CM U20
Sur nos forums
Copa America 2018
Dernier message de gromit à 19/04/2018 23h55
UWCL - Road to Kiev
Dernier message de sab8969 à 19/04/2018 12h05
Coupe d'Asie 2018 (qualificatif à la CM 2019)
Dernier message de thenightwalker à 19/04/2018 03h39
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Sur les terres de la Coupe du Monde (1/4) : Dinan-Léhon, une ville en fusion ?


Publié le 11 avril 2018 | CM U20
Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles


Sur les terres de la Coupe du Monde (1/4) : Dinan-Léhon, une ville en fusion ?

La Coupe du Monde U-20 prendra place cet été en Bretagne du 5 au 24 août. Afin de faire monter la température, Foot d’Elles est allé prendre le pouls dans les quatre villes organisatrices. Présentée comme le petit poucet de l’organisation, la nouvelle agglomération de Dinan-Léhon promet une belle fête du ballon rond. Et ça tombe bien, puisqu’elle accueille le « groupe de la mort ».


 

 

 

 

 

« C’est une première victoire pour nous ! ». La phrase ne provient ni d’une des joueuses de l’équipe de France U-20, ni de son sélectionneur Gilles Eyquem, mais elle est pourtant dûe au premier succès des Bleuettes en 2018, ce samedi sur le Japon (2-0), à Dinan-Léhon. Et c’est Serge Lefort, le co-président du club local, qui a lâché cette sentence après avoir reçu les compliments des joueuses « sur l’état de la pelouse et l’ambiance ». « C’était un match super agréable à voir, c’était un beau galop d’essai, avec 900 spectateurs, et c’est très important parce que ça va être eux les premiers communicants autour de cette compétition. C’est le bouche-à-oreille qui, je pense, va faire des émules », estime Matthieu Jouneau, adjoint aux sports de la mairie de Dinan-Léhon. « Tout s’est très bien passé, et en plus la FFF nous a félicité, ils nous ont dit qu’on était digne d’un club pro ! J’en suis très fier. La Coupe du Monde ça ne nous fait pas peur ! », clame fièrement Lefort, qui a repris le Dinan-Léhon FC depuis deux ans, en tant que co-président, et qui recevait lundi une délégation d'inspecteurs de la Fifa.

 

« Une Coupe du Monde, ça marque, c’est magnifique ! »

 

Et c’est tout à fait naturel, car il est à l’origine de la candidature de cette commune de 15 000 habitants, « et encore, c’est depuis qu’on a fusionné avec Léhon », en janvier 2018, précise Matthieu Joueau. Un chiffre ridicule face à Vannes, par exemple, où vivent 53 000 âmes. « En fait on était à une réunion avec le président de la ligue de Bretagne (Jean-Claude Hillion, NDLR), et il m’a demandé si ça nous intéressait ! Moi forcément je lui ai dit : « Pourquoi pas ! ». Une Coupe du Monde, c’est magnifique ! Quelle que soit la catégorie, que ça soit les garçons ou les filles, ça marque quand même ! », explique celui qui, hors du foot, est gérant depuis une dizaine d’années du bar Le Duclos. Des sommets que les ex villes de Dinan et de Léhon étaient très loin de connaître depuis des années, le SC Dinan et le SC Léhon- tous deux rivaux avant la fusion des deux clubs il y a 7 ans –n’ayant jamais dépassé la division d’honneur (DH) soit… le sixième échelon national.


Depuis, il y a eu quelques coups d’éclat, en Coupe de France par exemple, où le club a éliminé il y a bientôt 4 ans de cela, le SCO d’Angers (alors en Ligue 2) au 8e tour, avant de se faire éliminer par Guingamp en 32e, mais aussi l’accession en National 3 (ex CFA 2, soit le 5e niveau national), où l’équipe première masculine du Dinan Léhon joue le haut de tableau (4e). « On a 650 licenciés, on est le plus gros club de Bretagne », se targue également Lefort, fan du Stade Rennais, situé à quelques encablures au sud de cette ville prisée par les marchands au Moyen-Age. Au Dinan-Léhon FC, ce sont de nouveaux types de commerçants qui rôdent : ceux des plus grands clubs de foot de l’Hexagone, à en croire Lefort : « Là on a deux, trois joueurs qui devraient partir on pense. Ils sont demandés par Rennes, Nantes, Brest, ou par Monaco même… ».

