Actus
Sur nos forums
D1 F 2017-2018
Dernier message de rach63 à 18/12/2017 19h54
EDF Objectif 2019
Dernier message de leoj118 à 18/12/2017 19h32
D1 F 2017-2018
Dernier message de gasconha à 18/12/2017 12h58
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

D1 - J16 : Victoire de prestige pour l'OM, victoire précieuse pour Rodez


Publié le 20 mars 2017 | Actus
Par La Rédaction


D1 - J16 : Victoire de prestige pour l'OM, victoire précieuse pour Rodez

Après chaque journée de Division 1 féminine, retrouvez notre article Top(s) / Flop(s). Cette semaine, zoom sur la victoire de l'Olympique de Marseille sur le Paris Saint-Germain, ou encore sur la victoire de Rodez à Soyaux.


 

 

 

 

 

 

 

TOPS

 

L'OM frappe un grand coup

La saison du promu olympien a véritablement débuté le 20 novembre, avec une première victoire dans l'élite, face à Juvisy. Le début d'une série de cinq victoires logiquement stoppée par Lyon, et qui a repris par la suite avec des succès sur Albi et Metz, avant le match de ce week-end, après trois semaines sans compétition puisque l'OM était déjà éliminé de la Coupe de France. Mais cela n'a pas perturbé les Olympiennes, qui se sont montrées très solides et solidaires tout au long de la rencontre pour résister à une équipe parisienne dominatrice mais inefficace. Il a fallu pour cela une grande Pauline Peyraud-Magnin dans les buts marseillais, occasionnellement supplée par sa défense pour garder ses cages inviolées. Il a fallu également se montrer opportuniste : si Viviane Asseyi avait manqué le cadre à la demi-heure de jeu, pour la première occasion de la partie, Sara Yüceil n'a elle pas manqué de profiter de la mésentente entre Laura Georges et Irene Paredes, et du dégagement raté de la nouvelle secrétaire générale de la FFF pour ouvrir le score (64').

 

Et pour se donner de l'air, l'OM a même ajouté un deuxième but pour dominer le PSG dans les confrontations directes -ce n'est pas donné à tout le monde- par l'intermédiaire de Sandrine Brétigny, d'un coup franc en lucarne une dizaine de minutes après son entrée en jeu, pour offrir un boulevard à l'équipe dont elle a marqué l'histoire, l'Olympique lyonnais (76'). Si l'OM n'a rien d'un promu comme les autres, avec des joueuses rompues aux joutes de la D1, voire internationales, et quelques uns des grands espoirs du football français (Tess Laplacette, 17 ans, Maëlle Lakrar, 16 ans, étaient titulaires en défense, Cindy Caputo, 18 ans, en attaque), cette victoire confirme la très bonne première saison du club olympien dans l'élite. En plus de cette victoire de prestige dans le Clasico, l'OM a également renforcé sa 4e place au classement, et il sera compliqué de l'en déloger. Début avril, le club affrontera Montpellier, un club qui l'avait battu de justesse en Coupe de France. Et si l'OM parvenait à faire tomber Paris, Montpellier et Juivisy pour sa première saison dans l'élite ?

 

Rodez, une victoire précieuse

A égalité de points avec Albi, son adversaire du week-end, mais également Saint-Etienne, premier non-relégable (qui compte deux matches en moins), avant le début de la journée, Rodez n'avait pas vraiment le droit à l'erreur sous peine de passer une fin de saison dans le doute. Et les joueuses de Sébastien Joseph n'ont pas failli, montrant leurs intentions dès le début de la rencontre pour finalement mener 3-0 en début de seconde période. Si Soyaux a très bien réagi, réduisant le score à deux reprises en moins de dix minutes (67', 72'), Rodez a tenu bon pour empocher une victoire précieuse qui lui permet de souffler, et d'augmenter son avance sur Bordeaux et la zone de relégation avec un écart de cinq points désormais avant d'affronter Lyon le week-end prochain. Un soulagement sans aucun doute pour le club, avec notamment une Clara Noiran en forme et aux portes du top 10 du classement des buteuses. A 20 ans, la jeune attaquante ruthénoise réalise une saison solide. 

 

FLOP

 

Paris, la défaite qui fait mal

Sur un nuage en 2016, le Paris Saint-Germain en est redescendu depuis le début de l'année 2017. Une année qui a débuté avec l'annonce de sa perte de quatre points sur tapis vert, faisant passer le club de la première à la troisième place du classement. Puis une défaite contre Montpellier dans la foulée. Grâce à Rodez et Saint-Etienne (à deux reprises), Paris a repris du poil de la bête, avant deux matches compliqués face à Juvisy -avec entre deux la confirmation de la perte de quatre points sur tapis vert-, en championnat et surtout en Coupe de France, lors d'une rencontre terminée sur un match nul, Paris se qualifiant suite à la séance de tirs au but. Ce samedi à Marseille, le PSG aurait pu l'emporter, et a certainement eu les occasions pour. Mais le petit plus que l'équipe avait en début de championnat semble l'avoir abandonné, et plus que les résultats en eux-mêmes, même si cette défaite à Marseille coûte cher, c'est dans le jeu que Paris est moins bien.

 

Moins en verve offensivement, l'équipe est également moins sereine défensivement, à l'image de l'erreur qui a amené le premier but olympien. L'absence d'Erika se fait sentir, celle de Marie-Antoinette Katoto également, et Formiga et Natasa Andonova n'ont pas encore trouvé leur rythme de croisième, alors que Paris peut regretter le retour précoce d'Amandine Henry aux États-Unis. A quelques jours d'une première rencontre décisive face au Bayern Munich en Ligue des champions, Paris ne s'est pas rassuré, et a peut-être perdu Cristiane pour la double opposition. Mais c'est avant tout en championnat que cette défaite est coûteuse, car elle permet à Montpellier de se retrouver peut-être en position de force pour la qualification en Ligue des champions, le PSG -qui n'a cependant pas encore abandonné tout espoir de récupérer ses quatre points- devant encore affronter Lyon. Avant de tenter de se relancer contre Soyaux le week-end prochain, Paris va devoir relever la tête dès ce jeudi en Bavière.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
4 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.