Actus
Sur nos forums
Euro 2017
Dernier message de sab8969 à 21/07/2017 10h44
Euro 2017
Dernier message de elodieleg à 21/07/2017 10h35
Mercato D1F 2017/2018
Dernier message de fanol74 à 21/07/2017 10h31
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

Bilan D1 - J22 : Bordeaux obtient son maintien à Paris !


Publié le 25 mai 2017 | Actus
Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles


Bilan D1 - J22 : Bordeaux obtient son maintien à Paris  !

Bordeaux était dos au mur mais Bordeaux l'a fait ! En faisant match nul contre Paris, les Girondines ont validé leur maintien en D1, aux dépens de Saint-Etienne, battu sur sa pelouse par Guingamp et relégué, comme Metz, battu par Lyon. Montpellier, Soyaux et Juvisy ont fini leur saison sur une bonne note.


 

 

 

 

Juvisy – Marseille : 2-1


Après son nul face à Bordeaux lors de la 21e journée, le 5e de la saison, Juvisy voulait finir sur une belle note, face à un adversaire de taille, Marseille, qui avait pour sa part sécurisé sa 4e place historique (pour sa première saison en D1) suite à son succès face à l’ASSE. Pour la dernière de Sandrine Dusang et de l’entraîneur, Emmanuel Beauchet, sur le banc francilien, la «Juv’» n’avait pas le droit au faux-pas. Mais l’OM, qui fêtait également la retraite de sa buteuse, Sandrine Brétigny, capitaine au coup d’envoi, venait sans complexe à Bondoufle, et se voyait bien jouer le rôle de trouble-fête. Devant son public du stade Robert Bobin, Juvisy entamait la rencontre avec beaucoup de sérieux, et se créait les premières occasions dangereuses (13e, 15e). La blessure prématurée de Soyer permettait à Dusang de faire son entrée pour son dernier match de D1. Elle rentrait donc de plein fouet dans le cours d’une partie disputée mais avec peu d’occasions franches, du moins jusqu’à ce coup franc- qui semblait au départ anodin –de Théa Gréboval. La frappe de celle-ci traversait la surface olympienne sans être touchée, et finissait sa course dans les filets (1-0, 41e). Juvisy était devant à la pause.

 


Mais Marseille remettait les pendules à l’heure d’emblée lors de la deuxième mi-temps, grâce à une tête victorieuse de Gadéa sur un coup franc de Storti (1-1, 47e). Les gardiennes se mettaient par la suite en évidence. Pauline Peyraud-Magnin, d’abord, en contrant une frappe à bout portant devant Bourdieu (49e). Puis Céline Deville, qui venait dévier sur le poteau une magnifique tentative de lob à 40 mètres de Brétigny (51e). Juvisy touchait à son tour le poteau, un quart d’heure plus tard (67e), sur une nouvelle frappe de Bourdieu, mais le score ne bougeait pas. Puis, Clara Matéo se retrouvait seule dans la surface marseillaise, à la 85e minute, et remportait son duel pour donner l’avantage à son équipe (2-1). Un but décisif puisque, malgré les dernière tentatives des joueuses de Christophe Parra, le score n’évoluera plus. Avant le coup de sifflet final, Sandrine Bretigny s’était offerte une sortie de taille, une haie d’honneur improvisée par les joueuses des deux camps accompagnant la fin de sa carrière en D1, lors de son remplacement à la 91e minute par Charlotte Lozé. La défaite n’avait donc rien de grave pour l’OM, qui avait déjà fait l’essentiel la semaine passée. Juvisy offre une belle sortie à Sandrine Dusang et Emmanuel Beauchet malgré un exercice compliqué, que les Franciliennes termineront donc à la 5e place. L’été promet d’être agité de part et d’autre.


Les compositions d'équipe :

Juvisy : Deville, Soyer (Dusang 18e), Cascarino, De Almeida, Greboval, Jaurena, Bilbault, Catala (Declercq 68e), Matéo, Thiney (C), Bourdieu (Vaysse 77e).

