Autres compétitions
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de cnessy à 24/09/2017 21h15
D1 F 2017-2018
Dernier message de swimapostrophe à 24/09/2017 21h15
D1 F 2017-2018
Dernier message de jodilon à 24/09/2017 20h17
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

L’inédite ferveur populaire autour des Lionnes du Cameroun


Publié le 01 décembre 2016 | Autres compétitions
Par Yannick Kenné pour Foot d'Elles


L’inédite ferveur populaire autour des Lionnes du Cameroun

Les joueuses camerounaises sont supportées à cette CAN comme jamais. Leur parcours dans la compétition suscite l’engouement du public au fil des rencontres, et la mobilisation a été très massive lors de la demi-finale mardi face au Ghana. Elles en arrivent même à ravir la vedette aux Lions indomptables en perte de vitesse depuis quelques années.


 

 

 

Le bus des Lionnes indomptables du Cameroun a eu de la peine à se frayer la voie à sa sortie du stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé mardi après sa qualification face au Ghana pour la finale de cette 10e Coupe d'Afrique des Nations féminine. Des supporters en liesse se sont rassemblés à l’entrée du stade pour rendre hommage aux joueuses. Le véhicule se faufile lentement, accompagné par les clameurs du public amassé sur l’itinéraire qui va conduire la sélection jusqu’à son hôtel. L’image donne à penser que les Camerounaises viennent de remporter le trophée de la CAN, et pourtant, elles sont encore à quatre-vingt dix minutes de l’échéance. Il faudra se défaire du Nigeria en finale pour y parvenir, et le public camerounais a déjà remporté son match de «douzième homme», en se mobilisant massivement à chacune des rencontres du Cameroun.


Record d’affluence
Les supporters se sont mobilisés comme jamais mardi pour vivre la rencontre Cameroun-Ghana, et surtout encourager les Lionnes indomptables. Une foule en transe, chantant en hommage aux Lionnes indomptables, et en extase sur chacune des dribbles déroutants de la virevoltante Gabrielle Aboudi Onguené. Un public gonflé à bloc qui frise l’hystérie sur le but salvateur de Raïssa Feudjio (76e). À l’occasion de ce match qui s’est disputé à guichets fermés, le record d’affluence a été battu, et les 40 000 places prévues dans le stade ont été toutes occupées. Jamais le public ne s’était autant mobilisé pour un match de football féminin au Cameroun. La dernière audience qui avoisinait celle de mardi au stade de Yaoundé, c’était en septembre 2005, lorsque le Cameroun affrontait l’Egypte dans un match des éliminatoires de la Coupe du monde masculine 2006. Et là, le stade pas encore rénové, n’avait qu’une capacité de 35 000 places, alors que pour cette CAN féminine, le nombre de places a augmenté. Cette mobilisation a même surpris l’entraineur du Ghana Yusif Basigi, tombé sous le charme du public camerounais. « Même dans le cadre des CAN masculines, il n’est pas certain qu’il y ait autant de monde. Je félicite le public, et j’attends de voir si au Gabon (CAN 2017), on pourra avoir autant de spectateurs », a-t-il apprécié en conférence de presse d’après match.


L’effet «Lionnes indomptables»
La fête née de la qualification des Lionnes s’est poursuivie jusqu’à une heure très tardive de la soirée dans les rues de Yaoundé. Les fans du foot au Cameroun n’avaient plus vécu pareille ambiance depuis le début des années 2000, lorsque les Lions indomptables procuraient encore de la joie à travers leurs belles performances. Le temps a passé, les hommes sont supplantés par les femmes. Les héroïnes, ce sont désormais les Lionnes, qui forcent l’admiration et ont déjà gagné une place dans le cœur des supporters, bousculant même certaines habitudes dans le public. Au quartier Nkolndongo dans le 5e arrondissement de Yaoundé, Hilaire Onana est propriétaire d’une buvette, qui porte désormais l’appellation «Lionne indomptable», alors que sa dénomination originale était naguère «Lion indomptable». Cet ancien footballeur amateur de 49 ans explique cette mutation liée au contexte de la CAN féminine : « Le Cameroun est déçu par son équipe nationale fanion. Et en ce moment, ce sont les femmes qui ont réussi à rehausser le football camerounais à travers le football féminin. J’ai choisi d’exprimer l’amour que j’avais pour les Lions, désormais aux Lionnes et de leur rendre hommage pour ce qu’elles font pour notre pays à cette CAN féminine».


De véritables stars
Les Lionnes profitent plutôt bien de la mauvaise passe des Lions, qui n’ont plus atteint la finale d’une compétition depuis la CAN masculine de 2008 au Ghana. La côte de popularité des équipières de Christine Manie a augmenté depuis leur participation à la Coupe du monde féminine 2015 au Canada, où, à l’occasion de leur première participation, elles avaient accédé aux huitièmes de finale. Du coup, le public a commencé à suivre chacune de leurs sorties. Cette 10e CAN féminine a permis à Gabrielle Aboudi Onguené, Raïssa Feudjio, Marie-Aurèle Awona, Falone Meffometou, Nchout Njoya…, et surtout leur emblématique entraineur Enow Ngachu –en poste depuis 2008-, de gagner davantage la confiance des fans. « C’est le capital sympathie depuis la coupe du monde, qui a augmenté leur cote de popularité. Leur jeu séduisant et assez diversifié, a même amené certains supporters à les comparer aux hommes. Les gens ont affiché beaucoup plus d’intérêt à leurs prestations. L’adhésion du public monte en puissance au fur et à mesure qu’elles gagnent leurs matchs », analyse Ghislaine Bebom, ancienne entraineure de la Guinée Equatoriale (2004-2005) et consultante à la télévision nationale camerounaise.


Au fil des sorties des Lionnes à la CAN, les maillots des joueuses sont on ne peut plus demandés dans les boutiques. Et parce que leur équipementier (Puma) n’en a pas fabriqué pour la circonstance, certains supporters se procurent à 15 euros des maillots aux couleurs du Cameroun dans les coins de rue, et font imprimer dans le dos les noms des joueuses camerounaises au gré de leurs préférences. « On ne trouve pas leurs maillots. J’ai choisi de m’acheter un maillot de supporter, que j’ai fait floquer », raconte Alioum Signi. Il a jeté son dévolu sur Gabrielle Aboudi Onguené, qui est avec Gaëlle Enganamouit, les joueuses les plus demandées. Il va sans dire que cette passion pour les Lionnes du Cameroun grandirait encore plus si elles parvenaient à s’imposer en finale le 3 décembre face au Nigeria, et à remporter leur premier trophée dans cette compétition.

 

 

De notre envoyé spécial, Yannick Kenné

 

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
5 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.