Actus
Sur nos forums
NWSL 2017
Dernier message de shamrock à 29/05/2017 20h45
NWSL 2017
Dernier message de patisstillalive à 29/05/2017 20h32
Transferts/Mercato 2017 autres ligues
Dernier message de gromit à 29/05/2017 19h02
Toutes les discussions

D1 - J18 : Metz récidive, Paris balbutie


Publié le 02 avril 2017 | Actus
Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles


D1 - J18 : Metz récidive, Paris balbutie

Victorieux pour la deuxième fois de suite ce dimanche, Metz se remet à croire au maintien. Rattrapé par Guingamp, Paris a perdu sa deuxième place au profit de Montpellier, et semble définitivement donner le titre à Lyon, large vainqueur dans le derby face à Saint-Etienne.


 

 

 

 

Montpellier - OM : 5-0


Gros coup d’arrêt pour les Marseillaises ce week-end. Avec une seule défaite (face à l’OL) lors de ses dix derniers matches (9 victoires), l’Olympique de Marseille se déplaçait presque à Montpellier dans la peau de favori. Il n’en aura rien été. Après avoir assuré son maintien la semaine passée face à Guingamp, l’OM affrontait une équipe montpelliéraine moins convaincante ces dernières semaines, alors que l’absence de la leader offensive sudiste Sofia Jakobsson se faisait sentir. Stina Blackstenius était de nouveau titulaire pour tenter de chasser le fantôme de la Suédoise, dont les 14 buts en première partie de saison manquaient jusqu’ici aux joueuses de Jean-Louis Saez (7 buts lors des 6 derniers matches, après avoir affiché une moyenne de 3 buts par match jusqu’à décembre). Toutefois, Montpellier continuait à gagner, et pouvait toujours croire à la Ligue des champions après avoir acquis son treizième succès de la saison face à Albi dimanche dernier, grâce à la défaite du PSG à Marseille.

 


Les Pailladines entamaient idéalement la rencontre en ouvrant le score sur coup de pied arrêté dès la 10e minute, par Sembrant. Le premier but de la saison pour la Suédoise. Rigoureuses défensivement, les Olympiennes manquaient d’égaliser dans la foulée (16e), mais Philippe venait couper un centre en retrait en direction de Brétigny. La partie était disputée jusqu’à ce but d’Anouk Dekker juste avant la mi-temps (2-0, 44e). Bien placée, la Néerlandaise venait inscrire son 4e but de la saison en poussant dans les filets un ballon repoussé par Peyraud-Magnin devant Gauvin.
Un coup de massue porté au visage des Marseillaises juste avant le retour aux vestiaires. Pauline Peyraud-Magnin parvenait bien à repousser les premières tentatives montpelliéraines du second acte, comme sur cette double parade face à Blackstenius (52e), mais elle ne pouvait rien sur cette reprise à bout portant de Gauvin (3-0, 55e). Cayman continuait la leçon des locales d’un bel enroulé, avant que Lindsay Thomas n’enfonce le clou en toute fin de match (5-0, 89e), de sa 6e réalisation de la saison en D1.


Grande victoire pour le club de Louis Nicollin, qui stoppe Marseille dans sa lancée et peut croire plus que jamais à la deuxième place. En cas de sans-faute face à Saint-Etienne, Metz, Soyaux et Rodez, des équipes plus qu’à sa portée, le MHSC, qui est repassé devant le PSG (voir plus bas) scrutera avec attention le match entre Paris et Lyon le 14 mai prochain. Avec peut-être un ticket pour la Ligue des champions à la clé.


Les compositions d’équipe :

Montpellier : Philippe, Torrent, Agard, Sembrant (C), Karchaoui (Daughetee 75e), Dekker, Torrecilla, Cayman, Gauvin (Thomas 69e), Le Bihan, Blackstenius (Léger 69e).

