Division 2
Sur nos forums
EDF Objectif 2019
Dernier message de mechecourte66 à 21/10/2017 21h04
EDF Objectif 2019
Dernier message de mechecourte66 à 21/10/2017 20h35
EDF Objectif 2019
Dernier message de mechecourte66 à 21/10/2017 20h23
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Saint-Denis vers une fusion pour s'installer en D2 ?


Publié le 04 novembre 2015 | Division 2
Par Anthony Rech pour Foot d'Elles


Saint-Denis vers une fusion pour s'installer en D2 ?

Pour sa première saison en D2, le RC Saint-Denis est en plein apprentissage. Actuellement, 9e du groupe A à trois points du premier non relégable, le club dyonisien se donne les moyens d'exister et envisage peut-être une fusion avec le Red Star pour s'installer au haut niveau.


 

 

 

 

Actuellement 9e du groupe A de Division 2, Saint-Denis se bat pour son maintien pour sa première saison à ce niveau. Mais ces derniers jours, le club a fait parler de lui concernant un possible projet de fusion avec le Red Star. Dans un article du 22 octobre, le quotidien Le Parisien affirmait qu'un mariage entre le RC Saint-Denis et le Red Star était tout proche. Une probable fusion que le club de Saint-Ouen a immédiatement tenu à démentir par la voie d'un communiqué : « si le Red Star salue le très beau travail réalisé depuis des années par le club féminin de Saint-Denis, les deux clubs ne se sont jamais rencontrés. La fusion n’a donc jamais pu être abordée entre les deux clubs ».

 
Un future fusion avec le Red Star ?

Du côté du Red Star, on avance qu'il y a « une grande volonté de diversification et de féminisation du club ». Le football féminin est en train de se développer doucement. Le club de Saint-Ouen compte désormais 80 licenciées jusqu'à la catégorie U16. Mais pas d'équipe Senior. Au printemps dernier, le club a également organisé une détection pour son école de football. Une fusion avec Saint-Denis permettrait au Red Star de débuter son histoire avec le foot féminin dans une division intéressante et non pas en bas de l'échelle en Promotion de Ligue (pour le foot à 11). 

Dans les rangs dyonisiens, on est ravi d'un possible rapprochement qui permettrait au club de se structurer : « je pense que cela va se faire. On n'a pas encore discuté d'un projet solide mais j'espère que d'ici décembre on aura un rendez-vous avec Steve Marlet (le directeur sportif du Red Star) », confie Paul Mert, président du RC Saint-Denis. En outre, le récent déplacement à Lille (défaite 5-1), qui a fusionné avec Templemars-Vendeville, a donné des envies au président.

Si officiellement, il n'y a rien eu de concret, une possible fusion entre deux villes importantes du "93" aurait les faveurs des politiques locaux. En tout cas, cela pourrait s'inscrire dans la mouvance actuelle très incitative de la Fédération française de football qui « préconiserait » aux clubs porofessionnels de se doter d'une équipe féminine.


« La réforme est en train de nous tuer »

Sur le plan du terrain, pour sa première saison en D2, Saint-Denis est en plein apprentissage. Les joueuses doivent « assimiler les exigences de la D2 ». Surtout après avoir joué « les gros » lors des sept premières journées : Metz, Arras, Val d'Orge et Lille. Des équipes que les Dyonisiennes ont parfois accrochées sur certaines séquences. « On a le potentiel pour se maintenir, mais les erreurs que l'on faisait en DH, aujourd'hui quand on les reproduit elles nous coûtent cher », soupire l'entraîneur Eric Akoun. Pour éviter la relégation, le club vient tout juste de recruter deux nouvelles joueuses : Stéphanie Legrand (PSG 2003-2007) et Kheira Bendiaf (passée par Issy en D1). Dans l'attente de l'arrivée éventuelle d'une attaquante et d'une gardienne de but supplémentaires.

Malheureusement, tout le travail de la semaine à l'entraînement basé sur le jeu offensif est souvent réduit à néant à cause de l'enjeu des rencontres et de ces six descentes en DH : « La réforme est en train de tuer le jeu. Je n'ai même pas besoin de mettre la pression à mes joueuses lors de mes causeries, je la vois déjà dans leurs yeux. En match, elles sont paralysées », regrette Eric Akoun. « Les six descentes, c'est un gros handicap pour nous. Sans cela, on se maintiendrait cette année », ajoute le président. Pression ou pas, sur les trois prochains matches face à Reims, Rouvroy et Lillers, il faudra « prendre dix points » pour recoller au bon wagon. Car en cas de fusion, la D2 sera un argument beaucoup plus vendeur que la Division d'Honneur. 

 

Crédit photo : RC Saint-Denis / www.redstar.fr

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
2 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.