Marseille : Peyraud-Magnin, Blanc, Gadea, Lakrar, Soulard (M'Bassidje 64e), Yüceil, Storti, Cousin, Asseyi, Brétigny (C) (Lozé 90e), Caputo (Boutaleb 54e).


Buts : Greboval (41e), Mateo (85e) pour Juvisy ; Gadéa (47e) pour Marseille.

 

 

PSG – Bordeaux : 2-2

 

Dans l'un des rares matches à enjeux de la journée, le spectacle ne fut pas vraiment au rendez-vous. La première période notamment fut bien terne, le PSG ne parvenant pas vraiment à prendre la mesure d'une équipe bordelaise bien en place défensivement et qui jouait son avenir dans l'élite. À la pause, malgré quelques occasions parisiennes (des têtes de Paredes 4' et Delie 44' notamment), les deux équipes étaient dos à dos sans avoir marqué. Saint-Etienne tenant en échec Guingamp sur le même score, les Bordelaises étaient alors reléguées. Mais très vite en seconde période, les Girondines allaient marquer et faire le break. C'est l'ancienne Parisienne Ghoutia Karchouni, arrivée au mercato d'hiver à Bordeaux, qui ouvrait le score depuis le côté droit de la surface, sa frappe lobée trompant Loes Geurts dans les buts parisiens (48').

Dans le même temps, Guingamp ouvrait le score à Saint-Etienne, le scénario idéal por Jérôme Dauba et ses joueuses. Alors que Delie voyait sa frappe passer de peu à côté du poteau d'Elisa Launay dans un angle fermé (52'), Emelyne Laurent faisait le break peu après (54'). Lancée en profondeur dans l'axe, elle perdait son premier duel avec Geurts mais récupérait le ballon et marquait le deuxième but girondin malgré la présence de Laura Georges. Venait ensuite, juste avant l'heure de jeu, l'entrée sur le terrain de Laure Boulleau, blessée depuis début octobre. Bonne nouvelle, elle n'a pas perdu sa combativité pendant sa convalescence. Après un temps de flottement, le PSG allait revenir au score dans le dernier quart d'heure de la partie. Une première fois grâce à Marie-Laure Delie, de la tête sur un corner de Vero Boquete (76'), puis une seconde fois sur un coup franc d'Eve Perisset (85'). 2-2, résultat final.

Alors qu'Ultras parisiens avaient fait le déplacement pour la fin de carrière de Sabrina Delannoy, après douze ans à Paris (elle jouera toutefois un dernier match jeudi prochain à Cardiff pour la finale de la Ligue des champions), un kop bordelais était également présent et a pu assister à ce match qui restera à n'en pas douter dans les mémoires girondines puisqu'il lui permet d'obtenir son maintien in extremis, un objectif qui s'était éloigné au fil des journées. Une belle récompense pour une équipe solidaire et accrocheuse qui aura été chercher le maintien face aux meilleures équipes du championnat, et où on retiendra tout particulièrement Emelyne Laurent, l'attaquante U19 arrivée également cet hiver, et qui aura joué un rôle décisif dans cette course.


Les compositions d'équipe :

Paris-Saint-Germain : Geurts, Georges, Paredes, Lawrence, Morroni (Boulleau 58e), Cruz (C), Diallo (Formiga 51e), Boquete, Andonova (Périsset 46e), Delie, Sarr.

Bordeaux : Launay, Lardez, Eliceche, Montegut, Mustaki, Loumagne (Ouinekh 73e), Karchouni, Istillart (C), Chatelin, Cambot (Sumo 62e), Laurent (Mannon 85e).


Buts : Delie (76e), Perisset (85e) pour Paris ; Karchouni (48e), Laurent (54e) pour Bordeaux.