 

Marseille : Peyraud-Magnin, Laplacette, Gadea, Lakrar, Soulard, Coton Pélagie, Pizzala (C), Yüceil (Elisor 62e), Lozé (Torossian 86e), Brétigny (Cousin 62e), Asseyi.


Buts : Sembrant (10e), Dekker (44e), Gauvin (55e), Cayman (63e), Thomas (89e).

 

 

 

Rodez- Metz : 1-2

Metz est sur la pente ascendante ces dernières semaines. Une amélioration qui s’était traduite il y a 7 jours par l’obtention d’un premier succès en D1, face à Bordeaux. De quoi redonner espoir en vue du maintien ? Les Messines étaient en tout cas déterminées à venir contrarier Rodez, pas tout à fait sauvé après avoir concédé sa 9e défaite de la saison face à Lyon, au stade Paul Lignon. Mais les joueuses de Sébastien Joseph, corrigées dans le Rhône (0-8), ne l’entendaient pas de cette oreille, et commençaient fort la rencontre. Mais la frappe de Noiran dans la surface à la 6e minute était déviée par Lerond. Cette dernière était toute aussi décisive sur les occasions ruthénoises qui suivaient (12e, 14e, 22e), et voyait la barre transversale la suppléer sur une frappe de Cugat (25e). Les Messines pliaient et ne se montraient dangereuses que sur les errements de Niphon, la gardienne de la RAF qui perdait un ballon crucial à la 19e minute, mais voyait sa défense lui sauver la mise. Les filets restaient immaculés au bout des 45 premières minutes.

 


Metz, pire attaque de D1 avant la rencontre mais qui avait inscrit au moins un but depuis 5 matches, continuait sa série grâce à une réalisation de Jatoba à la 63e minute. D’une frappe enroulée, la Brésilienne ouvrait le score et concluait la domination des Grenates depuis le retour des vestiaires. Mais Melike Pekel loupait ensuite l’immanquable (51e) alors que Léa Khelifi, entrée à la mi-temps, manquait le cadre de peu (53e). Metz doublait la mise peu après, par Pekel, qui, bien lancée dans la profondeur, inscrivait son troisième but de la saison (2-0, 72e). Rodez revenait dans la foulée sur penalty, Lemaitre redonnant espoir à son équipe (2-1, 74e). Pourtant, c’est bien Metz qui se créait la dernière occasion chaude, avec ce poteau de Pekel à la 89e minute. Peu importe pour les filles de David Fanzel, qui validaient un deuxième succès d’affilée, une première pour elles cette saison. Un résultat aussi rassurant qu’encourageant pour les Messines, puisque celui-ci les replace à 5 points du premier non relégable. Sauront-elles surfer sur leur bonne dynamique pour réaliser un retour improbable en vue du maintien ? L’hypothèse prend un peu plus forme semaine après semaine. Pour Rodez, ce revers confirme que l’officialisation de sa sauvegarde dans l’élite se jouera jusqu’aux plus chaudes semaines du printemps.


Les compositions d’équipe :

Rodez : Niphon, Guitard, Couturier (Bonet 84e), Daniel, Bornes, Cugat (C), Farrugia (Barbance 66e), De Sousa, Cance (Saunier 71e), Lemaitre, Noiran.

 

Metz : Lerond, Dechilly (Altunkulak 71e), Gomes Jatoba, Williams, Mansuy, Mansuy, Morel (C), Gavory, Martins (Khelifi 46e), Wenger (Yally 84e), Pekel.


