Eugénie Le Sommer : « Une rencontre décisive »

Alors que les Bleues disputeront ce soir une rencontre qualificative pour la Coupe du Monde face à la Finlande, Eugénie Le Sommer est revenue avec nous sur les enjeux de ce match, nous parlant notamment de l’adversaire du jour et de la préparation de son équipe. Interview.

 

 

 

 

 

 

 

Comment vous êtes-vous préparées pour disputer cette première rencontre face à la Finlande ce soir ?

« Nous avons travaillé dans l’optique de jouer un match décisif, ce qui sera le cas. Il n’y a pas eu de préparation particulière, dans le sens où cette dernière est toujours effectuée de façon similaire. Ce qui change, c’est que la partie sera décisive, nous donnerons tout pour réaliser la meilleure performance face à une formation finlandaise qui nous attendra, sans doute, au tournant. Même si on aura une seconde chance avec le match retour, il faut vraiment l’emporter, se baser sur nos acquis et être efficace pour se rendre la tâche moins compliquée ».

 

 

Comment le groupe a-t-il travaillé ces derniers jours lors du traditionnel rassemblement ?

« Ces derniers jours, nous nous sommes entraînées sur les pelouses synthétiques de Clairefontaine, car on sait que l’on évoluera sur ce type de surface lors du match de demain (interview réalisée le vendredi 12 septembre, à la veille de ce match face aux Finlandaises, ndlr). Il est important de s’habituer aux appuis, aux rebonds, car ce sont des choses qui changent un petit peu par rapport à d’habitude. Nous avons également eu droit à une séance vidéo sur notre adversaire, pour essayer de travailler, au mieux, sur ses forces et faiblesses. Je dirai donc que tout le monde est prêt pour se donner au maximum afin de disputer cette rencontre décisive ».

 

 

 

Sur quoi Philippe Bergerôo a-t-il insisté lors des séances de préparation ?

« Il a tout particulièrement mis l’accent sur le fait que la Finlande possède une joueuse de grande qualité au milieu de terrain, qui organise le jeu de façon assez extraordinaire, et qui est constamment recherchée par ses partenaires. Par ailleurs, nous avons travaillé l’aspect tactique au cours des entraînements, mais rien de bien particulier. Je dirai que c’est à nous de nous concentrer sur notre jeu, et de rester sûres de nos forces ».

 

Connaissez-vous cette équipe finlandaise ?

« Nous avons eu l’occasion de regarder comment elles évoluaient à la vidéo, comme je vous le disais. Je ne les connais pas forcément, mais de ce que l’on a pu voir, il y a pas mal d’éléments à garder. Par exemple, elles avaient disputé un match contre la Bulgarie en dominant la partie de A à Z, avec une latérale qui montait beaucoup et qui apparaissait comme intéressante dans le jeu. Cependant, nous pensons bien que le schéma tactique mis en place ne sera sans doute pas le même face à notre équipe, car la Finlande s’attendra à une rencontre difficile ».

 

 

 

Cela vous met-il une pression supplémentaire de savoir qu’en cas de victoire, vous pourriez vous retrouver directement qualifiées pour la Coupe du Monde sans même disputer le match retour ?

« Nous pensons forcément à la Coupe du Monde, cela va sans dire, car c’est notre objectif principal. Cependant, je ne parlerai pas de « pression » dans le sens où, si les choses venaient à ne pas tourner en notre faveur demain (samedi), nous aurions tout de même l’occasion de nous rattraper lors du match retour. Nous avons eu pour ambition de remporter toutes nos confrontations jusqu’à présent, on ne va pas changer d’optique, nous gardons le même cap, même si ce match qualificatif aura forcément une saveur particulière ».

 

D’un point de vue personnel, comment vivez-vous chaque rassemblement avec votre sélection nationale ?

« Lorsque la liste des joueuses convoquées est annoncée, nous sommes toutes attentives au moment de voir si nous sommes dedans. Pour ma part, je suis toujours très fière de porter le maillot de l’Equipe de France. Nous essayons véritablement de donner le maximum à chaque fois que l’on joue. C’est de cette façon que je vois les choses, je suis très heureuse d’être ici, de pouvoir jouer des matches de qualification pour la Coupe du Monde et, pourquoi pas, la compétition en elle-même si nous parvenons à nous qualifier. Je suis encore jeune, je me dis que j’ai encore pas mal d’années devant moi. Pouvoir prendre part à une deuxième Coupe du Monde me ferait vraiment plaisir ».

 

Crédits photos : FFF / W9. 

Suivre Benjamin Roux sur Twitter