Top News
Sur nos forums
D1 féminine 2016-2017
Dernier message de corneil69 à 25/03/2017 21h44
D1 féminine 2016-2017
Dernier message de fanol74 à 25/03/2017 19h54
D1 féminine 2016-2017
Dernier message de fanol74 à 25/03/2017 19h42
Toutes les discussions

Sandrine Roux, l’observatrice en chef


Publié le 16 novembre 2016 | Top News
Par Benjamin Roux pour Foot d'Elles


Sandrine Roux, l’observatrice en chef

Le tournoi de Footworking organisé par Foot d’Elles et la FFSE aura lieu ce samedi 19 novembre dans la région de Lyon. A quatre jours de l’événement, la rédaction vous propose un dernier portrait, celui de Sandrine Roux. Ancienne gardienne internationale, elle est aujourd’hui détectrice des jeunes pousses à l’entrée des pôles espoir et France.


 

 

Le tournoi de Footworking aura lieu en fin de semaine (samedi 19 novembre) à l’Urban Soccer de Saint-Priest, en région lyonnaise. Le thème de l’événement : « Femmes en entreprise, et jeunes diplômées attirées par le ballon rond ». Tout au long de la journée, des équipes féminines composées de salariées, de cadres d’entreprises, et de jeunes diplômées, s’affronteront avant un échange et une rencontre avec des sportives de la région en fin de tournoi.

 

Elle, ne pourra malheureusement pas être présente au Footworking samedi prochain. Sandrine Roux, ancienne gardienne internationale française (de 1983 à 2000) en charge du suivi socio-professionnel des sportives de haut niveau à la FFF, est actuellement en Papouasie Nouvelle-Guinée afin de superviser les gardiennes de l’équipe de France U20 engagées en Coupe du monde jusqu’au dimanche 4 décembre. Véritable experte en la matière, elle apporte son soutien et son regard à Gilles Eyquem, coach des « Bleuettes ».

 

La passion et le partage de valeurs

A quarante-neuf ans, Sandrine Roux a toujours été une passionnée de football. Outre une carrière internationale durant laquelle elle aura pris part à plus de 70 rencontres, cette native de Montreuil a commencé le football à la VGA Saint-Maur, équipe au sein de laquelle elle passera dix-sept ans, avant de terminer sa carrière au FC Lyon (deux saisons, de 1999 à 2001). « Le poste de gardienne de but m’a toujours captivée. J’avais une véritable envie de transmettre ma passion et mes valeurs », commence-t-elle. Aujourd’hui détentrice d’un diplôme qui lui permet d’être entraîneur des gardiens de but, elle tente d’apporter aux jeunes tout ce qu’elle a pu apprendre durant sa carrière. « Lorsque j’étais joueuse en équipe de France, j’encadrais déjà les jeunes gardiennes de la sélection U16. A 14 ans, je coachais des gardiens au sein des petites catégories ». Une volonté de former qui lui a valu une proposition de poste en 2001, celui de prendre les rênes de l’entraînement des gardiennes de l’équipe de France U17.

  

De multiples rôles durant sa carrière

Durant sa carrière, Sandrine Roux a toujours gravité dans le milieu sportif. « Je suis aujourd’hui professeur au Ministère des sports, et en quelques sortes « prêtée » et mise à disposition de la Fédération Française de Football ». Grâce à son expérience, cette dynamique femme de challenges a aujourd’hui la possibilité d’intervenir dans le cadre de différentes missions. De la détection des gardiennes pour l’entrée dans les pôles espoirs et France au conseil sur les sélections U19 et U20 (toujours concernant les gardiennes), en passant par l’observation des équipes nationales jeunes, Sandrine Roux possède une vision assez large de ce qui se fait en amont du recrutement et de l’intégration des jeunes joueuses. Détentrice d’un BE2 de football, « je ne m’occupe pas que des gardiennes à présent. J’ai une vision plus globale qui me permet de constater les évolutions tactiques ». Elle est également en charge du suivi socio-professionnel des sportifs de haut niveau. Une base de données est d'ailleurs mise en place sur le site intranet du Ministère des Sports. Elle permet à ces sportifs d'accomplir leurs projets professionnels (dans le cadre d'une reconversion. "Pour vous donner une idée, cela permet d'individualiser un travail de longue haleine avec chaque sportif. Plus les informations sont mises à jour régulièrement sur cette plateforme (par le sportif en lui-même ou par un tiers), meilleures seront les retombées que nous allons avoir à ce niveau-là". 

 

En parallèle, Sandrine Roux est également devenue commentatrice pour certaines rencontres diffusées à la télévision. « J’ai commencé à commenter quelques matches avec Grégory Nowak (désormais journaliste et chef de l’information à Infosport +) il y a plusieurs années. C’était sur la chaîne « AB Sport » à l’époque, j’en garde de très bons souvenirs ».

 

Un football féminin suivi par ses dirigeants

Si elle la suit de près depuis plusieurs années, Sandrine Roux a un avis bien tranché sur l’évolution du football féminin. « Ce qu’il se passe à l’heure actuelle est énorme. Il y a une grande différence avec ce que nous avons connu à l’époque. Tant mieux. Cela veut dire que cette discipline progresse ». Des moyens plus importants sont mis en place, et l’entraîneur des gardiennes est convaincue que cela est aussi dû aux ambitions affichées par le Président de la FFF, Noël Le Graët. « Auparavant, j’ai eu l’occasion de connaître des présidents de fédération qui ne se sont jamais déplacés pour voir jouer l’équipe de France féminine. Aujourd’hui, les mentalités ont changé. Noël Le Graët a confié le poste de secrétaire générale en charge de la féminisation à Brigitte Henriques, et je trouve cela très bien. La volonté est de mettre des hommes et des femmes au service du football féminin, et d’avoir un budget conséquent. C’est un choix fort ».

 

Si il reste encore du chemin à parcourir jusqu’à l’égalité, la machine est en marche. « Je pense que les résultats de la Coupe du Monde 2011 (où les Bleues avaient échoué et s’étaient inclinées en demi-finale face aux Etats-Unis 1-3, ndlr) ont montré aux observateurs que l’équipe de France féminine a les capacités pour figurer dans le top mondial. De plus, je trouve intéressant le fait d’avoir diffusé les matches des derniers Jeux olympiques sur France Télévisions. L’intérêt est que tout le monde puisse avoir accès à ces rencontres, de façon à poursuivre et même accélérer le développement. C’est primordial ».

 

 

 

 

Volet 1 : Paoline Ekambi, la basketteuse-entrepreneuse

Volet 2 : Contitech-Anoflex, un projet pour l'égalité

Volet 3 : Carole Bretteville : "Je n'ai jamais compris pourquoi le sport avait un sexe"

Volet 4 : Rachida, l'autre (soeur) Majri

 

 

Propos recueillis par Benjamin Roux

 

 

Crédits photos : FFF.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
2 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.

cankaya Escort, Ankara Escort, eskişehir Escort, Bursa Escort, izmit Escort, Ankara rus Escort, Escortlariz, istanbul Escort, Antalya Escort, Ankara Eskort, istanbul Escort, Ankara Rus Escort