CDM U17 : Costa Rica abre sus alas al mundo *

Lorsque sonneront les douze coups de minuit ce samedi 15 mars (en France), débutera au Costa Rica la 4e Coupe du Monde de football féminin U17. Elle se poursuivra jusqu’au 5 avril, avant de livrer le nom de la nation succédant à la France, reine de la planète en 2012.

 

 

 

 

Les Bleuettes, tenantes du titre et grandes absentes

 

Après la première édition remportée en Nouvelle-Zélande par la Corée du Nord face aux USA (2008, 2-1 a.p.), puis la victoire de l’autre Corée — du Sud — à Trinidad et Tobago (2010, 3-3, 5-4 tab contre le Japon) et enfin, le sacre de nos Bleuettes en Azerbaïdjan (2012, 1-1, 7-6 tab face à la Corée du Nord), place à la 4e Coupe du Monde des moins de 17 ans avec le Costa Rica en pays hôte.

 

Seize nations se disputeront pendant trois semaines le droit de brandir, le samedi 5 avril, le trophée objet de tous les rêves de ces jeunes filles. Première — et mauvaise — surprise, la compétition se déroulera en l’absence des tenantes du titre ! La France a en effet échoué à se qualifier. Subissant deux cinglants revers face à l’Espagne (0-2) et surtout l’Allemagne (0-4), elle a été mise à la porte du dernier Euro (servant de qualification au mondial) dès la phase de poules… Mais fi du chauvinisme ! Si sérieuse déception il y a, elle ne nous empêchera pas de nous enflammer aux exploits attendus de futures stars du football féminin international. Et la France n’est pas la seule grosse nation à manquer le rendez-vous. Ainsi en ira-t-il de même des États-Unis, sortis par le Mexique, ou de l’Angleterre, devancée par l’Italie. On se console comme on peut…

 

 

 

Qui pour succéder à Toletti et MBock ?

 

Il y a deux ans, Sandie Toletti, capitaine des Bleuettes, soulevait le trophée après la victoire arrachée aux forceps en finale face à la Corée du Nord, tandis que Griedge MBock Bathy recevait – un bien mérité – Ballon d’or de la meilleure joueuse. Quels noms seront donc gravés au titre de l’édition 2014 ? Six nations semblent sortir du lot :

 

Les Nord-Coréennes, vainqueurs on l’a vu en 2008 et finalistes en 2012, traditionnellement très fortes en sélections de jeunes, partiront une fois encore et à n’en pas douter parmi les grandes favorites.

 

Avec elles, l’Allemagne. Forcément. La jeune Mannschaft a non seulement éliminé la France, mais a aussi été sacrée Championne d’Europe dans la foulée, contre l’Espagne (1-1, 3-1 tab), après avoir pourtant subi une déculottée en match de poule contre cette même « Rojita » (0-4)… Oui, en poule, mais à la fin, on sait qui gagne…

 

Les équipes africaines feront étalage de leur puissance physique toujours très impressionnante et susceptible de ravages. Si la prudence est de mise concernant la Zambie (première participation), les « Black Maidens » du Ghana et les jeunes « Super Falcons » du Nigéria apparaissent bien comme des valeurs sûres, capables d’apporter à l’Afrique sa première couronne dans la catégorie…

 

Le Japon, qui avait ébloui il y a deux ans en matchs de poule avant de céder devant le Ghana, répondra présent avec sa nouvelle génération et son jeu résolument axé vers l’attaque (56 buts en 14 matchs sur les trois phases finales précédentes, record). Le premier gros choc du tournoi verra d’ailleurs les « Petites Nadeshiko » opposées d’entrée à la nation que beaucoup tiennent pour favorite numéro un, l’Espagne, vice-championne d’Europe, et son jeu très collectif, léché et technique.

 

Même si elles semblent moins armées pour aller au bout, on gardera un œil attentif aux performances des Mexicaines, des Chinoises et des Italiennes, sans mésestimer toutes les autres, une surprise étant toujours possible…

 

 

La qualité du jeu proposé en 2012 avait été exceptionnelle, portée par l’enthousiasme d’un public se précipitant à plus de 8000 spectateurs par match. On espère vibrer autant lors de cette édition accueillie par la « Suisse de l’Amérique centrale ». Le succès populaire devrait au minimum égaler celui enregistré en Azerbaïdjan, la rencontre entre Costa-Rica et Vénézuéla étant déjà annoncé à guichets fermés. À noter que tous les matches seront disputés sur des terrains synthétiques annoncés de haute tenue, équipés par la FIFA…

 

Difficile de dire par avance quelles en seront les jeunes vedettes, mais on suivra avec curiosité les performances de la Ghanéenne Fuseina Mumuni, qui fêtera le 2 avril prochain ses… 13 ans ! Elle devrait battre le record de précocité de la Gambienne Sainey Sissohore qui, âgée de 13 ans et 8 mois, avait d’ailleurs marqué contre la France en 2012 (10-2 pour les Bleuettes, quand même). La « Black Starlet » évolue au sein d’une équipe au nom prédestiné : The Right to Dream Academy (L’Académie du droit au rêve)…

 

Espérons que lors de ces trois semaines relayées en direct par Eurosport, le Costa Rica tout entier devienne le pays du rêve. Ne restera plus alors qu’à s’envoler avec la mascotte du tournoi, la jolie petite Júna (« voler » en langue Cabécar) !

 

 

* « Le Costa Rica ouvre ses ailes au monde », slogan du tournoi.

 

Les groupes 

 

Gr A : Costa-Rica, Italie, Vénézuéla, Zambie.

Gr B : Ghana, Corée du Nord, Allemagne, Canada.

Gr C : Nouvelle-Zélande, Paraguay, Espagne, Japon.

Gr D : Mexique, Colombie, Chine, Nigéria.

 

Première journée dans la nuit de samedi à dimanche 16 mars (heure française)

 

Italie-Zambie (0h00) San Jose (direct Eurosport)

Ghana-Corée du Nord. (0h00) Liberia

Costa-Rica-Vénézuéla (3h00) San Jose

Allemagne-Canada (3h00) Liberia (différé Eurosport, lundi17, 16h15)

Nouvelle Zélande- Paraguay (18h00) Tibas

Espagne-Japon (21h00) Tibas (direct Eurosport)

Mexique-Colombie (21h00) Alajuela (différé Eurosport, minuit)

Chine-Nigéria (minuit) Alajuela

 

 

Soutenez le projet « Mêmes Rêves de Foot »

 

Crédits photos : fifa, loc, lnd