Buts : Lemaitre (74e) pour Rodez ; Jatoba (63e), Pekel (72e) pour Metz

 

 

 

PSG- EAG : 3-3

Tout avait parfaitement débuté pour Paris, très en jambes dès le début de la rencontre malgré le turnover. Vero Boquete, dès la deuxième minute, Aminata Diallo, la minute suivante, et surtout Eve Perisset, à la 6e minute, étaient les premières à tirer. La latérale parisienne, avec de l'espace dans le dos de Suzy Morin -une image vue à maintes reprises en première période-, s'en allait seule dans la surface pour croiser sa frappe, repoussée par le poteau. Fort logiquement, le PSG ouvrait le score avec une Cristiane sur la lancée de son quart de finale face au Bayern Munich (14'). La Brésilienne doublait le score quatre minutes plus tard, sur une action similaire, pour un doublé du pied droit. Elle tentait ensuite le coup du scorpion, mais ratait le cadre. Mais le PSG continuait à aller de l'avant, et c'est finalement Vero Boquete, servie dans le bon timing, qui inscrivait le troisième but parisien de l'après-midi à la 25e minute. Le rythme retombait après le troisième but, malgré une très belle occasion guingampaise qui voyait Salma Amani perdre son duel avec Katarzyna Kiedrzynek (38'). A la pause, tout se déroulait parfaitement pour les joueuses de Patrice Lair qui maitrisaient leur sujet. 

Mais la seconde période allait être bien différente. Sans Cristiane ni Grace Geyoro, rapidement remplacées,   le PSG ne mettait plus la même intensité. Et Guingamp se montrait dangereux... Si Desire Oparanozie perdait son duel avec Kiedrznyek (60'), Amani ne manquait pas l'occasion de réduire le score une première fois (63'), dans un temps-fort breton. Puis une seconde fois, à dix minutes de la fin de la rencontre (80'), de quoi redonner pour de bon de la vigueur aux supporters guingampais présents et qui se seront fait entendre. Oparanozie, qui avait eu deux fois l'occasion de marquer auparavant, parachevait la remontée de Guingamp la minute suivante, de la tête sur un coup franc de Charlotte Lorgeré. Guingamp ne réussira pas à inscrire le but de la victoire, dans une fin de match intense, les deux équipes pouvant faire la différence à n'importe quel moment. Mais le score n'évoluera pas, et c'est Guingamp qui réalise la bonne opération de la journée -même si elle ne se traduit pas en terme de points. Du côté du PSG, les rêves de titre sont définitivement envolés, et il n'est pas impossible qu'il lui faille remporter la Ligue des champions pour disputer la compétition européenne la saison prochaine...


Les compositions d’équipe :

Paris : Kiedrzynek, Périsset, Delannoy (C), Georges, Morroni, Formiga, Diallo, Geyoro (Lahmari 53e), Boquete, Cristiane (Delie 46e), Andonova (Sarr 66e).

 

Guingamp : Gignoux, Morin, Debever, Lorgeré, Drozo, Fleury (Ndolo Ewele 86e), Bueno (Rogon 54e), Pervier, Robert (Ollivier 75e), Amani (C), Oparanozie.


Buts : Cristiane (14e, 18e), Boquete (25e) pour Paris ; Amani (63e, 80e), Oparanozie (83e) pour Guingamp.

 

 

 

Soyaux - Juvisy : 1-1

Après son match abouti face au PSG mais qui s’était soldé par une défaite, Soyaux cherchait à faire mieux à domicile face à Juvisy, comme nous l’avait confié Laura Bourgouin avant le match : «si on réitère les mêmes performances, tout en négociant mieux les contres, peut-être qu’on peut espérer un résultat !», expliquait la meilleure buteuse du club, qui avait rajouté : «Un nul ce sera déjà pas mal !». C’est donc avec fierté que les Sojaldiciennes ont terminé la rencontre, face à une équipe francilienne qui laisse encore des points en route. Juvisy, qui espérait l’emporter pour se rapprocher de Marseille et pouvoir de nouveau briguer la 4e place du classement, alignait un onze type qui semblait en mesure de réaliser les ambitions d’Emmanuel Beauchet, l’entraîneur juvisien. Mais la «Juv’» voyait Soyaux ouvrir le score sur coup franc, malgré une certaine domination. Elodie Nakkach trompait Céline Devile malgré une position pas évidente, légèrement excentrée sur la gauche de la surface (1-0, 27e). Pas décontenancées, les coéquipières de Gaëtane Thiney revenaient dans la foulée, sur un but de Makanza (1-1, 28e). Statu quo à la pause.

