CdM U20 – La France passe à l’Oranje

Il leur fallait réagir après une rencontre décevante face à la Nouvelle-Zélande en milieu de semaine. Pour les françaises, l’équation était simple, un match nul et la qualification était assurée. Ou une victoire et la première place du groupe leur tendait les bras. Elles ont préféré la seconde option.

« Je n’hésiterai pas à faire des choix », c’est ce qu’avait promis Gilles Eyquem à l’issue du match face à la Nouvelle-Zélande. Le sélectionneur des Bleuettes a mis à l’exécution ses dire ce dimanche après-midi pour cette rencontre cruciale dans ce groupe A contre les Pays-Bas. Dans le onze de départ, en attaque, après une prestation compliquée devant les Kiwis, Marie-Antoinette Katoto a finalement laissé sa place à la benjamine Amélie Delabre. Melvine Malard a quant à elle récupéré sa place sur l’aile gauche au détriment de Sandy Baltimore. Des changements qui en appelaient d’autres, comme les titularisations de Carla Polito et de Christy Gavory dans le milieu de terrain remplaçant Annahita Zamanian et Hélène Fercocq. En défense, seules Selma Bacha et la néo Montpelliéraine Maëlle Lakrar ont été confirmées en dernière ligne. Poursuivant la logique de ses choix tactiques, Julie Thibaud et Léna Goetsch ont débuté sur le banc alors que Julie Piga et Elisa De Almeida retrouvaient un statut de titulaire. Un coaching payant ?

Dans le vif du sujet d’entrée

Il n’y a quasiment pas eu de round d’observation dans ce match où on prédisait un chaos ambiant en perspective d’une première place. Et les Bleuettes ont vite remédié à apaiser l’esprit des plus de 2200 spectateurs massés dans le stade de Marville. Dès la 8e minute, Amélie Delabre (photo) récupère un ballon venant d’une touche bleue qui vient tromper une première fois la gardienne néerlandaise Lize Kop (1-0). En première période, l’emprise des tricolores sur les Oranjes est totale, et ceci dans tous les secteurs du jeu. A la 27e, Melvine Malard joue de sa puissance pour passer en revue la défense batave avant de déclencher une frappe de 25 mètres échouant de peu la lucarne. A la demi-heure de jeu, Emelyne Laurent est fauchée par Eva Van Deursen dans les seize mètres des Pays-Bas. Amélie Delabre se charge de transformer le pénalty et double la mise. Trois minutes plus tard, l’Auvergnate s’octroie même le luxe de réaliser un coup du chapeau après un gros travail de Laurent sur le côté droit, qui de la tête, trompe Kop pour la troisième fois de la mi-temps (3-0).  Une prestation qui lui permet d’être élue ’’joueuse du match’’.

Une deuxième mi-temps toute en maîtrise

Au retour des vestiaires, les Oranjes sont venues avec d’autres ambitions et ne tardèrent pas à lancer des assauts sur le but de Mylène Chavas. Mais la portière tricolore, qui n’avait pas eu à se déployer jusqu’alors, a su s’imposer par deux fois en face à face, à la 52e et à la 56e devant respectivement Ashleigh Weerden et Caitlin Dijkstra. Un dernier coup franc à la dernière minute du match tiré par Aniek Nouwen, bien arrêté par une horizontale sur sa ligne de but vient conclure son excellent bilan. Mais durant ce deuxième acte, ce sont toutes les lignes de l’équipe de France qui ont travaillé pour conserver ce score.

Les apports offensifs des arrières auront été d’ailleurs un atout pour la France qui lui ont permis de jouer assez haut et de contenir les incursions dans sa surface de réparation de la part de son adversaire du jour. Difficile de ne pas mettre en lumière, la charnière Julie Piga-Maëlle Lakrar qui rend une copie très propre muselant leur vis-à-vis directs. Dans l’entrejeu, Sana Daoudi, peu en vue, alliée à Christy Gavory et Carla Polito ont tout de même assumé leur rôle de pistons. Et comment ne pas parler de la puissance physique apportée par Melvine Malard ainsi que  l’assurance technique d’Emelyne Laurent (photo, ci-dessus), auteure du dernier but français, qui a encore une fois montré qu’il faudra compter sur elle durant ce Mondial.

 

Avec cette victoire (4-0), les Bleuettes s’ouvrent donc la route des quarts de finale, ce jeudi à Concarneau (19h30). Les protégées de Gilles Eyquem y croiseront les tenantes du titre, les Nord-Coréennes, deux ans après leur rencontre en finale. Déjà un match aux sommets en perspective.

 

Les réactions d’après-match :

Gilles Eyquem (Sélectionneur – France U20) : « Jouer une équipe comme celle des Pays-Bas qui joue au ballon est un jeu qui nous convient mieux. Il fallait élever notre niveau. Cette semaine, j’ai senti les filles plus concernées. Aujourd’hui, quand les filles ont vu la composition de l’équipe, il y a eu de l’étonnement. J’ai fait des choix qui, j’espère, vont permettre à toutes de s’épanouir. Pour la Corée du Nord, il nous reste trois jours et j’ai l’embarras du choix après ce match. Mais on va préparer tranquillement tout ça.»

Amélie Delabre (France U20 – élue ‘’joueuse du match ») : « Je suis très contente, on a montré ce dont on était capables de faire. Avant le match j’étais très stressé, mais quand on a commencé, on était dedans, et le premier but m’a libéré. Un triplé pour mon premier match titulaire, je ne peux pas rêver mieux. » 

Michel Kreek (Sélectionneur – Pays-Bas U20) : « Avant le match, l’objectif était de  gagner. Mais après 2-0, nous avons perdu un peu pied. Nous sommes un peu déçus mais nous devrions être fiers néanmoins car c’est la première fois qu’on participe à la coupe du monde. La France est une équipe forte. Elles ont bien géré leur match et ont surtout dépassé les défis. On savait que l’équipe de France se serait bien préparée.»

Laisser un commentaire