Damallsvenskan: c’est l’heure de la reprise !

La saison 2014 du championnat suédois commence ce dimanche à 12h30. Voici une petite revue d’effectif des 12 clubs de l’élite avant le début des hostilités.

 

 

 

 

 

Rosengård indetrônable ?

 

Alors que la nouvelle saison va commencer, le FC Rosengård (anciennement le LdB Malmö) semble être le candidat le plus sérieux à sa propre succession : l’effectif a peu bougé, les partantes Veje et Levenstad ont été remplacées, seul le départ de Manon Melis n’a pas été compensé numériquement, certainement dans l’optique d’un temps de jeu plus important pour certaines jeunes et talentueuses joueuses. De plus, Tyresö, le principal concurrent du club ces deux dernières années ne devrait pas se montrer trop dangereux (voir plus bas). Début de réponse ce dimanche à 12h30 contre le promu AIK.

 

Les outsiders

 

Le club le mieux placé pour embêter Rosengård devrait être Linköping, 3e en 2013. Pas de départ important et un renfort par ligne. Un groupe jeune, emmené par les expérimentées Charlotte Rholin et Mariann Gajhede Knudsen en défense, et offensivement notamment par la jeune Danoise Pernille Harder (21 ans), auteure de 17 buts l’année dernière, et la jeune et très talentueuse Stina Blackstenius (tout juste 18 ans), auteure de 9 buts en 11 titularisations pour sa première saison en 2013.

 

Göteborg FC va connaître une année de transition, après avoir connu des pertes importantes à l’intersaison (Averbuch, Asante, Schough, les sœurs Hammarström, Torbjörn Nilsson –l’entraîneur). Mais le club a été ambitieux et a recruté dans l’optique de faire mieux que la 4e place de 2013 : 3 internationales néerlandaises (dont Manon Melis), Sabrina Viguier, et la jeune Julia Wahlberg rejoignent ainsi le club. Au nouvel entraîneur Stefan Rehn d’essayer de mêler ce club à l’ambiance si particulière à la course au titre.

 

 

 

 

Des outsiders surprises ?

 

Umeå, qui avait terminé la saison 2013 en 5e position, s’appuiera sur les mêmes joueuses, à l’exception de la Nigériane Ogonna Chukwudi qui a rejoint Örebro. Avec le retour en défense de la capitaine Berglund, blessée la saison dernière, le club s’appuiera sur un milieu solide et la confirmation attendue du grand espoir suédois Lina Hurtig en attaque pour grapiller une ou deux places dans la hiérarchie du football suédois.

 

Un de ses plus sérieux concurrents sera le KIF Örebro, 6e l’année dernière avec son armada de joueuses expérimentées (les Canadiennes Labbe et Nault, les jumelles Tchèques Martínková, les Finlandaises Talonen et Lehtinen…). Son recrutement devrait lui permettre de viser plus haut, mais pas beaucoup.

 

 

 

La lutte pour la relégation 

 

Les deux promus AIK et Eskilstuna United vont se battre pour rester dans l’élite. Les deux groupes sont jeunes et ont signé des joueuses d’expérience à l’intersaison : Levenstad et la Finlandaise Saari pour la défense d’AIK, Thunebro, Svensson, Persson et l’Italienne Conti pour Eskilstuna United. Cela suffira-t-il ? L’avenir nous le dira.

 

Un autre club devrait se mêler à la lutte pour la relégation. Club mythique du football féminin en Suède, Jitex est à la peine depuis plusieurs années maintenant. Tout a changé à l’intersaison, avec un gros remaniement de l’effectif et de nombreuses nouvelles joueuses, la plus connue étant la Canadienne Emily Zurrer. Espérons pour le club que la mayonnaise prendra !

 

Kristianstad viendra peut-être se mêler à la lutte : 2e plus mauvaise défense du championnat en 2013, rien n’a changé à ce niveau. Difficile donc d’imaginer mieux, même si les jeunes espoirs Welin et Banušić seront attendues.

 

 

Les « sans grade »

 

Vittsjö et Piteå, qui avaient terminé 8e et 7e avec le même nombre de points l’année dernière, ne devraient pas bouleverser la hiérarchie. Vittsjö a fait un joli coup en recrutant la prometteuse Ecossaise Haylee Lauder, et le retour –  après une longue blessure, de la patronne de la défense Ifeoma Dieke, fera sûrement du bien à l’équipe, pas assez toutefois pour espérer jouer le haut du tableau. Piteå possède dans son effectif plusieurs joueuses d’avenir qui profiteront de cette saison pour progresser avec l’aide de coéquipières expérimentées.

 

 

 

 

L’énigme Tyresö

 

C’est la grande inconnue de cette saison. Les déboires connus par le club ne poussent pas à l’optimisme. Malgré déjà de nombreux départs, le club dispose jusqu’à son élimination (ou victoire finale) en Ligue des Champions d’un effectif toujours séduisant. Mais après, et on espérera pour le club une qualification en finale de la compétition, les Américaines encore au club et l’Espagnole Vero Boquete rejoindront leur club en NWSL, et les contrats de Seger, Marta et Söberg ne seront pas renouvelés pour cause de finances insuffisantes. Pour parer à cet exode, le club a recruté plusieurs Brésiliennes, avec en tête d’affiche l’expérimentée Fabiana qui ne devrait cependant pas obtenir de permis de travail. Résultat : pour la seconde moitié de saison, Tyresö ne disposerait, dans le meilleur des cas, que d’une demi-dizaine de joueuses de qualité et expérimentées dans un effectif composé en grande partie de jeunes joueuses sans expérience. La saison du club devrait dépendre du départ pris en championnat.

 

 

 

Crédits photos: svt.se/Scanpix, ourgamemagazine.com, damfotboll.com/ Britta Ålkerlund