 


Juvisy dominait à nouveau lors de la deuxième partie de la rencontre, mais ni l’entrée de Bilbault ni celle de Matéo ne permettaient aux visiteuses de prendre l’avantage. Et c’est donc sur ce score de parité qu’Anaelle Loidon sifflait la fin du match. Un nouveau nul, le 6e de la saison pour Soyaux, qui lui permettait de conserver sa 7e place. Le match en retard face à l’ASSE constitue une belle occasion de progresser au classement, avant un choc face à Marseille prévu le 23 avril. Juvisy, qui a manqué l’occasion de revenir sur l’OM recevra Rodez, lors de la prochaine journée.


Les compositions d’équipe :

Soyaux : Munich (C), Thibaud, Deschamps, Viana, Boudaud, Blais (Dumont 85e), Tandia, Nakkach, Clérac (Davy 90e), Djebbar (Babinga 39e), Bourgouin.

 

Juvisy : Deville, Soyer, Tounkara, Butel, Greboval, Makanza, Declercq (Bilbault 68e), Jaurena, Thiney (C), Catala (Matéo), Diani.


Buts : Nakkach (26e) pour Soyaux ; Makanza (28e) pour Juvisy

 

 

 

FCGB - Albi : 1-2

Une semaine après le coup de tonnerre qui avait frappé à Blanquefort, et vu les Bordelaises perdre un match important pour le maintien face à Metz, les Girondines retrouvaient le stade Jean-Pierre Delhomme dans un autre match à haute tension, face à Albi. L’ASPTT, qui avait tenu tête à Montpellier la semaine passée, ne devait absolument par perdre pour prendre la place de son adversaire dans la zone rouge. D’emblée, les Girondines faisaient le spectacle mais ne concluaient pas (2e, 4e). La sortie prématurée (15e) de la capitaine Félicité Hamidouche sur blessure, au profit d’Andréa Lardez, n’enlevait rien aux velléités offensives des joueuses de Jérôme Dauba, de nouveau dangereuses par la suite (21e, 22e, 26e). Jusqu’à ce raid solitaire d’Emelyne Laurent, qui inscrivait son deuxième but en deux journées en angle fermé (1-0, 38e). Le scénario était idéal pour les locales, qui finissaient le premier acte en tête.

 


Mais les Albigeoises ne se laissaient pas impressionner, et finissaient par voir Elodie Coppola leur accorder un penalty, sept minutes à peine après le début de la seconde période. Rouzies ne tremblait pas et ramenait son équipe dans le match (1-1, 52e). Dans une partie rugueuse, c’est encore Bordeaux qui dominait, mais ne se montrait dangereux que sur coup de pied arrêté. Et à la 75e minute, le pire se produisait sous les yeux des spectateurs du sud-ouest. Sur un contre, Saulnier donnait l’avantage au Rouge et Or, qui fracassaient les espoirs adverses. Les joueuses d’Adolphe Ogouyon manquaient de marquer le but du 3-1 dans la foulée (78e), mais Launay maintenait son équipe dans le match. Sarah Cambot essayait en vain de revenir au score (80e, 81e, 86e), mais voyait son équipe s’incliner pour la 11e fois de la saison, la deuxième fois de suite dans une rencontre capitale. Ce revers n’est pas banal pour Bordeaux, qui va maintenant devoir affronter que des membres du top 5 (dans l’ordre, Lyon, Marseille, Juvisy, Paris) jusqu’à la fin de saison. La relégation s’approche à grands pas… et s’éloigne d’Albi, qui a su faire preuve de caractère pour décrocher un succès a fortiori décisif pour la sauvegarde du club en D1. Et qu’il pourra valider dès la prochaine journée à l’extérieur, contre Guingamp.


