C. Le Bihan : « On se croit aux Jeux olympiques »

A moins de 24 heures de la demi-finale des Universiades face au Japon (coup d’envoi à 9h30 heure française vendredi), l’attaquante de l’équipe de France universitaire Clarisse Le Bihan (EAG) a hâte d’en découdre et savoure la compétition aux allures d’olympiade.

 

 

 

 

 

Dans quel état d’esprit se trouve l’équipe de France avant cette demi-finale face au Japon ?

C.L.B : « Toute l’équipe est vraiment heureuse de cette qualification, mais on reste concentrées vers notre objectif. Dès la fin du quart de finale face à la Corée du Sud, la priorité c’était la récupération pour le prochain match… On les enchaîne assez vite alors c’est primordial. Sinon on prend match après match, on se fixe des objectifs à court terme et on met tous les moyens pour y arriver.

 
A deux matches du titre, vous commencez à y penser tout de même ?

– C’est dans un coin de notre tête c’est certain, mais pour le moment on n’en parle pas trop entre nous. On veut tout faire pour gagner notre prochain match face au Japon et après peut-être qu’on pourra en parler.

Face au Japon, c’est peut-être le plus gros morceau de la compétition qui arrive ?

– Ce sera une équipe plus ou moins similaire à la Corée du Sud. Elles sont assez dangereuses en contre mais si on joue notre jeu, on peut aussi les mettre en difficulté. Ce ne sera pas un match facile, mais on a déjà hâte d’y être !

Cette équipe de France, composée majoritairement de joueuses de D1, a tout de même fière allure et le potentiel pour décrocher le titre ?

– On a un groupe très homogène et un bon collectif. On a des joueuses de qualité sur le terrain et en dehors. C’est une force pour nous.

Est-ce difficile de représenter la France à l’autre bout du monde alors qu’il y a un peu plus d’un mois vous étiez à Clairefontaine pour la préparation au Mondial ?

– Non c’est un plaisir, c’est vraiment une belle compétition. Ici on se croirait aux Jeux olympiques c’est vraiment une belle aventure à vivre. Et si on va au bout ce sera encore plus beau !»

 

 

Propos recueillis par Anthony Rech