Division 2
Sur nos forums
UWCL - Road to Kiev
Dernier message de mechecourte66 à 20/11/2017 03h07
UWCL - Road to Kiev
Dernier message de mechecourte66 à 20/11/2017 02h15
D1 F 2017-2018
Dernier message de bougezvous à 20/11/2017 00h12
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Saison épicée en vue pour la D2


Publié le 09 septembre 2017 | Division 2
Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles


Saison épicée en vue pour la D2

Alors qu’ils ne seront que deux équipes à pouvoir accéder en D1 à la fin de la saison, la concurrence dans les groupes A et B de la D2 est fournie. Ce qui promet une lutte acharnée entre clubs au recrutement ambitieux.


 

 

 

 

 

Ils n’ont beau pas tous avoir les mêmes ambitions, le même effectif, ni des moyens égaux, mais la majorité des techniciens à la tête d’équipes de cette Division 2 sont d’accord sur un point : le niveau s’est élevé. C'est l'avis de David Fanzel, l’entraîneur du FC Metz qui, deux ans après, y revient : « Cette D2 n’a rien à voir avec celle que l’on avait quittée ». Alors que les clubs supportés par des structures professionnelles sont toujours plus nombreux, tous partageant des envies de montée, il faudra aussi compter sur les déchus de l’élite, mais aussi sur les revanchards, comme l’ESOF, Grenoble ou Dijon.

 


Groupe A


La déception, les joueuses de la Roche-sur-Yon peuvent en parler. Elles ont connu une terrible désillusion en fin de saison dernière. Croyant d’abord monter, à la suite d'un imbroglio administratif impliquant le LOSC, elles ont ensuite perdu contre ces dernières (1-3), lors d’un match d’appui aux allures de cauchemar. « Ça n’a pas bousculé plus que ça les plans, les filles n’ont pas été affectées », assure aujourd’hui Malika Bousseau, alors à la tête de l’équipe. Seulement, cette dernière a décidé de passer le flambeau à Frédéric Rouzo, ex-responsable technique du club vendéen.

 

Cet ancien du FC Lorient « passé à tous les niveaux », mais qui officie pour la première fois dans le foot féminin, fait l’état des lieux de son groupe : « Il y a eu quelques départs importants (Pasquereau, Tinturier, Pugnetti), mais on a recruté des jeunes (Rueda, Karadjov, Virlouvet) et, maintenant, il faut laisser le temps au temps. »

 


« Le plus sérieusement possible... sans se prendre au sérieux ! »


« C’est un groupe qui vit bien, sérieux, qui bosse. Après, je crois qu’on fait les choses le plus sérieusement possible sans se prendre au sérieux », philosophe-t-il, avec le sourire. Tout de même, son équipe fera figure de forte tête dans un groupe A relevé, où le FC Metz de David Fanzel va tout tenter pour retrouver l'élite. « Notre objectif, c’est de remonter, oui, on ne va pas le cacher, explique le tacticien lorrain. On a goûté au haut niveau, avec l'envie d’y retourner. On a un tel sentiment de gâchis, de déception… », rappelle celui dont l’équipe s’était réveillée trop tardivement au terme de l'exercice précédent.

 

D’où une préparation physique très intense à l’intersaison. S’il a, lui aussi, perdu des joueuses décisives (Pekel partie au PSG, Gathrat à Bordeaux ou Mansuy à Lille), les arrivées enregistré par les Grenats (Ipek, Sanderson, Rougemont) donnent de l’espoir à Fanzel : «On a ramené des filles revanchardes, qui vont apporter un peu de fraîcheur à l’effectif et cette envie de retrouver le haut niveau rapidement. Pour l’instant, ça se passe plutôt bien donc, tant mieux ! Même si la vérité, ce sera celle de dimanche».

 


Metz en favori... Brest, Reims et Saint-Malo à l’affût


Ce sera lors d'un long déplacement à Lorient. Malgré leur place de barragiste en fin de saison dernière, les Merlus au féminin ont réussi à sauver leur peau en D2. Les promus Angers et Issy sont moins biens armés. Cependant, comme le pressent l’entraîneur de Saint-Malo, Fabrice Garin, ils pourraient avoir leur mot à dire : « Ce sont des clubs habitués à jouer en D2. Ils vont certainement être plus forts que certaines équipes promues prcédemment ».

 

Concernant son équipe, arrivée à une encourageante 4e place, et dont ce sera la quatrième saison consécutive en D2, lui pense qu’elle peut viser un podium. Sans Mélissa Plaza, qui l’a rejoint dans le staff comme adjointe, mais avec l’arrivée de la gardienne italienne Arianna Criscione, d’Océane Ringenbach sur le front de l’attaque et de l’Américaine Danielle Tolmais, l’USSM garde la pole-position dans un coin de sa tête. « Je pense qu’on va avoir beaucoup d’adversaires coriaces cette année », tempère toutefois Fabrice Garin, alors que Rouen ou Reims, sans oublier Brest, ont aussi de grandes ambitions et des moyens à la hauteur.