Les compositions d’équipe :

Bordeaux : Launay, Billaud, Eliceche, Hamidouche (C) (Lardez 15e), Mustaki, Loumagne, Istillart, Karchouni (Mannon 86e), Chatelin, Laurent, Ouinekh (Cambot 79e).

 

Albi : Lambert, Cazes, Rouzies, Arcambal (C), Gouineau, Cazeau, Cervera, Pantelic, Mijatovic, Saulnier (Benlazar 83e), Khoury (Martinez 68e).

 

Buts : Laurent (38e) pour Bordeaux ; Rouzies (52e), Saulnier (75e) pour Albi

 

 

 

OL - ASSE : 6-0

Quatre jours après sa qualification dans la douleur face à Wolfsburg en demi-finale de la Ligue des champions, où elles affronteront Manchester City, les Lyonnaises retrouvaient le Groupama Training Center pour un autre match à enjeux : le derby face à Saint-Etienne. Les joueuses d’Hervé Didier, qui n’ont plus gagné depuis le 11 janvier, s’attendaient à un nouveau match douloureux contre des Lyonnaises sereines depuis plusieurs semaines. Face à des joueuses à qui «il a manqué beaucoup de fraîcheur», dixit le coach stéphanois, lors du match face à Juvisy, l’OL ouvrait rapidement le score par Jessica Houara d’Hommeaux, à la 9e minute. La Rhodanienne doublait la mise dans la foulée (2-0, 13e), bientôt imitée par Griedge MBock, qui permettait à Lyon de prendre le large avant même la demi-heure de jeu (3-0, 23e). Le but de l’internationale tricolore faisait suite à l’expulsion de Mélodie Carré, la gardienne de l’ASSE, qui récoltait un carton rouge de la part de Mme Buffart pour une faute sur Bremer, à la 21e minute. A 10 et au bord du naufrage, Saint-Etienne voulait donc éviter l’humiliation.

 


Mais la correction continuait en deuxième période, où Eugénie Le Sommer, entrée à la pause inscrivait le 4e but lyonnais quelques minutes après le retour des vestiaires (50e). La Bretonne voyait Claire Lavogez aggraver le score de sa 7e réalisation de la saison, avant d’inscrire un doublé qui, en plus d’enfoncer les Vertes, la propulsait de nouveau en tête du classement des buteuses, avec 17 buts au compteur. Remplaçante de Carré, Laura Suchère aura vécu une première compliquée. Conjugué à la contre-performance de Paris, cette victoire dans le derby semble également faire office de validation du titre pour Lyon, qui va pouvoir aborder les semaines à venir dans la plus grande sérénité. Manchester City n’a qu’à bien se tenir. Désormais premier non-relégable, l’ASSE rattrapera l’un de ses deux matches en retard face à Soyaux, le week-end prochain, avec cette fois l’obligation de l’emporter, avant d’affronter Paris en demi-finale de la coupe de France.


Les compositions d’équipe :

Lyon : Bouhaddi, Houara, Buchanan, Mbock, Henning, Bremer, Kumagai, Seger (C), Abily (Thomis 46e), Hegerberg (Le Sommer 46e), Morgan (Lavogez 46e).

Saint-Etienne : Carré, Gauvin, Sissoko, Courteille, Martins, Clemaron (C), Gherbi, Vallet, Moreau, Garbino, Peruzzetto.

Buts : Houara d’Hommeaux (9e, 12e), M’bock (23e), Le Sommer (50e, 72e), Lavogez (70e).

 

 

 

Crédtis compositions Metz, ASSE, Albi : Footoféminin

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
18 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.

cankaya Escort, Ankara Escort, eskişehir Escort, Bursa Escort, izmit Escort, Ankara rus Escort, Escortlariz, istanbul Escort, Antalya Escort, Ankara Eskort, istanbul Escort, Ankara Rus Escort