CdM U20 : L’Allemagne, spécialiste et inévitable favorite

Comme c’est souvent le cas pour ses ainées lors des grandes compétitions, l’équipe U20 allemande sera elle aussi très attendue cet été, en Bretagne. Co-détentrice du record de titres dans cette compétition (3, avec les Etats-Unis), l’Allemagne a de quoi répondre aux attentes de ses supporters, et faire mieux que lors de la précédente édition où le parcours de la Frauen-Nationalmannschaft U20 s’était arrêté en quarts de finale.

Que ce soit dans les tournois des équipes ¨A¨ ou dans ceux des équipes jeunes, l’Allemagne fait quasiment toujours partie des favoris et fait quasiment toujours de beaux parcours. Cet été, pour la Coupe du Monde en France, c’est encore ce que l’on attend de la sélection germanique U20, sous la houlette de l’infatigable Maren Meinert.

Solide, disciplinée et efficace

Quelque soit les équipes et l’âge des joueuses qui les composent, il y a bien quelque chose que l’on retrouve systématiquement dans les équipes allemandes : la rigueur ! Pas de doute, les jeunes U20 qui évolueront en Bretagne ce mois d’août, ne dérogent pas à cette règle. Un mélange de qualités athlétiques et techniques, le tout dans un joli bagage tactique. Voilà avec quoi les Allemandes ont voyagé jusqu’en France, et avec quoi elles tenteront d’aller chercher un quatrième sacre en Coupe du Monde de cette catégorie U20.

Si l’équipe germanique reste sur des performances un peu décevantes lors de l’édition mondiale précédente et de l’Euro l’an passé, elle aura forcément envie de se rattraper cette année, et ce dès son premier match, le 6 août face au Nigéria. En effet, il y a deux ans, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Frauen-Nationalmannschaft U20 avait été éliminée par la France en quarts de finale de la compétition (0-1). L’été dernier, pendant l’Euro en Irlande du Nord, les U19 – dont douze seront encore présentes en Bretagne -, avaient décroché leur qualification pour la Coupe du Monde en atteignant le stade des demi-finales du tournoi. Une demi-finale perdue 1-2 face à… la France, encore une fois. Depuis l’équipe a pas mal évolué, même si elle a conservé un solide noyau. Celles qui ont battu les Pays-Bas 5 buts à 1 en match amical, en juillet dernier, semblent bel et bien prêtes à briller un peu plus fort encore. Avec ce match de préparation, l’équipe allemande a clairement montré ce à quoi il faudra s’attendre cet été : solidité, discipline et efficacité.

Maren Meinert et ses pépites

Derrière cette Frauen-Nationalmannschaft U20 se cache quelqu’un qui connait très bien le football allemand, et qui après avoir été une joueuse d’expérience de l’équipe nationale, est devenue une spécialiste des équipes de jeunes en matière de coaching. En tant que joueuse internationale, Maren Meinert a su garnir son palmarès avec un titre de championne du monde en 2003 et trois titres de championne d’Europe en 1995, 1997 et 2003. Une expérience de joueuse qui lui a permis de devenir la coach qu’elle est aujourd’hui. Celle qui a repris les rennes de la sélection U20 depuis la victoire lors de la Coupe du Monde 2010, chez elle, en Allemagne, a continué de faire ses preuves avec un second titre obtenu lors de Canada 2014 (le troisième pour cette sélection).

Contrairement a beaucoup de ses homologues entraineurs, Maren Meinert n’a pas choisi entre les U19 et les U20 cette année. En effet, l’Allemande a emmené les U19 jusqu’en finale de l’Euro il y a moins d’une semaine, où elles se sont inclinées face à l’Espagne (0-1). De retour avec la sélection U20, la technicienne, qui détient le record de matches disputés à la tête d’une sélection de cette catégorie en Coupe du Monde (28), fera tout pour emmener ¨ses¨ filles jusqu’au bout et améliorer son propre record.

Pour cela, la sélectionneure s’appuiera sur douze joueuses avec lesquelles elle a déjà disputé l’Euro l’été dernier. Parmi celles-ci certaines s’étaient déjà particulièrement illustrées. On pense notamment aux défenseures, Tanja Pawollek et Dina Orschmann, à l’infatigable doublette du milieu de terrain Graf/Minge, mais aussi à l’attaquante de pointe Klara Buehl. Depuis, le groupe a accueilli de nouvelles joueuses et les cadettes de l’équipe ne semblent pas manquer de talent, à l’image de ce qu’ont montré Lena Oberdorf et Sjoeke Nuesken (toutes les deux nées en 2001) pendant le match amical face aux Pays-Bas. La préparation se termine, les amicaux aussi. Maintenant, ce sont le groupe D (Haïti, Chine, Nigéria) et la compétition qui attendent les Allemandes au tournant. Et un peu nous aussi…


Les présentations des autres équipes du groupe D :

3 commentaires

Laisser un commentaire