 

Les matches de la 1re journée (dimanche 3 septembre):


FC Lorient – FC Metz : 14h30
VGA Saint-Maur – Saint-Malo : 15h00
Rouen – Issy FF : 15h00
Arras – Brest : 15h00
Angers – Le Mans : 15h00
La Roche – Reims : 15h00

 

 

Groupe B


Descendue, lors de l’ultime journée, après dix saisons passées dans l’élite, l'AS Saint-Etienne avait aussi dû faire ses adieux à Hervé Didier, en froid avec sa direction, après avoir pointé un manque de moyens accordés à l’équipe féminine. Son successeur et ex-adjoint, Jérôme Bonnet, assure aujourd’hui que l’erreur est réparée. En plus de moyens financiers maintenus, les Vertes vont désormais évoluer sur le même terrain (au Parc des Sports de l’Etivallière) tout au long de l’année. Ce qui avait fait défaut lors de la dernière saison.

 

 


Pour l’ASSE, retour vers la D1


«Ce n’est pas négligeable de jouer systématiquement sur le même terrain à domicile et éviter de se balader à droite, à gauche... Ça bouffe de l’énergie, on l’a vécu pendant de nombreuses années, mais maintenant c’est fini ! », se réjouit celui qui a reçu son DES (diplôme d'état supérieur mention football, ndlr) l’an passé. Du coup, malgré les mouvements dans l’effectif (départs de Fleury et Peruzetto, arrivées de Cochelin et Arcis), l’objectif stéphanois est clair : remonter en D1.

 

Par ailleurs, Jérôme Bonnet souhaite aussi imposer une nouvelle identité de jeu. Un travail déjà entamé en fin de saison dernière. « Un style basé sur la possession de balle, avec la volonté systématique de mettre l’adversaire en difficulté, en animant les couloirs. On veut avoir la mainmise : récupérer le ballon assez rapidement afin de pouvoir l’utiliser le plus possible », illustre celui qui estime que les équipes de tête du groupe B n’ont rien à envier à celles de la deuxième partie de tableau de D1. Des clubs comme Toulouse, Nancy ou Yzeure ont ce profil.

 

 


Grenoble et Dijon ont les crocs


Il faut aussi mentionner le Grenoble de Nicolas Bach, troisième l’an passé, et qui espère revivre une saison forte en émotions : « On sait qu’en termes de moyens, on a du retard sur les deux ou trois gros clubs qui sont attachés à des structures pros de Ligue 1. Néanmoins, on pense pouvoir se mêler à la bataille et on va chercher à le faire », promet-il. L’été a permis au GF38 de recruter des joueuses d’expérience (Boutaleb, Cervera, Perrault), souhait du staff. Avec trois victoires (pour une défaite) en matches de préparation cet été, son équipe a engrangé de la confiance. Nicolas  Bach sait, de toute façon, qu’il faudra d’énormes efforts pour passer à l’échelon supérieur : « Je pense que ce sera plus homogène et qu’il n’y aura pas une équipe qui va s’envoler », annonce-t-il.

 

Une manière de rappeler que Nîmes, Vendenheim, l’ESAP Metz ou même les promus, Ambilly et Montauban, ont leurs chances. Et comment ne pas mentionner Dijon, qui a laissé échapper la montée pour un point ? Les arrivées d’Agathe Maez (Vendenheim), Pauline Cousin (OM) et Coline Gouineau (Albi), entre autres, viennent compléter un effectif touché par cinq départs (Uffren à Montpellier et Massibot à Albi, notamment). L’entraîneur en déplore l’état actuel. Quatre joueuses sont blessées et deux en phase de reprises, alors que deux étrangères, dont le nom reste pour le moment secret, devraient poser, d’ici à la fin de semaine, leurs valises en Bourgogne.

 

« Mon objectif, c’était d’élargir le groupe, sauf que ce n’est pas du tout le cas. Ça nous avait coûté la montée », estime le remplaçant de Sandrine Mathivet, arrivé du FC Montceau Bourgogne (CFA). Pour sa première expérience à la tête d’une équipe féminine, il s’attend à des débuts compliqués : « On est loin d’être au maximum de notre potentiel. Il y a forcément de l’incertitude sur ces premiers matches. J’ai hâte d’avoir un effectif un peu plus complet, ce qui sera le cas vers fin septembre. On va faire le dos rond sur ce début de saison et penser à notre premier match. L’objectif immédiat, c’est de prendre des points à Nîmes ». Attention donc de ne pas se faire croquer par les Crocodiles, dimanche, à l’extérieur !

 

Les matches de la 1ère journée (à partir du samedi 9 septembre) :


Yzeure – ASSE : Samedi, 18h30
Nancy – Toulouse : Dimanche, 13h00
ESAP Metz – Aurillac Arpajon : Dimanche, 13h00
Grenoble – Montauban : Dimanche, 14h00
Nîmes – Dijon : Dimanche, 15h00
Ambilly – Vendenheim : dimanche, 15h00

  

Tout propos recueillis par Vincent Roussel

 

Crédits photos : ASSE, DFCO

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
5 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.