Autres compétitions
Sur nos forums
Euro 2017
Dernier message de pepere59 à 27/07/2017 16h23
Euro 2017
Dernier message de croskop à 27/07/2017 16h13
Euro 2017
Dernier message de pepere59 à 27/07/2017 16h11
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

CAN 2016 : Des stades d’entrainement à la traine


Publié le 18 novembre 2016 | Autres compétitions
Par Yannick Kenné pour Foot d'Elles


CAN 2016 : Des stades d’entrainement à la traine

Le coup d’envoi de la 10e Coupe d’Afrique des nations de football féminin sera donné ce samedi à Yaoundé, la capitale du Cameroun. À la veille de la compétition trois des six terrains d’entrainement réquisitionnés ne sont pas achevés. Dans les chantiers, les ouvriers s’activent pour les finitions, côté organisation les sélections connaissent certains couacs.


 

 

À l'occasion de la Coupe d'Afrique des nations 2016, outre la couverture sportive habituelle de l'événement, la rédaction de Foot d'Elles vous fera vivre les coulisses de la compétition grâce à son envoyé spécial Yannick Kenné*, journaliste sportif camerounais. Premier volet sur les retards pris par les travaux de réfection des stades d'entraînement et la polémique autour des bus officiels des sélections. 

 

 

Debout sur le perron du stade annexe numéro un de Yaoundé en cette mi-journée de mercredi, les bras entrelacés dans le dos, René Tabi lorgne vers les gradins encore en chantier de cette installation sportive qui servira de terrain d’entrainement aux équipes pendant la 10e Coupe d’Afrique des nations de football féminin, dont le coup d’envoi sera donné samedi dans la capitale camerounaise. L’ingénieur superviseur général des travaux du stade a la mine déconfite, manifestement préoccupé par le retard qu’accuse son entreprise, Djemo Btp. Il en a même après l’un des ouvriers qui a pris une pause pour s’alimenter. «Qu’est ce que tu fais-là ? Ce n’est pas le moment de manger. Retournes au travail, on n’a pas le temps !», ordonne-t-il à ce dernier.

 
Clôture, gradins et toilettes inachevés
René Tabi et sa soixantaine de collaborateurs sont engagés dans une course contre-la-montre pendant les dernières 48 heures qui précèdent le coup d’envoi du tournoi, et savent d’ores et déjà qu’ils ne rempliront pas cette dernière partie du contrat qui concerne la finition des gradins avant le jour-j. Néanmoins, ils sont au four et au moulin, et les ouvriers du jour s’activent à la tâche, en attendant d’être relayés en nocturne par leurs collègues. « La CAF nous demande d’arrêter demain (jeudi 17 novembre 2016, Ndlr), puisque les équipes ne peuvent pas s’entrainer avec les bruits», informe le superviseur général, qui se satisfait cependant du taux de réalisation de l’ouvrage dans sa globalité, soit 94%. «Les gradins ne seront pas complètement achevés, mais ça ne fait pas partie des critères de notation de la CAF. C’est un stade d’entraînement, et les gradins sont facultatifs. Les aspects importants pour la compétition sont déjà fonctionnels, à savoir la pelouse, les vestiaires, et la clôture », relativise-t-il. Tout à côté, le deuxième stade d’entrainement, a également subi une cure de jouvence. Mais ici, l’exigüité de l’espace a contraint les ingénieurs à implanter les vestiaires dans le stade voisin, avec des toilettes communes, puisque celles du stade 2 ne sont pas achevées.

 

Dans la ville de Buea située à 301 kilomètres de Yaoundé, et à 32 kilomètres de Limbé la deuxième ville de la compétition, le stade Molyko a également été réquisitionné pour les séances d’entrainement des équipes. Ici, le chantier est rendu à la phase des finitions, mais la clôture demeure inachevée et pose la question de la sécurité. « Les travaux sont quasiment terminés aussi, mais la construction de la clôture ne l’est pas totalement. À l’arrière du stade, la clôture est faite en matériau provisoire, notamment de planches », rapporte Hervé Villard Njielé, envoyé spécial du quotidien camerounais La Nouvelle Expression. Néanmoins, les autres aspects du stade sont finalisés, et en dépit de ces manquements, la CAF disposera des clés des différents stades d’entrainement de compétition ce vendredi à la veille du coup d’envoi. Les stades de Yaoundé et de Limbé qui accueilleront les matches durant le tournoi sont d’ores et déjà viables, même si quelques coups de pinceaux et l'aménagement de la voirie sont encore en cours à Yaoundé.

 

Des bus boudés
En dehors des stades d’entrainement, une polémique est née autour des bus de transport fournis aux huit équipes. En effet, ces véhicules avaient été peints aux couleurs des différentes nations, et stationnés sur l’esplanade de l’Hôtel de ville de Yaoundé alors même que les équipes n’étaient pas encore annoncées. Elles se succèdent depuis cette semaine au Cameroun, mais les bus n’ont toujours pas été déplacés. La polémique a davantage enflé à l’arrivée mercredi de la sélection égyptienne au Cameroun. Les Pharaonnes ont été transportées de l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen à leur hôtel par un bus appartenant à une agence camerounaise de transport interurbain, assorti d’un sticker avec l’inscription «Égypte». C’est avec ce véhicule que la sélection égyptienne se déplacera au cours du tournoi, au détriment de celui qui avait été préalablement prévu.

Ces bus stationnés à l'hôtel de ville appartiendraient donc à une agence spécialisé de location. « Le Comité local d’organisation n’a pas passé de commandes d’achat ou de location de bus chez un concessionnaire. Les bus de la compétition sont là, on va coller des stickers dessus. Ils vont être maquillés aux couleurs des sélections, mais ce ne sont pas ceux-là », a expliqué Jean Lambert Nang, le président de la commission communication du Comité local d’organisation de la CAN 2016.
Malgré ces aléas, la compétition s’ouvre ce samedi au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, par la rencontre Cameroun-Égypte. Ensuite, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud disputeront ensuite leur premier match dans la poule A. La poule B basée à Limbé et composée du Nigéria, le tenant du titre, du Ghana, du Mali et du Kenya, entre en scène dimanche. La compétition s’achèvera le 3 décembre 2016.

 

 

 

*Journaliste diplômé de l'Institut Siantou Supérieur de Yaoundé (Cameroun), il est rédacteur au service des sports du  quotidien camerounais "La Nouvelle Expression". Passionné de football dans sa diversité, il consacre également sa plume à l'écriture dans d'autres disciplines telles que le volley-ball, le handball et le basketball.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
Vous devez être connecté pour voir les commentaires.
instagram takipçi satın al

instagram takipçi satın al instagram takipçi satın alma instagram takipçi kasma instagramajans.com instagram takipçi satın al

Dokunmatik ekran degisimi İstanbul nakliyat Kiralık Asansör İstanbul Asansörlü Nakliyat İstanbul nakliyat İlden ile nakliyat İstanbul depolama İstanbul taşımacılık