 

 

Rodez-Montpellier : 0-4


Après un festival face à Soyaux lors de la dernière journée, l’euphorie régnait du côté de Montpellier qui venait d’acquérir sa qualification pour la prochaine Ligue des champions. Un évènement pour le club, sept ans après sa dernière participation. Des résultats que Louis Nicollin, le président du club avait jugé «encourageant», pour Foot d’Elles. En face, Rodez, qui avait déjà sécurisé sa place en D1 pour la saison à venir, comptait sur son public du stade Paul Lignon pour faire un résultat face au Pailladines. Surtout, les Ruthénoises avaient à cœur d’honorer leur entraîneur Sébastien Joseph, pour sa dernière sur le banc du RAF. Montpellier commençait très fort pour le premier match de Marine Haupais au stade Paul Lignon depuis son départ de Rodez pour Montpellier l’été dernier – le jour de son 25e anniversaire qui plus est. Valérie Gauvin (5e, 14e), et Lindsay Thomas (9e) allumaient les premières mèches de la rencontre, butant sur les montants de Garcia ou manquant tout simplement le cadre. Dans la chaleur aveyronnaise, les Sang et Or avaient toutes les peines du monde à contenir les assaults Héraultais. Les filles de Sébastien Joseph finissaient par céder à la demi-heure de jeu, suite à un corner joué à deux. Blackstenius filait le long de la ligne des 6 mètres avant de fusiller Garcia (1-0, 31e) pour inscrire son 7e but de la saison en championnat. Dans la foulée, c’est Valérie Gauvin qui venait planter le second but montpelliérain de la partie, bien lancée par Thomas. L’attaquante se chargeait de décocher une frappe qui touchait le poteau avant d’entrer (2-0, 35e).

 


Montpellier attaquait avec autant de force dès le début de la seconde période, et trouvait une nouvelle fois l’ouverture par Gauvin. Celle-ci profitait d’une bévue de Garcia sur un centre pailladin afin de donner un peu plus d’ampleur au score (3-0, 48e). La partie était toujours autant à sens unique dans ce deuxième acte, Montpellier se créant encore quelques occasions chaudes (65e, 72e, 81e), avant que l’attaquant belge Janice Cayman ne parte dans le dos de la défense locale et remporte son duel face à Garcia (4-0, 85e). Le 4e but de la partie, et le cinquième pour elle cette saison en D1. De quoi faire plaisir à la dizaine de supporters pailladins qui avaient fait le déplacement. Montpellier finit sur une bonne note, grâce à sa 18e victoire de la saison en championnat. Le groupe va partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli et, surtout, des rêves d’Europe plein la tête. Triste fin pour Sébastien Joseph, annoncé du côté de Soyaux, devant son public à Paul Lignon. La trêve estivale risque de marquer la fin d’une ère pour le RAF.


Les compositions d'équipe :

Rodez : Garcia, Bornes (Da Costa 59e), Daniel, Guitard, Hoarau, Couturier, Cugat, Barbance, Cance, Austry (Banuta 77e), Noiran (Saunier 73e).

Montpellier : Philippe, Torrent, Sembrant (C), Haupais, Duaghetee , Dekker, Torrecilla, Cayman, Thomas (Léger 73e), Gauvin (Toletti 59e), Blackstenius (Mondésir 59e).


Buts : Blackstenius (31e), Gauvin (35e, 48e), Cayman (85e).

 

 

Soyaux – Albi : 3-1

C’était le match de la rédemption pour deux équipes qui venaient d’encaisser une défaite cuisante, lors de la 21e journée. Pour Soyaux, qui avait explosé face à Montpellier (0-10) dans l’Hérault, le dernier match face à son public était une occasion en or de relever la tête pour, peut-être, aller chercher la 6e place. Battu à domicile (1-3) lors du derby face à Rodez, Albi comptait finir sur une bonne note, afin peut-être de doubler le RAF au classement, ultime objectif des Tarnaises dans ce championnat. Des deux côtés, on souhaitait aussi fêter de la meilleur des manières le départ des coaches respectifs. Les Sojaldiciennes rentraient mieux dans leur match devant leur public du stade Leo Lagrange, et privaient leurs adversaires de ballon. Logiquement, c’était donc les locales qui se créaient les première occasions (7e, 10e, 14e), avant que Cazeau ne réponde à l’ASJ d’une frappe non cadrée (19e). Mais à la 38e minute, Anaelle Loidon, l’arbitre de la rencontre, décidait de donner un penalty aux joueuses charetaises après que Rouzies avait touché le ballon de la main dans la surface. Viana ne tremblait pas au moment d’ouvrir le score (1-0, 38e). 