 

Une section féminine en plein développement


La section féminine du club s’est elle aussi très bien développée depuis son lancement, il y a 7 ans. De 12 filles la première année, le club compte désormais 80 licenciées, reparties des catégories U6 aux séniors, qui jouent actuellement en 2e division régionale. « Cela fait à peu près 14% de femmes, soit le double du pourcentage national », se félicite Matthieu Jouneau, qui voit l’équipe de Marc Grosmaître évoluer à quelques encablures de la montée, à la 3e place. « Il reste beaucoup à faire, il va encore falloir chercher des dirigeants pour étoffer tout ça, travailler sereinement… », tempère celui qui, en tant que membre de la commission départementale féminine, reste tout de même surpris par le développement de la discipline depuis quelques années. Il sera bien évidemment présent en août pour voir quelques-unes des meilleures jeunes pousses du monde se disputer le Graal : « Pour moi cette Coupe du Monde ca symbolise le travail réalisé, et surtout le temps qu’on y a passé, avec les 5 autres encadrants ». 


Surtout qu’il risque d’y voir des noms qui ne lui sont pas inconnus : « Nos meilleures filles sont sollicitées par Guingamp, quand elles ne partent pas ailleurs à cause de leurs études, et du coup c’est ça qui nous freine un peu avec l’équipe première. On a eu Maude Rouanet qui est partie à l'En Avant, qui joue en U19 ! Mais aussi Océane Ringenbach qui jouera cet été avec les U-20, Sarah Huchet, qui est à Marseille (et l'OM) aujourd’hui pour ses études de droit... Ca veut dire qu’il faut quasiment former doublement (rires) ! », analyse le natif de Trevron, à quelques kilomètres au sud de Dinan. 

 

« Ça fera une bonne pub auprès des jeunes »

 

Une situation qui n’embête pas plus que ça l’une des premières recrues de l’académie féminine, Chloé Philéas, arrivée il y a 6 ans, en même temps que son entraîneur. Elle étudie à Rennes, où elle est en dernière année de licence en Ressources Humaines, ce qui l’oblige à faire au moins deux fois par semaine l’aller-retour entre les deux villes. « Je viens par respect et parce que j’en ai envie aussi ! Ça fait du bien je pense, au niveau des études, de faire un break, un peu de sport, ça permet de s’évader ! Je n’aurais pas réussi mes études si je n’avais pas fait de sport à côté », souffle la milieu de terrain, folle de ballon rond depuis toute petite, à qui le Dinan-Léhon FC a permis de reprendre le football, après deux ans de pause faute d’équipe mixte dans sa ville, Plouërc-sur-Rance. « Quand je vois le nombre de jeunes qui sont présentes au club comparé à l’année où je suis arrivée, c’est impressionnant, admet, reconnaissante, Philéas. Franchement ils ont mis les moyens, certains ont mis beaucoup de leur temps, je pense que c’est bien pour les plus jeunes. De voir qu’il y a d’autre filles qui vont jouer qu’elle, ça leur donne plus envie de s’y mettre, et ça donne envie aux autres de continuer à progresser ».

 

Toutefois, elle reste circonspecte sur l’impact de la Coupe du Monde sur sa discipline au niveau local : « Ça fera une bonne pub auprès des jeunes plutôt, pour celles qui ont envie de jouer au foot, qui ne savent pas vraiment ce que c’est, ou qui ne savent pas s’il y a des équipes féminines dans la région, mais pas vraiment sur ceux qui connaissent déjà le foot féminin. Parce que nous le dimanche, quand on joue en ouverture de l’équipe B (masculine), il y a très peu de monde qui vient nous voir. Et quand on voit qu’au début du match de la B le parking est plein et que plein de monde se déplace, on est un petit peu dégoûtées ». Cela ne l’empêchera pas d’aller voir des matches, « si [elle] ne travaille pas ».

