0, avant de finalement revenir à 2-2 grâce à des buts de Léa Le Garrec et Desire Oparanozie dans les arrêts de jeu (94′, 96′).

En regardant les résultats et l’évolution des scores, il semble que l’EAG soit davantage dans la réaction que dans l’action. En effet, il apparaît que lorsque les joueuses de Sarah M’Barek ont marqué les premières, elles n’ont finalement pas réussi à s’imposer… Sauf contre Lille, où les Bretonnes l’ont emporté 1 but à 0 grâce à une réalisation de Faustine Robert, à la 38e. Les deux autres rencontres dans lesquelles les Rouge et Noir avaient ouvert le score, se sont soldées par un match nul, à Rodez (1-1, Robert 38′ ; Mabomba 86′), et une défaite contre Fleury (1-2, Le Garrec 27′ ; Rabanne 40′, Fernandes 70′). Les résultats laissent donc penser que pour Guingamp, être mené au score n’est pas forcément une mauvaise chose. Mais forcément contre le rouleau compresseur lyonnais, on sait qu’un but peut en cacher un autre -et encore un autre…-, et qu’il s’avère plus que compliqué de revenir au score. Déjà dans le dur, ce n’est probablement pas ce dimanche que l’EAG reprendra une bouffée d’oxygène. Heureusement, la trêve hivernale arrive…

Les 10 dernières confrontations entre l’EAG et l’OL
10 défaites guingampaises
58 buts encaissés
3 buts marqués
À Lyon : 29 buts encaissés, 1 seul marqué

 

 

 

 

Crédit photos : olweb.fr, EAG.com