D1 : Le sprint final approche

Le week-end approche à grands pas avec son lot de rencontres toutes plus alléchantes les unes que les autres. La 18e journée de D1 féminine revêt une importance capitale pour les clubs souhaitant éviter la relégation. Une sentence à laquelle les joueuses de l’AS Muret auront bien du mal à se soustraire. Un nouveau revers dimanche condamnerait en effet les Murétaines à retrouver la D2, un an seulement après l’avoir quittée.

 

 

 

La première division reprend ses droits après 3 semaines d’interruption. Et ça débutera samedi à 18h00 avec le premier match de la 18e journée de D1 entre Arras (9e ; 32 pts) et Rodez (8e ; 34 pts). Une rencontre qui vaudra très cher en vue du maintien à seulement 5 journées du terme de la saison. Léger avantage aux Ruthénoises qui en plus de compter un match de retard, restent sur une série de résultats convaincants, dont le dernier en date, un large succès 6 buts à 1 sur la pelouse de Muret. Les Arrageoises sont dans une dynamique opposée avec notamment deux lourds revers concédés face à Lyon (2-11) et Paris (1-6) lors des trois journées précédentes.

 

Paris sur un siège éjectable

Les deux leaders du championnat, parlons-en justement. Le PSG (1er ; 62 pts) et l’OL (2e ; 61 pts) ne devraient pas éprouver de grosses difficultés dimanche. Alors que les filles de la capitale se déplaceront à Saint-Etienne (10e ; 31 pts), les Fenottes de leur côté recevront Yzeure (11e ; 28 pts). Deux relégables pour les deux cadors du championnat qui occupent à tour de rôle depuis la 5e journée, les première et deuxième places du classement. Leader provisoire, le Paris Saint-Germain devrait se voir détrôné le 30 mars prochain lorsque son éphémère dauphin lyonnais jouera son match en retard face à Rodez.

Á l’affut aux troisième et quatrième rangs, Juvisy et Montpellier s’affrontent dimanche dans ce qui constitue le choc de la 18e journée de championnat. Une affiche sur laquelle nous reviendrons prochainement plus en détails sur Foot d’Elles.

L’AS Muret dit adieu à la D1 ?

Lanterne rouge du championnat depuis le mois d’octobre et la 8e journée de D1, l’AS Muret (12e ; 18 pts) accueille l’ASJ Soyaux (6e ; 38 pts) pour un match qui pourrait bien mettre fin aux derniers espoirs des Murétaines, si tant est qu’elles n’aient pas déjà baissé les bras depuis bien longtemps. Tout autre résultat qu’une victoire dimanche face à Soyaux condamnerait définitivement les filles de Salim Belhamel à la relégation. Après s’est incliné 4 buts à 1 lors du match-aller, difficile d’imaginer le promu murétain prendre les 4 points de la victoire face aux Sojaldiciennes et ainsi retarder encore un peu plus une rétrogradation qui semble inéluctable.

 

Hénin et Guingamp… De belles histoires !

Autre formation concernée dans une moindre mesure par le maintien, celle d’Hénin-Beaumont (7e ; 34 pts) qui recevra la visite des Guingampaises (5e ; 39 pts). Les Bretonnes feront office de favorites comme l’atteste le large succès obtenu au match-aller sur le score de 4 buts à 1 grâce notamment à un doublé de Clarisse Le Bihan et à une réalisation signée Griedge M’Bock. Deux petits points d’histoire maintenant pour égayer votre lecture. Si vous en doutiez, les Héninoises peuvent faire des miracles face aux Bretonnes. En témoigne le succès 6 à 0 des filles de Yannick Ansart face à l’EAG lors de la saison 2011/2012. Enfin sachez que le 14 mars 2010, Hénin-Beaumont et Guingamp s’étaient quittés sur le score de 5 buts partout avec un triplé de chaque côté ! Le premier signé Pauline Cramer – évoluant aujourd’hui à Anderlecht en BeNe League – pour les joueuses du Pas-de-Calais, le second fut l’œuvre d’Eugénie Le Sommer qui évoluait alors sous les couleurs de l’En Avant Guingamp !

 

 

Crédits photos: Giovani Pablo