Ballon d’or féminin : Faut-il changer ?

Une année de jeu, 10 joueuses sélectionnées, plusieurs mois de votes, 373 votants, 3 collèges, une heureuse : Nadine Angerer, élue Meilleure joueuse FIFA de l’année 2013. Mais beaucoup de mécontents, pour qui ces votes ne reflètent pas la réalité. Foot d’Elles a épluché les résultats, et propose un scrutin différent… Si Angerer conserve bien son trophée, Lena Goessling serait sa dauphine… Zoom.
Des chiffres jusqu’à la lie, mais aussi une vraie leçon de géographie avec 148 pays votant pour désigner la Meilleure joueuse de l’année, de l’Afghanistan au Zimbabwe, en passant par les îles Caïman, Hong-Kong ou Montserrat… Avec tout le respect que l’on doit aux « petits pays » du football féminin et en se réjouissant que la discipline se pratique aux Îles Vierges, aux Maldives ou à Saint-Kitts et Nevis, force est de constater qu’ils font pencher la balance d’un côté ou de l’autre, en votant massivement pour les « têtes connues » (Marta, Wambach), conséquence prévisible, et certainement excusable, d’un manque de suivi du football de très haut niveau. Si l’on se réjouit de cette belle manifestation démocratique, le résultat final n’en est pas moins, hélas, perverti…

Et si on changeait la règle ?

 

En cause pour de nombreux observateurs, le système de votes, à savoir qu’entraîneurs et capitaines de sélection et journalistes du monde entier attribuent des points en établissant un classement. Problème majeur, l’accès à l’information foot féminin n’est pas la même partout, ni le développement de la discipline. Ainsi, on remarquait l’an passé que les pays où la pratique avait peu d’importance proposaient des résultats qui semblaient moins cohérents que ceux provenant des USA, du Canada, du Japon ou d’Europe.

 

L’idée n’est pas de dire, vous n’y connaissez rien, alors ne votez pas, ni de faire de l’élitisme. L’idée – s’il y en a une – serait de se rapprocher au maximum de la légitimité du milieu, de remettre un peu de logique dans le système. Joueuses, coaches et médias suivent davantage de près le football féminin mondial quand leur pays participe à ces joutes internationales. À vrai dire, cette étude est plus ludique qu’autre chose… Quoique… Certaines vérités ne manquent pas de s’y cacher…

Angerer confirmée, Goessling réhabilitée…

 

Nous avons repris les résultats de 2012 et 2013, en ne prenant en compte que les nations ayant participé aux compétitions majeures, continentales ou mondiales, depuis 2010. Cela nous amène à 32 nations*.

 

Premier enseignement : une modification du scrutin ne changerait pas le nom de la gagnante. Abby Wambach en 2012 et Nadine Angerer en 2013 l’auraient emporté de toute manière.

 

Deuxième enseignement : le reste du classement serait en revanche bouleversé. Si l’on retient uniquement les votes des 32 nations annoncées plus haut, Lena Goessling – scandaleusement oubliée cette année – remonte en 2e position, Wambach arrive en 3e, juste devant Lotta Schelin, puis Marta**.

 

On remarquera aussi que Goessling l’emporte chez les capitaines, mais est devancée par Wambach chez les coaches, Angerer y caracolant loin devant. Les médias, eux, plébiscitent aussi la gardienne de la Mannschaft, devant la milieu de terrain de Wolfsbourg et la buteuse américaine.

 

En 2012, la 2e place reviendrait à Christine Sinclair, tandis que Marta chuterait à une 7e place plus logique que la 2e initialement remportée. La 3e marche du podium reste à Alex Morgan, devant Aya Miyama et Carli Lloyd***. Evidemment, la FIFA ne prendra pas soin d’apporter ce genre de modification pour son prochain scrutin. Une autre idée serait d’établir la liste initiale en consultant également les médias spécialisés dans la discipline. De toute évidence, le football féminin a besoin d’autre chose.

* Pays retenus : 32
Europe :
Allemagne, France, Suède, Angleterre, Norvège, Danemark, Islande, Espagne, Italie, Russie, Pays-Bas, Finlande
Concacaf : Usa, Canada, Mexique, Costa-Rica
Conmebol : Brésil, Colombie, Chili, Argentine
CAF : Nigéria, Cameroun, Afrique du Sud, Guinée Équatoriale
AFC : Japon, Australie, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Myanmar, Thaïlande
Océanie : Nouvelle-Zélande

 

** Top 3 2013 : 1. Angerer – 2. Wambach – 3. Marta

 

*** Top 3 2012 : 1. Wambach – 2. Marta – 3. Morgan