Actus
Sur nos forums
Euro U19 2017
Dernier message de croskop à 19/08/2017 09h07
Euro U19 2017
Dernier message de mortier à 19/08/2017 07h49
Euro U19 2017
Dernier message de johnjhee69 à 19/08/2017 01h56
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

D1 : La gestion problématique des blessures


Publié le 27 février 2016 | Actus
Par Anthony Rech pour Foot d'Elles


D1 : La gestion problématique des blessures

Ces douze deniers mois, certaines joueuses de D1 ont connu la difficile période de la blessure. Entre indisponibilité rallongée ou complications, certains cas soulèvent un problème structurel des clubs de D1 : la non optimisation du poste médical.


 

 

 

Trois mois, puis quatre mois et finalement six... Une opération indispensable. Ces douze derniers mois, plusieurs joueuses évoluant en Division 1 ou Division 2 ont connu une longue période d'indisponibilité pour cause de blessure. Parfois « pas grave », des complications ont pu se révéler au cours de la période de suivi médical. Ou tout simplment la durée d'indisponibilité a été prolongée. Comme ce fut le cas pour la défenseure de Juvisy Annaïg Butel, hors des terrains depuis la première journée de championnat début septembre 2015, ou encore Kenza Dali qui a dû partir se faire soigner en dehors de la région parisienne. Des cas de figure qui mettent en lumière une problématique contextuelle du football féminin : pourquoi les blessures de certaines joueuses de D1 ou D2 sont-elles aussi longues à être soignées ?


Un suivi médical parfois compliqué

Récemment, Aurélie Cellier, masseur-kinésithérapeuthe, s'est occupée d'une joueuse de la VGA Saint-Maur : « Au club ils n'avaient rien, pas de kiné, pas de médecin. A part son médecin traitant, il n'y avait que moi qui suivais sa blessure ». Le suivi se complique alors. Il faut coordonner les emplois du temps pour prendre les rendez-vous. Et là, la joueuse « bénéficie peut-être moins de soins que si elle était prise en charge par son club ». Ce qui a évidemment une influence sur le résultat du traitement de la blessure.

Suite à une déviation de sa rotule droite fin septembre, la défenseure du LOSC, Laurie Dacquigny, a d'abord observé une période de remusculation pour vérifier que « la rotule reste stable », mais cela n'a pas fonctionné. Après une infiltration, deux mois plus tard l'opération était inévitable. Avec la structure médicale d'un club professionnel comme le LOSC, elle a senti la différence de prise en charge par rapport à ses anciens clubs : « À Arras on n'avait pas de médecin au club, on allait voir notre kiné attitré. Au niveau du suivi ce n'est pas du tout pareil. Pour mes premiers examens, j'ai contacté le médecin du club et il m'a trouvé une IRM en trois jours ». Elle a perdu la moitié de sa force sur le quadriceps droit, mais si tout se passe bien, elle devrait reprendre mi-mars après cinq mois sans compétition.

 
La santé des joueuses en péril ?

Même s'il existe des délais de cicatrisation connus pour un grand nombre de blessures, il faut prendre aussi en compte le paramètre physiologique et les capacités à récupérer plus ou moins vite de la personne .

D'une façon générale, il y a par exemple un peu plus de rupture du ligament croisé antérieur chez les sportives féminines. À cela s'ajoute un déficit physique que les footballeuses de D1, pas toutes professionnelles, sont en train de rattraper avec l'évolution de la discipline : « Les femmes sportives de haut niveau partent de plus bas que les hommes : il y a un manque d'entraînement car beaucoup d'entre elles ne sont pas professionnelles, il y a parfois un manque de préparation d'avant-saison. Sans oublier que les femmes possèdent moins de musculature et moins de cardio », précise Aurélie Cellier. Ce n'est pas que la santé des joueuses est négligée, mais elle n'est pas « otpimisée ». À la place d'un kiné du sport, c'est un professionnel qui possède son cabinet que l'on sollicite. Ou parfois, le médical est même délaissé : « Il y a beaucoup de travail à faire dans le foot féminin. En D1, c'est rare qu'il y ait un médecin ou un kiné sur le banc. À Arras, on n'avait pas cela. Si une fille se faisait une entorse, parfois c'était compliqué de faire un strap », se souvient Laurie Dacquigny (ndlr : joueuse d'Arras entre 2011 et 2015).


Vers des structures médicales complètes

Médecin de l'Olympique Lyonnais pendant quinze ans, Jean-Jacques Amprino s'est occupé de la section féminine entre 2008 et 2013. Dans le Rhône il a pu bénéficier de structures optimales. « J'avais exactement les mêmes moyens que l'équipe professionnelle garçon : un préparateur physique, un kiné au quotidien, et un deuxième pour les préparations et pendant les Coupes d'Europe. » Avec par exemple le même matériel de balnéothérapie, de cryothérapie, ou le Cybex (appareil qui permet de réaliser des tests isocinétiques en pré-saison pour vérifier les capacités musculaires). Grâce à ce dispositif, Jean-Jacques Amprino faisait face aux mêmes pathologies que chez les footballeurs et peut-être un peu moins de blessures musculaires avec les féminines.

« C'est essentiellement un problème de structure. Certains clubs de D1 ne peuvent pas avoir un kiné ou un médecin salarié. Donc c'est tout de suite beaucoup plus compliqué pour les suivis », constate Aurélie Cellier. Avec la professionnalisation du foot féminin, les joueuses le seront davantage aussi, et le risque de blessure sera diminué. D'autant plus que de façon générale, les footballeuses sont plutôt rigoureuses, n'ont pas de grosse faille nutritionnelle ou athlétique. Comme sur le plan sportif, au sein de la D1 il y a aussi plusieurs « championnats médicaux ». Celui des professionnels où tout est équipé, et les autres clubs qui tentent d'optimiser en fonction de leur budget ou pas. Avec l'évolution du football féminin, le poste « staff médical » devrait prendre de l'ampleur. Mais il y a encore du chemin pour que tout le monde soit à la même hauteur.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
4 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.
instagram takipçi satın al

instagram takipçi satın al instagram takipçi satın alma instagram takipçi kasma instagramajans.com instagram takipçi satın al

Dokunmatik ekran degisimi İstanbul nakliyat Kiralık Asansör İstanbul Asansörlü Nakliyat İstanbul nakliyat İlden ile nakliyat İstanbul depolama İstanbul taşımacılık

Ankara Escort istanbul Escort Malatya Escort Adana Escort Bursa Escort Gaziantep Escort izmir Escort kızılay Escort Ankara Rus Escort Eskişehir Escort Eryaman Escort