12 Foot D’elles : Nelly Viennot – Parole d’arbitre

Un bout de femme au grand cœur. Pendant des années, une femme d’1m52 traine au bord des terrains masculins et féminins, un drapeau à la main. Arbitre de touche, Nelly a marqué son époque. La maman de deux enfants a découvert le sport au collège. Le football ne fut pas le premier. Nelly commence par le handball. Pas pour longtemps …

Aves des amis, elle crée le club de Condé-sur-Noireau en 1978. Le club évoluera pendant quelques années en D1. Nelly est gardienne et gagne même le titre de championne de France de D2 dans les années 80 (1982 plus exactement). Sa rencontre avec l’arbitrage est fortuite. Pour éviter que son club paye une amende due au statut de l’arbitrage, Nelly se propose avec une autre copine de passer l’examen d’arbitrage. L’histoire pouvait commencer.

Une carrière bien remplie. Ligue 1, Ligue des Champions, Championnat féminin, les JO, l’Euro. Elle devient la première femme à arbitrer un match de D1, en 1996. Elle aura appris la chose par un journaliste ! La médiatisation prend de l’ampleur. Le buzz est énorme. Nelly n’y fait pas attention. Elle gère la situation d’une main de maître et rendra une copie parfaite. Comme souvent.

L’arbitre féminine aura tout connu. Même le jet d’un pétard lors du fameux Strasbourg-Metz. Retraitée, elle a rangé le sifflet mais garder les bonnes habitudes. Nelly est devenue observatrice chez les féminines pour l’arbitrage que ce soit pour la Fédération française et mêle l’UEFA. Dans l’ombre, la Française est une femme qui compte ! L’arbitrage reste au cœur de sa vie. Mais au féminin. Choix personnel de la dame. Nelly n’avait pas envie de repartir tous les week-ends. Passionnée, elle restera toujours impliquée. Le football en a besoin. Et les filles peuvent lui dire merci !

 


Valeur : La passion plus forte que tout
 

«  Pour moi, la passion c’est simple, si je ne l’avais pas eu, je n’aurais jamais repris l’arbitrage après les incidents durant le match Strasbourg-Metz.

Animée par cette passion du foot, je suis revenue à l’arbitrage sans appréhension. Je me suis redécouverte à mon plus haut niveau après cet évènement et l’Euro U19 par lequel j’avais repris m’avait fait un bien fou. Revenir sur terrain dans un contexte amateur fut important. Ce fut un peu comme revenir aux bases.

Quoi qu’il en soit la passion a été plus forte que tout. La peur, le stress, j’ai surpassé tout ça. »