Elodie Thomis : « Jouer ces matchs à fond »

Samedi et mercredi, les Bleues affronteront le Kazakhstan et l’Autriche en matchs qualificatifs pour la Coupe du Monde 2015. Des confrontations à domicile qui promettent beaucoup de spectacle. Elodie Thomis, qui pourrait dynamiter l’attaque tricolore dès samedi, aborde avec nous ces deux rencontres et son parcours en Equipe de France.

 

 

 

On imagine que cela vous fait plaisir de vous retrouver à Clairefontaine avec l’Equipe de France, juste après la bonne performance au tournoi de Chypre du mois dernier ?

 

C’est toujours un plaisir de retrouver la sélection, les coéquipières, et c’est toujours un honneur de porter le maillot de l’EDF. C’est vrai que nous avons fini sur une bonne note à Chypre en remportant le tournoi. Ce n’était pas évident, car il y avait de bonnes nations là-bas. Mais nous allons nous servir de ce bon résultat pour bien aborder les matchs de qualification qui arrivent. L’objectif majeur est de nous qualifier pour la Coupe du Monde ; nous allons donc nous concentrer pour ramener les points et finir premières du groupe.

 

Justement, comment arrive-t-on à se motiver pour jouer le Kazakhstan et l’Autriche après avoir joué l’Angleterre, l’Australie, les Pays-Bas, l’Ecosse ?

 

Vous savez, que ce soit le Kazakhstan, les Pays-Bas ou l’Allemagne, c’est un petit peu pareil lorsque l’on porte le maillot de l’EDF : il faut toujours être à 100 % et respecter les équipes supposées moins fortes que nous. Il faudra remporter ces matchs. Et puis, nous avons gagné une place dernièrement au classement FIFA, ce qui est très encourageant et nous donne envie d’aller chercher cette 3e place au classement mondial.

 

 

 

 

 

 

Comment préparez-vous ces deux rencontres à venir ? (Kazakhstan samedi et Autriche mercredi)

 

On s’entraine en fonction de ce que le staff a vu des autres équipes. Après, tout se fait sous forme de jeu, où l’on travaille nos points forts et on essaye d’améliorer nos points faibles. L’idée c’est de se régler pour ces matchs-là. C’est clair que nous allons jouer ces matchs à fond.

 

Contente de jouer ces deux matchs à domicile devant votre public ?

 

Ca va être sympa ! En plus, ce sera diffusé. J’espère aussi que les gens viendront nombreux au stade. Cela fait un moment maintenant que le public nous suit, nous ne sommes jamais déçues par l’ambiance dans les stades.

 

 

 

 

 

 

Sur le plan personnel, vous venez de franchir la barre des 100 sélections en Equipe de France à seulement 27 ans. Cela s’est passé en février dernier contre la Suède. Avez-vous ressenti une émotion particulière durant ce match ?

 

C’est vrai que je suis jeune et que j’ai eu la chance d’intégrer le groupe France très tôt. J’ai beaucoup travaillé pour y rester, car rien n’est jamais acquis. Demain, on peut ne pas être rappelé. Ces 100 sélections sont le résultat de beaucoup de travail, d’investissement et, à un moment donné, on est récompensé. C’était un match particulier c’est sûr. En plus nous avons gagné à la maison face à la Suède, j’étais contente !

 

Vous êtes mondialement connue pour votre vitesse de course hors-norme. N’en avez-vous pas « marre » que l’on vous réduise parfois à cela ?

 

A un moment donné dans ma carrière, cela m’a embêtée, ç’était un complexe. Les gens ne voyaient que ça. J’ai subi beaucoup de critiques du style : « Thomis elle va vite, elle ne fait que ça ». Et moi, je travaillais à côté. Mais depuis, j’ai appris à faire abstraction de tout cela, je n’écoute plus, je fais ce que j’ai à faire. Aujourd’hui, mon niveau est le fruit du travail de toutes ces dernières années. Ma principale arme c’est ma vitesse, que cela plaise ou non ; je sais que dans mon équipe cela sert beaucoup et c’est le plus important.

 

 

 

Prochains matchs des Bleues :

 

France – Kazakhstan : samedi 5 avril à 20h50 en direct sur D17

France – Autriche : mercredi 9 avril à 18h30 en direct sur FFF TV

 

 

Crédits photos : FFF