 

Corée du Nord, Didier Deschamps et terrain de foot éphémère 

 

« Le foot féminin a de plus en plus sa place, au sein du foot, donc ça tombait sous le sens d’accueillir cette compétition ! », s’enthousiasme tout de même le second co-président du Dinan-Léhon FC, Manuel Seror. Cette ancien footballeur, qui travaille aujourd’hui dans les assurances et loue le soutien des élus locaux, a fait ses classes jusqu’au centre de formation du FC Nantes, où il était voisin de chambre d’un certain Didier Deschamps. Avec un grand rire, il le reconnait : « Je ne m’attends pas à le voir, puisqu’il se reposera très certainement ! », en référence au Mondial masculin qui prend place du 14 juin au 15 juillet. 


L’ancien ailier gauche en fait fit, trépignant déjà devant le spectacle qui devrait s’offrir à lui : « On accueille le Mexique, le Brésil, la Corée du Nord, et l’Angleterre ! On a le meilleur groupe ! Les tenants du titre, déjà [la Corée du Nord, NDLR], et puis quand il va y avoir le derby Brésil-Mexique ça va faire un super match ! On est contents », avoue le dirigeant, en écho à l’enthousiasme de Matthieu Jouneau, qui a déjà prévu moult animations qu’il aimerait mettre en place d’ici à cet été.

 

« Ils vont apprendre à nos jardiniers à retaper les terrains esquintés »


Comme l’installation d’un terrain de foot éphémère en contrebas de la marie, sur l’esplanade de la Résistance, la mise en place d’une tombola devant les portes de la mairie pour faire gagner les ballons de la compétition, ou des places, ou encore la décoration du rond-point de la place Duclos, située en face de celle-ci, représentant « des scènes de foot, avec des joueurs en bois peints, des buts, un ballon… ». Une intense campagne de communication devrait aussi être mise en place, via les médias locaux, et à l’aide des panneaux d’affichage des abribus ou encore grâce à une grande bâche installée sur le fronton de la mairie. Le nombre de touristes pourraient aussi augmenter, de quoi mettre du baume au coeur de Didier Lechien, maire de la nouvelle commune, élu en janvier : « Chaque année, 700 000 visiteurs investissent notre cité. Cet événement est une opportunité pour valoriser le territoire », rappelait-il lors du lancement du Programme Volontaires en début d'année. Et puis, pour patienter, les amoureux de foot auront déjà l’occasion d’assister un peu plus loin au nord-est, à Pleudihen-sur-Rance, à l’Europoussin, début juin. Un tournoi U10 qui accueille, en plus de grands clubs français (Marseille, Bordeaux ou Monaco), la fine fleur du foot européen, comme le Bayern, Liverpool ou encore Manchester United.

 


Et alors que la Fifa devrait aussi organiser ses propres animations, le Dinan-Léhon FC a aussi profité de l’occasion pour mettre un coup de neuf à ses tribunes, qui pourront accueillir jusqu’à 2 500 spectateurs au Clos Gastel, terrain habituellement réservé à l’équipe première masculine : « Les jardiniers de la Fifa vont donner des conseils aux nôtres. Il y a des combines pour s’occuper d’un terrain qui a été esquinté, ils vont apprendre à nos jardiniers à retaper ces terrains-là », ajoute Serge Lefort. De là à dire que l’herbe sera plus verte à Dinan-Léhon qu’ailleurs ?

 

 

 

Tous propos recueillis par Vincent Roussel

Crédits Photos : Dinan-Léhon FC, Amicale Vélo Détente de Dinan, Philippe LeBrech, LOC

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
Vous devez être connecté pour voir les commentaires.