Déborah Garcia : « L’arbitre était complètement dépassée »

Le match en retard de la 17e journée de D1 féminine entre Rodez et Lyon ce dimanche a suscité de vives réactions. La victoire lyonnaise, deux buts à un, arrachée dans les derniers instants du match sur un penalty généreusement accordé par l’arbitre, a plombé des Ruthénoises toutes proches d’un authentique exploit. Déborah Garcia, la gardienne du RAF, a accepté de revenir sur la rencontre.

 

Quel sentiment prédominait à l’issue de la rencontre dans le camp ruthénois ?

La frustration. Nous tenions le match nul contre Lyon et sur une dernière occasion adverse alors que le temps additionnel initialement prévu était écoulé, nous concédons un penalty très litigieux.

Peux-tu nous raconter cette ultime action lyonnaise ayant amené le penalty ?

L’arbitre avait tout d’abord annoncé 3 minutes de temps additionnel. Arrivé à la 94e minute, les Lyonnaises ont obtenu un corner que j’ai réussi à boxer pour écarter le danger. Seulement, j’étais au duel avec Corine Petit qui m’est retombée dessus après que j’ai boxé le ballon. J’ai ressenti une douleur à l’épaule et je suis restée au sol un bon moment car je souffrais vraiment. Le problème, c’est que l’arbitre ne l’a pas vu et a laissé l’action se poursuivre alors qu’il y avait clairement faute sur moi. Dans la foulée, Amandine Henry fait une main –que l’arbitre ne signale pas- et sur sa frappe, Anne-Marie (Banuta NDLR) contre le ballon d’une main involontaire, sanctionnée d’un penalty à la 94e minute. C’est seulement une fois le penalty sifflé, que l’arbitre a arrêté le jeu pour venir prendre de mes nouvelles pendant que j’étais au sol.

Lyon a-t-il été avantagé par l’arbitre selon toi ?

Je pense mais je ne peux pas l’affirmer, d’autant plus que je n’ai vu que partiellement la dernière action puisque j’étais au sol. Ce sont les autres joueuses de Rodez qui m’ont rapporté ce qui s’était réellement passé après mon duel avec Corine Petit. Je pense en revanche que si nous avions eu en face de nous une équipe comme Guingamp ou autre, l’arbitre aurait sifflé faute en ma faveur au lieu de laisser le jeu se poursuivre. L’arbitre était complètement dépassée hier. Sur la fin du match, elle était débordée et n’a pas pris les bonnes décisions.

 

Avez-vous l’impression d’avoir été volée du coup ?

En quelque sorte oui. Déjà le premier penalty concédé en première mi-temps était limite. Notre défenseuse, Séverine Cabec, en voulant se protéger a fait une main involontaire entraînant la sanction. Et le second penalty est vraiment très sévère comme je l’ai évoqué précédemment.

Rodez méritait-il mieux dans cette rencontre ?

Clairement. Selon moi, nous méritions largement le match nul, voire plus. J’ai beaucoup de mal à digérer cette défaite.

Cette belle performance face à Lyon est-elle tout de même encourageante pour la suite ?

Oui évidemment, je me dis que c’est une très bonne expérience et que ça va nous faire grandir. Ça me rassure pour la suite, je suis convaincue que nous avons largement les moyens de nous maintenir en D1. Il faut que nous arrivions à rééditer ce genre de performance et si nous y arrivons, nous réussirons à nous maintenir.

 

 

Crédit photo: Mica GB M