Actus
Sur nos forums
EDF Objectif 2019
Dernier message de gromit à 24/10/2017 01h43
EDF Objectif 2019
Dernier message de gromit à 24/10/2017 01h28
EDF Objectif 2019
Dernier message de mechecourte66 à 24/10/2017 00h46
Toutes les discussions
desi porn
desi porn hub videos
Heißen hure porno

A Lyon, l'embouteillage dans toutes les lignes


Publié le 01 juin 2016 | Actus
Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles


A Lyon, l'embouteillage dans toutes les lignes

Déjà cinq arrivées de qualité pour l'OL qui vient de réaliser le triplé. L'équipe devrait être encore plus performante la saison prochaine, en se basant sur le papier. Mais, ligne par ligne, les joueuses vont devoir se battre pour obtenir leur place dans l'équipe. Un effectif de grande qualité qui pose la question également de la place et de l'avenir des jeunes Fenottes...


 

 

L'Olympique Lyonnais vient de réaliser le triplé, et pourtant, continue de se renforcer. Voici par ligne la répartition des joueuses, avec l'effectif tel qu'il est actuellement, un groupe composé de 21 joueuses (ce qui n'a cependant rien de pléthorique sur le principe), dont 19 internationales de haut niveau : Sarah Bouhaddi, Méline Gérard, Saki Kumagai, Wendie Renard, Griedge Mbock, Jessica Houara d'Hommeaux, Line Røddik Hansen, Camille Abily, Caroline Seger, Dzsenifer Maroszán, Kheira Hamraoui, Aurélie Kaci, Pauline Bremer, Amel Majri, Claire Lavogez, Ada Hegerberg, Eugénie Le Sommer, Elodie Thomis et Kenza Dali, auxquelles on peut ajouter l'étoile montante Delphine Cascarino et Corine Petit, dont le temps de jeu cependant devrait être encore moins important que cette année. Sans compter naturellement les jeunes joueuses issues du centre de formation, ou une ou plusieurs recrues éventuelles...

 

Gardiennes

Dans les buts, le duo Sarah Bouhaddi et Méline Gérard va continuer l'aventure. Les deux joueuses sont internationales françaises, et si cela permet à Lyon de pouvoir répondre à une blessure d'une des deux, le temps de jeu de la numéro 2, a priori Méline Gérard, pourrait être un problème sur le long terme pour pouvoir prétendre à une place en équipe de France. Il devrait y avoir une troisième gardienne (Cindy Perrault ?), mais il s'agira plus d'une caution en cas de blessure d'une des deux internationales.

 

Défenseures

En défense, que ce soit à trois ou à quatre, Lyon a de la qualité à tous les postes. Avec les joueuses en place tout d'abord, Line Røddik Hansen, Saki Kumagai, Wendie Renard, Griedge Mbock, et la nouvelle recrue Jessica Houara d'Hommeaux. Sans oublier bien sûr les offensives Amel Majri et Pauline Bremer, ou encore Corine Petit, vétérane toujours d'attaque, mais au temps de jeu déjà ! Si Aurélie Kaci est blessée pour un certain temps, sa polyvalence lui permet également d'évoluer en défense comme cela a été le cas à plusieurs reprises cette saison, tout comme Mylaine Tarrieu (en fin de contrat).

 

Milieux

Au milieu de terrain, cela devrait également être un casse-tête pour Gérard Prêcheur, malgré les départs d'Amandine Henry et Louisa Necib. En effet, trois joueuses internationales évoluant au milieu de terrain ont rejoint le groupe, l'Allemande Dzsenifer Marozsán, la Suédoise Caroline Seger, et la Française Kheira Hamraoui. C'est en évoluant au milieu de terrain que Saki Kumagai a obtenu le titre de Meilleure Joueuse de la finale de la dernière Ligue des Champions, et n'oublions pas non plus Aurélie Kaci, à son retour de blessure. 

 

Attaque

Les places vont être chères en attaque également. Le recrutement de Jessica Houara d'Hommeaux en défense devrait permettre à Pauline Bremer d'évoluer plus haut sur le terrain, à son poste d'origine. Avec Ada Hegerberg, Eugénie Le Sommer, Elodie Thomis, Claire Lavogez ou encore la nouvelle recrue Kenza Dali, il faudra se battre pour obtenir une place ! N'oublions pas non plus la jeune espoir Delphine Cascarino qui espérera voir son temps de jeu grandir pour progresser...

 

Comment gérer un tel effectif ?

Si l'on regarde d'un peu plus près l'effectif, il n'est pas pléthorique (21 joueuses de haut niveau), encore plus quand on sait que la saison sera "coincée" entre les Jeux Olympiques, qui se termineront fin août, et l'Euro, qui aura lieu en juillet 2017. La plupart des joueuses de l'effectif lyonnais sont concernées par une, voire -pour la plupart-, les deux compétitions. Disposer d'un tel effectif pourra permettre à Gérard Prêcheur un turnover important -sans perdre de qualité sur le terrain- et indispensable pour reposer les organismes, mais également donner du temps de jeu à toutes ces joueuses. Cependant, il semble difficile d'imaginer contenter tout l'effectif alors que Lyon ne dispute que de rares matches de haut niveau dans l'année, et encore plus quand le club est largement épargné par les tirages au sort en Coupe de France ou Ligue des Champions comme ce fut le cas cette saison.

De plus, disposer d'autant de joueuses de ce niveau pose la question de la place des jeunes au sein de l'effectif. Si l'on peut penser que Delphine Cascarino, grand espoir du club, obtiendra du temps de jeu, quid de ses congénères parmi lesquelles sa soeur, Estelle, pourtant prometteuses et peut-être bientôt (dimanche) triples championnes de France U19 en titre ? Parmi les 21, plusieurs joueuses sont jeunes voire très jeunes (Hegerberg, Mbock, Bremer...), et il sera compliqué pour les talentueuses Lyonnaises de se faire une place au soleil, leur avenir à court terme semblant bouché en restant au club, à moins d'une succession de blessures... Une situation qui contraste avec l'équipe masculine, qui s'appuie sur son centre de formation, et qui pourrait faire le bonheur de différents clubs de D1 en permettant à des jeunes joueuses prometteuses de continuer leur évolution, si celles-ci sont prêtes à quitter le cocon lyonnais, comme cela va être le cas pour plusieurs d'entre elles cet été.

Partager :
Version imprimable Envoyer par mail
28 Commentaires

Vous devez être connecté pour voir les commentaires.