Une idée...
Sur nos forums
EDF Objectif 2019
Dernier message de ebro95 à 16/01/2018 03h01
EDF Objectif 2019
Dernier message de bougezvous à 15/01/2018 23h01
EDF Objectif 2019
Dernier message de bougezvous à 15/01/2018 22h12
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Common Goal, pour étendre la "culture foot" à travers le monde


Publié le 04 janvier 2018 | Une idée...
Par Benjamin Roux pour Foot d'Elles


Common Goal, pour étendre la culture foot à travers le monde

Il y a quelques mois naissait "Common Goal". Une initiative lancée par Street Football World, organisation qui mène des actions à travers le monde, au moyen du football. Nous avons rencontré Pauline Bremer, joueuse professionnelle de Manchester City passée par l'Olympique Lyonnais, qui a décidé de rejoindre le projet. Interview.


 

Matt Hummels, Véronica Boquete, Shinji Kagawa, Irène Paredes, Juan Mata, Pauline Bremer... La liste des footballeurs et footballeuses du globe qui ont décidé de rejoindre "Common Goal" est longue et ne cesse de grandir au fil des jours. Ces sportifs de haut niveau ont tous décidé de reverser "au minimum" 1% de leurs revenus afin de soutenir des projets et alimenter un fond d'aides au développement. Diverses actions sont menées par le collectif et les ambassadeurs de renom qui composent "Common Goal".

 

Pauline Bremer, joueuse professionnelle dans le championnat anglais (Manchester City) passée par la France sous les couleurs de l'Olympique Lyonnais, a répondu à nos questions.  

 

Pourquoi avoir décidé de rejoindre l'association "Common Goal" ?

P.B : << C'est une bonne opportunité de s'engager dans la société, à mon sens. Je sais que je suis privilégiée d'être dans une situation où je gagne de l'argent en pratiquant le football, un sport qui est une véritable passion et que j'adore depuis toute petite. Je veux redonner un peu au football, à la discipline, car il me donne beaucoup au quotidien. 

 

Comment le projet "Common Goal" t'a-t-il été présenté ?

- Ce sont les représentants de l'organisation "Street Football World" qui m'ont approchée. Je suis ambassadrice depuis un certain temps, et cela fait partie des choses qui me tiennent à coeur, c'est une motivation pour moi. Bien sûr, je sais que cette donation de 1% de mes revenus ne représente pas beaucoup par rapport aux sommes perçues chez les hommes, mais je suis sûre que nous pouvons unir nos forces pour contribuer au développement. Je veux aussi poursuivre le développement de la notoriété du football pratiqué par les femmes, c'est un enjeu majeur. Nous luttons toutes pour avoir les mêmes droits dans le sport, et je veux que toutes les filles qui désirent jouer au foot aient la possibilité de le faire, il y a encore trop de déséquilibres et d'inégalités de ce point de vue-là. 

 

C'est une organisation qui compte plusieurs grands noms du foot masculin et féminin... C'était important pour toi d'en faire partie ?

- Je suis convaincue que c'est une bonne idée d'allier nos forces, que l'on soit joueur ou joueuse, sportif ou sportive de haut niveau. Il y a des personnes qui sont dans le besoin, ou qui sont moins fortunées. Grâce au football, nous arrivons à bien vivre, et à être comblés par notre travail, je trouve qu'il est tout à fait normal de rendre la pareille. 

 

Quelles sont les actions menées durant l'année ? 

- Il y en a plusieurs. Chaque sportif concerné peut opter pour telle ou telle action. Cela va de la simple donation à l'implication sur un événement, un projet... Pour ma part, je suis en train de chercher quelque chose, voir sur quoi je pourrai intervenir et donner de mon temps. Pour les appels à projet, ce n'est pas ce qui manque, l'organisation est en effet représentée dans le monde entier. 

 

Comment se passe ta vie en Angleterre, et dans ton club de Manchester City ? 

- J'aime beaucoup ma nouvelle vie en Angleterre, même si je dois avouer que le soleil me manque un peu de temps en temps (rires). Je me suis très bien intégrée, mais j'ai malheureusement été blessée gravement au genou au début de la saison, j'ai connu une fracture du tibia qui m'handicape encore aujourd'hui... Je n'ai pas encore pu montrer vraiment de quoi j'étais capable, mais je sais que je vais pouvoir rejouer bientôt avec ma nouvelle équipe. Malgré tout, je me sens bien, le club est totalement professionnel, avec des infrastructures de grande qualité pour s'entraîner, et le championnat est relevé, avec un niveau de jeu intéressant. Le challenge m'attire, j'ai hâte de pouvoir en découdre sur le terrain. Concernant la France, elle me manque un peu ! Pourquoi pas y revenir un jour, j'ai grandement apprécié mon expérience là-bas.

 

Quels sont tes objectifs avec ton club ?

- Dans un premier temps, je veux revenir en forme et apte physiquement le plus vite possible. Et puis, Manchester City a de belles ambitions, nous voulons gagner un maximum de titres, particulièrement en Ligue des Champions où un vrai challenge nous attend. Nous voulons être la meilleure équipe anglaise, et performer dans l'optique de devenir un des cadors du football européen. 

 

 

Propos recueillis par Benjamin Roux

 

Crédits photos : DFB / Wikimedia commons

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
Vous devez être connecté pour voir les commentaires.