Allemagne : Quand la Bundesliga se met au futsal !

La 20e édition de la DFB-Hallenpokal, ou Coupe d’Allemagne de futsal, avait lieu ce week-end dans la ville de Magdebourg. Pour la cinquième fois en six ans, c’est la formation du Turbine Potsdam qui s’est adjugée un nouveau titre. Cet évènement exceptionnel offre chaque année au public allemand un spectacle de haut vol. De quoi donner des idées à d’autres pays ?

En voilà une compétition pas banale ! Un tournoi de futsal féminin, à 5 contre 5,  regroupant chaque année les formations allemandes qui composent le championnat national de football dit « classique ». Lena Goessling, Dzsenifer Maroszan, Ada Hegerberg… Elles étaient toutes de la partie ce dimanche lors de la 20e édition de la DFB-Hallenpokal à Magdebourg. Comme lors de l’exercice précédent, c’est le Turbine Potsdam qui a été couronné à l’issue du tournoi. Le désormais septuple vainqueur de l’épreuve rejoint le FFC Francfort en tête du palmarès des lauréats de la compétition.

 

Des débuts chaotiques

La journée s’annonçait pourtant compliquée pour les futurs vainqueurs. Engagé dans le groupe B aux côtés du Bayer Leverkusen, du VfL Sindelfingen et du SGS Essen, le Turbine Potsdam a éprouvé toutes les peines du monde à se qualifier. Et c’est là tout l’intérêt de cette compétition, comme le souligne très bien la sélectionneuse allemande, Silvia Neid, présente dans les tribunes aux côtés des 4634 spectateurs venus assister à l’évènement : « Tout le monde peut battre tout le monde en salle, c’est ce qui rend ce tournoi si excitant ».

Après deux défaites initiales face à l’Essen-Schönebeck (1-2) et le Bayer Leverkusen (3-1), Potsdam a finalement atomisé, 6 à 0, le VfL Sindelfingen lors de son dernier match de groupe. Un succès lui permettant de se qualifier in extremis pour les quarts de finale. Un stade de la compétition où les Turbienen ont écarté l’USV Jena (2-3), avant d’éliminer en demi-finale leur bourreau lors de la phase de groupe, le Bayer Leverkusen (4-3). Le match pour le titre les a alors opposées à leurs meilleures ennemies du FFC Francfort. Rapidement menées au score, les Blanches et Bleues ont égalisé à la 10e minute de jeu, soit 120 secondes avant le terme de la partie. C’est par conséquent aux tirs-au-but que se fit la décision finale. Septième tireuse francfortoise, Dzsenifer Maroszan a alors vu sa tentative heurter le poteau et offrir par la même occasion le titre à ses adversaires. Une victoire 7 tirs-au-but à 6, qui conclut ainsi un tournoi absolument passionnant. A noter que la malheureuse Maroszan a quand même pu se consoler, en remportant le titre de meilleure joueuse du tournoi.

 

Un bien beau spectacle

Passements de jambes, roulettes, grand-ponts, frappes de mule en pleine lucarne… Autant d’ingrédients qui nous ont été proposés dimanche pour faire de l’évènement un délicieux festin. Coup de chapeau à la défenseuse de Potsdam, Tabea Kemme, auteur d’un grand-pont en faisant rebondir le cuir sur les barrières délimitant le terrain avant d’envoyer un missile dans le but adverse. Une jolie réalisation qui, je dois bien le reconnaître, a quelque peu égayé ma journée.

Si techniquement les joueuses de champ étaient plus qu’au point, les gardiennes de but ont également fait le show. Souvent décriées pour leurs performances, les portières ont réalisé bon nombre d’arrêts spectaculaires ce week-end dans des cages certes plus petites qu’à l’ordinaire, mais peut-être un poil plus adaptées justement. Bien évidemment, loin de moi l’idée de vouloir remplacer les cages classiques par celles utilisées en futsal, mais un compromis entre les deux serait probablement envisageable. Les gardiennes y trouveraient certainement mieux leur marque et le spectacle n’en serait que plus beau.

 

Les meilleurs moments de l’édition 2013 :

 

 

Des joueuses au top, des gardiennes performantes et des spectateurs conquis, voilà ce que nous avons pu observer tout au long de la compétition. Ce tournoi de futsal a vraiment toutes les qualités requises pour offrir au public un spectacle à la fois divertissant et de qualité. Si notre Fédération se penchait sur la question, nul doute que les Français ne bouderaient pas leur plaisir à l’idée d’assister à un tel évènement.

 

 

 

Crédits photos et vidéo: dfb.de / fluesterer.com