Phase finale
Sur nos forums
Euro U19 2017
Dernier message de gromit à 22/08/2017 02h22
Transferts/Mercato 2017 autres ligues
Dernier message de ebro95 à 22/08/2017 01h02
Transferts/Mercato 2017 autres ligues
Dernier message de bougezvous à 22/08/2017 00h40
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

LDC : Les quatre raisons du succès parisien


Publié le 19 avril 2015 | Phase finale
Par Anthony Rech pour Foot d'Elles


LDC : Les quatre raisons du succès parisien

A l'AOK Stadium, le Paris Saint-Germain a réalisé l'un de ses meilleurs de matches de sa saison. Focus sur les facteurs et les joueuses qui ont amené la victoire parisienne face au double tenant du titre Wolfsburg (2-0).


 

 

 

 

 

Farid Benstiti le martelait depuis des semaines. Sur le papier, au coup d'envoi, son équipe avait largement de quoi rivaliser avec le onze de Wolfsburg. Ses joueuses l'ont prouvé en l'espace de 90 minutes à l'AOK Stadium. Zoom sur quatre points clés de cette demi-finale aller de Ligue des Champions. 

 

Une performance physique et collective

D'entrée, le Paris Saint-Germain annonce la couleur. Avec un bloc haut et un pressing de tous les instants, les Parisiennes voulaient agresser le porteur de balle. Une énorme intensité qui a été vite récompensée par l'ouverture du score de Sabrina Delannoy sur pénalty (12e). Plus agressif dans les duels, le milieu parisien (Cruz-Seger-Kaci-Dali-Asllani) a réussi à couper le porteur de balle de ses soutiens. "Wolfsburg a été surpris par le rythme et l'intensité imposés par le PSG. J'avoue avoir été impressionnée par la performance parisienne", concède Sandrine Dusang, consultante Foot d'Elles. 

  

Shirley Cruz, la reine de l'entrejeu

Si les Parisiennes ont autant mis en difficulté les Louves ce samedi, elles le doivent à leur meneure de jeu de poche. Shirley Cruz, qui avait cruellement manqué aux Bleu et Rouge face à l'Olymique Lyonnais en championnat (défaite 4-0, lors de la 18e journée de D1), a régné sur l'entrejeu. Par ses nombreuses récupérations, son insatiable travail de repli défensif, son aisance balle au pied et ses ouvertures lumineuses, la Costaricienne a livré une prestation au plus-que-parfait. "Comme on pouvait s'y attendre, Shirley Cruz a répondu présente. Elle a été très efficace dans sa projection vers l'avant et toujours lucide dans les zones compliquées", analyse Sandrine Dusang. Logiquement récompensée par un but superbe (26e). A 29 ans, Cruz semble être arrivée plus qu'à maturité. Au meilleur des moments. Tant mieux pour le PSG. 

 

Paris enfin réaliste 

Ces derniers mois, les attaquantes parisiennes se procuraient de nombreuses occasions mais peinaient à trouver la faille. Dernier exemple en date sur la scène européenne face à Glasgow. Au quart de finale retour au Parc des Princes, les joueuses de la capitale avaient frappé vingt-cinq fois au but pour seulement douze tirs cadrés (à peine 50%). Face à Wolfsburg, Farid Benstiti savait que ses joueuses n'auraient que quelques occasions, elles ont su les mettre au fond : sur l'ensemble de la rencontre, les coéquipières de Sabrina Delannoy se sont procuré sept situations de frappe pour six cadrées (85%). "Paris a globalement dominé la rencontre sans pour autant se procurer beaucoup d'occasions. L'efficacité était là. C'est très positif pour la suite de la compétition". C'est à ce ratio là que l'on peut s'ouvrir les portes d'une finale européenne. 

 

Les absences remarquées (ou pas)

Pour cette demi-finale aller, les Louves étaient privées de leurs maîtres à jouer : Nadine Kessler et Lena Goessling. Sans ses leaders, Wolfsburg a même paru désemparé à certains instants. Ne sachant plus trop quoi faire du ballon. Une impuissance qui a révélé de la nervosité, le VFL étant probablement vexé de voir cette troisième finale européenne d'affilée lui échapper. 

Côté parisien, en défense, deux absences de marque ne se sont pas fait remarquer. Au coup d'envoi, Laura Georges était sur le banc. De son côté, la solide Joséphine Henning n'étais pas retenue dans le groupe. La charnière centrale était donc composée du duo Delannoy-Krahn. Les deux défenseures ont été rarement prises à défaut par Müller ou Popp au cours de cette rencontre : "c'est intéressant de savoir qu'en cas de besoin, Farid Benstiti peut compter sur Krahn". Malgré les changements opérés par Farid Benstiti, toutes les joueuses de la capitale ont répondu présentes. C'est un signe qui ne trompe pas. Tout le groupe tend vers ce même objectif : ce premier titre historique. 

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
16 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.

instagram takipçi satın al instagram takipçi satın alma instagram takipçi kasma instagramajans.com instagram takipçi satın al

Dokunmatik ekran degisimi İstanbul nakliyat Kiralık Asansör İstanbul Asansörlü Nakliyat İstanbul nakliyat İlden ile nakliyat İstanbul depolama İstanbul taşımacılık

Ankara Escort istanbul Escort Malatya Escort Adana Escort Bursa Escort Gaziantep Escort izmir Escort kızılay Escort Ankara Rus Escort Eskişehir Escort Eryaman Escort