 


Au retour des vestiaires, Albi pouvait compter sur sa gardienne, Lambert, qui effectuait une belle sortie dans les pieds de Babinga (52e). Mais la réussite n’était pas au rendez-vous dans la surface adverse. A l’image de ce coup franc joué rapidement par Mijatovic quelques minutes plus tard, qui décalait intelligemment Cazeau, dont le centre à direction de Saulnier était capté par Munich (57e). Dans la foulée, Clérac donnait du leste à son équipe en inscrivant le deuxième but de la rencontre (2-0, 67e). Entrée en jeu à la 72e minute, Anne-Laure Davy libérait son camp quelques minutes plus tard, grâce à sa première réalisation en D1 depuis son arrivée au club cet hiver (3-0, 76e). Le sursaut d’orgueil albigeois, qui venait réduire le score du tac au tac par l’intermédiaire de Kim Cazeau (3-1, 78e), laissait entrevoir une fin de match étouffante. Mais il n’en fut rien. Soyaux s’imposait finalement pour la 7e fois de la saison, ne pouvant bonifier ce succès au classement du fait des résultats de ses autres concurrents. Mais la joie d’une saison qui restera, sur le plan comptable, satisfaisante, prédominait à la fin du match. Albi, qui n’avait plus grand-chose à jouer de toute façon, termine à la 9e place.


Les compositions d'équipe :

Soyaux : Munich, Dumont (C), Deschamps, Viana, Boudaud, Thibaud, Hurault, Nakkach, Clérac, Babinga, Blais (Davy 74e).

Albi : Lambert, Gouineau, Rouzies, Cazes, Arcambal (C), Manuel (Benlazar 65e), Cervera, Mitchai (Schlepp 87e), Cazeau, Saulnier, Mijatovic (Girard 71e).


Buts : Viana (s.p., 38e), Clérac (67e), Davy (76e) pour Soyaux ; Cazeau (78e) pour Albi.

 

ASSE – Guingamp : 0-1

Si pour Guingamp, l’unique intérêt de cette fin de saison résidait dans la possibilité de revenir à hauteur de Juvisy au classement, l’enjeu était beaucoup plus élevé pour son opposant du jour. Obligé de prendre des points pour rester devant Bordeaux au classement, et ainsi se maintenir en D1 la saison prochaine, l’AS Saint-Etienne jouait son avenir avec la boule au ventre, devant son public, également pour la dernière du coach Hervé Didier, dont l’unique souhait avant son départ était de maintenir l’institution dans l’élite du football féminin français. La première période de la rencontre accouchait pourtant d’un spectacle stérile, en terme de buts, alors que le public était venu en nombre au Parc des sports de l’Etivallière pour soutenir l’ASSE.

 


Tenu en échec, Saint-Etienne ne se faisait pas trop de mouron, son maintien étant alors encore d’actualité. Mais le but de Désiré Oparanozie d’entrée de jeu au retour des vestiaires plongeait les Vertes dans le doute. Parfaitement servie dans la profondeur, la Nigérianne en profitait pour effacer Mylène Chavas avant d’inscrire son 10e but de la saison en D1 (1-0, 48e). Alors que Bordeaux était en train de réaliser l’impensable à Paris (voir plus haut), l’ASSE basculait virtuellement en D2, suspendu à un but de ses joueuses. Mais rien n’arriva, si ce n’est le coup de sifflet final donné par Céline Bagrowski, qui faisait l’effet d’une guillotine pour le club du Forez. La relégation devenait une réalité et les cauchemars d’Hervé Didier aussi. «On a manqué d’un peu de réussite, on n’a pas beaucoup tiré au but, on n’a pas fait un mauvais match mais on n’a pas su se créer les occasions pour être déterminant devant la cage adverse, faisait remarquer ce dernier après la rencontre au micro du Talk Show Stéphanois. Peu importe, la saison est terminée, une page se tourne et j’espère qu’elles vont repartir de l’avant l’année prochaine pour remonter en D1». Saint-Etienne retrouve la D2, dix ans après, tandis que Guingamp sécurise sa 6e place. Les Vertes, qui devront se trouver un nouvel entraîneur à l’intersaison, vont aussi devoir faire face à un probable exode d’une partie de son effectif. Le temps de la reconstruction est venu pour le club du Forez.

 

Les compositions d'équipe : 

Saint-Etienne : Chavas, Gauvin (C), Martins (Mohr 71e), Boishardy, Carage, Mery, Moreau, Lavaud, Pingeon (Vallet 79e), Peruzzetto (Fleury 62e), Chaumette.

Guingamp : Gignoux, Morin, Debever, Lorgeré, Drozo, Bueno (Rogon 67e), Le Garrec, Pervier (C), Ollivier (Dolain 80e), Robert, Oparanozie.


Buts : Oparanozie (48e).

 

 

Metz – OL : 0-3


Déjà relégué dans les faits, Metz voulait faire bonne figure avant de retrouver la D2 face à un équipe lyonnaise déjà sacrée en championnat, mais également en Coupe de France, où les Rhodaniennes avaient glané leur sixième trophée consécutif au bout du suspense à Vannes, à peine six jours plus tôt. Ce match, où la course au classement des meilleures buteuses entre Ada Hegerberg et Eugénie Le Sommer était peut-être le seul enjeu côté lyonnais, devait surtout servir de préparation à la finale de Cardiff, qui approche à grand pas… Sous un grand soleil, au stade municipal d’Amnéville, la machine lyonnaise se mettait en marche au petit trot. Pour sa dernière sur le banc rhodanien en D1, Gérard Prêcheur voyaient ses filles dominer. Mais la finition était brouillonne. Et il fallait attendre la 34e minute de jeu pour voir Ada Hegerberg ouvrir le score de la tête (1-0). C’en était assez pour la première mi-temps, qui se terminait sur ce score.

 


Prêcheur profitait de la pause pour faire tourner son effectif (sorties de Le Sommer, Majri et Marozsan ; entrées de Mbock, Abily et Thomis). Une décision payante puisque quelques minutes après le début du deuxième acte, c’est la défenseure lyonnaise qui inscrivait le second but de la partie (2-0, 52e). Le 2 000e but de l’histoire du club. Mais le compteur ne s’arrêtait pas de tourner puisque quelques minutes plus, tard, c’est la capitaine Wendie Renard qui venait inscrire le troisième but de la rencontre (3-0, 56e). Puis l’OL laissait tranquillement défiler les dernières minutes qui le séparait de son 21e succès de la saison en D1. Metz ne pouvait rien faire jusqu’au dernier coup de sifflet de l’exercice 2016-2017, donné par Victoria Beyer. Les Grenats tenteront de se refaire une santé en D2, eux qui terminent à la dernière place, avec la pire défense (59 buts encaissés). Meilleure attaque (103 buts), l’OL attend patiemment son voyage à Cardiff pour s’adjuger un nouveau triplé, jeudi prochain…


Les compositions d'équipe :

Metz : Laar, Dechilly, Gomes Jatoba, Williams, Janela, Mansuy, Godart (C), Gavory, Martins, Pekel, Wenger.

Lyon : Bouhaddi, Majri (Mbock 46e), Renard (C), Buchanan, Houara d'Hommeaux, Kumagai, Seger, Marozsan (Abily 46e), Bremer, Hegerberg, Le Sommer (Thomis 46e).


Buts : Hegerberg (34e), Mbock (52e), Renard (56e).

 

 

 

Crédits composition ASSE, Guingamp : footoféminin

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
25 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.

google